Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20182B – Haute-CorseLucciana – Mariana

2018
2B – Haute-Corse

Lucciana – Mariana

Projet collectif de recherche (2018)
Responsable d’opération : Daniel Istria

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1Après s’être concentrée sur l’étude des édifices de culte chrétiens de Mariana, l’équipe du PCR s’est intéressée en 2018 à l’agglomération antique. Outre la mise en place d’un SIG réunissant l’ensemble de la documentation collectée depuis les premières fouilles de 1936, deux études spécifiques ont été effectuées.

Les prospections radar au sol

2Les prospections radar, initiées en 2007, ont été poursuivies et adaptées à l’analyse de surfaces plus étendues (réalisation Arkemine, G. Bonnamour). Grâce aux très bons résultats de cette méthode, on dispose désormais des plans des vestiges enfouis sur l’ensemble des parcelles accessibles, soit environ 6 ha. Les images font apparaître l’organisation régulière de l’agglomération et mettent en évidence, au nord-ouest de celle-ci, un espace non bâti qui pourrait correspondre au forum, délimité à l’est par un grand mur à exèdre. Immédiatement à l’est de celui-ci, une anomalie est interprétable comme une possible portion de voie dont l’orientation ne correspond à aucune autre, conduisant à cette place publique.

3Au sein des insulae, les images donnent à voir un bâti très dense parmi lequel on peut aisément reconnaître de vastes ensembles aménagés autour de péristyles et dotés d’édifices absidés, probablement des thermes.

Étude du mausolée C

4La recherche a également porté sur le mausolée C (fig. 1), situé à 500 m à l’ouest de la ville dans la nécropole dite de Palazzetto. L’extérieur de l’édifice a été fouillé entre 1963 et 1970 (Moracchini-Mazel 1971). Ces travaux ont fait apparaître des murs arasés qui, selon G. Moracchini-Mazel, appartiendraient à un premier mausolée. L’étude restitue un édifice d’environ 13 x 11,2 m, de plan rectangulaire, précédé d’un pronaos au sud et adossé à une salle très étroite au nord (environ 90 cm d’après le plan). Pour L. Gambaro (2014), il pourrait tout aussi bien s’agir d’un seul et même complexe, constitué d’une chambre funéraire centrale flanquée de deux alae d’environ 4,8 x 1,5 m et protégé par un enclos. Avec le réexamen des plans et des photographies – les murs ne sont plus visibles aujourd’hui –, on constate que le mur nord se prolonge vers l’ouest alors qu’aucun mur n’est représenté, permettant de placer une cella latérale à l’est. D’autre part, il n’existe aucun arrachement sur le mausolée, ce qui conduirait à penser que toutes ces maçonneries appartenaient à un même ensemble. Au total, on peut exclure l’hypothèse d’un édifice unique, et probablement même celle d’un premier mausolée dont l’identification ne repose que sur la restitution du plan. Une autre solution peut alors être envisagée : il pourrait simplement s’agir d’un petit établissement agricole sur lequel aurait été construit un mausolée après sa destruction.

Fig. 1 – Le mausolée C

Fig. 1 – Le mausolée C

Cliché : D. Istria (CNRS).

5Le mausolée, conservé quant à lui en élévation sur environ 2,50 m, est construit en briques recouvertes d’enduit. Il est constitué d’une unique cella de plan rectangulaire (4,39 x 5,18 m) couverte d’une voûte, probablement en berceau les traces sont visibles sur les murs nord et sud. Sa base est marquée par une corniche constituée de trois assises de briques en débord, dépassant du nu du mur d’environ 5 cm et dessinant un profil oblique orienté vers le bas. Elle est située à 1,40 m au-dessus du sol intérieur, en béton, dont seul un petit fragment est conservé. Quatre niches ont été aménagées dans les murs. D’un point de vue typologique ce mausolée doit être rapproché des monuments funéraires de Porto (Isola Sacra) et de Rome (nécropole vaticane), qui abritent – du moins à l’origine – des incinérations et sont datés des ier-iie s. de notre ère.

6Dans un deuxième temps, que l’on ne peut dater, la couverture est remplacée par une voûte en arc de cloître. Enfin, au xviie ou xviiie s., la porte située au centre du mur méridional est entièrement reconstruite.

Haut de page

Bibliographie

Gambaro L. 2014 : Le necropoli romane di Mariana. Tipologia delle sepolture, rituali funerari, corredi. Revisioni e riflessioni, Bulletin de la société des sciences historiques et naturelles de la Corse, 748-749, p. 127-145.

Moracchini-Mazel G. 1971 : Les fouilles de Mariana (Corse), 1. La nécropole de Palazzetto-Murotondo, Cahiers Corsica, 4-7, Bastia.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le mausolée C
Crédits Cliché : D. Istria (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50293/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Istria, « Lucciana – Mariana » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 08 janvier 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/50293

Haut de page

Auteur

Daniel Istria

CNRS, LA3M (UMR 7298)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Istria

CNRS, LA3M (UMR 7298)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search