Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20182B – Haute-CorseLucciana – Pruniccia (parcelle AW48)

2018
2B – Haute-Corse

Lucciana – Pruniccia (parcelle AW48)

Opération de sauvegarde par l’étude (2018)
Responsable d’opération : Emmanuel Lanoë
Notice rédigée avec Anne-Gaëlle Corbara

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La colonie romaine de Mariana a été fondée par Caius Marius vers 100 av. J.‑C. Différentes campagnes de fouille et de prospection à partir des années 1930 ont souligné l’importance de la deuxième agglomération antique de Corse, dont le rayonnement s’est poursuivi jusqu’au Moyen Âge.

2En 2017, a été mené un diagnostic archéologique au nord du musée (Piskorz 2017), sur la parcelle AW48, qui a confirmé la présence de vestiges sous-jacents dans trois zones où du mobilier archéologique affleurait lors d’une prospection de surface antérieure. Deux secteurs ont livré des tombes d’époque romaine, alors qu’un troisième en limite ouest a fait apparaître un mur de galets antique, associé à un horizon très rubéfié, non caractérisé.

3Sur la foi de ces indices cumulés, une fouille a été prescrite sur trois zones distinctes. Celles-ci ont fait l’objet d’un décapage de 1 943 m2 au nord (zone 10), de 1 200 m2 à l’ouest (zone 20) et de 1 137 m2 au sud (zone 30).

4Cette opération préventive a donc permis d’étudier une nécropole inédite de la cité romaine. Il s’agit de la troisième zone funéraire connue aux abords immédiats de la ville, après celles de Palazzetto-Murotondo, à la sortie ouest (Moracchini-Mazel 1971), et d’I Ponti à la sortie est (Moracchini-Mazel 1974). Dans l’emprise étudiée, la nécropole septentrionale de Mariana semble se répartir de part et d’autre d’un axe de circulation quittant la ville vers le nord-ouest, qui n’est plus matérialisé que par deux fossés parallèles distants d’un peu plus de 6 m. L’organisation générale est la suivante : une concentration de 24 sépultures funéraires sur environ 250 m2 au sud-ouest (plus une déportée à l’ouest) ; un groupe plus lâche de 14 entités sur environ 400 m2 dans le quart sud-est ; enfin et surtout, une vaste zone triangulaire en partie nord, fermée au sud par le chemin et à l’est par un fossé, regroupant 77 structures funéraires sur 990 m2, qui s’étend vraisemblablement hors emprise au nord sur une surface inconnue.

5Au sein de cet ensemble, les structures funéraires s’organisent selon des déterminants qui restent à évaluer à partir de l’étude typochronologique. Cependant, certaines caractéristiques générales se détachent d’ores et déjà. Tout d’abord, la quasi-absence de recoupements incite à envisager la présence de dispositifs de signalisation en surface à l’origine, une faible contrainte spatiale et une durée d’utilisation du cimetière ne dépassant sans doute pas la période impériale. Parmi les 116 structures funéraires, on en dénombre 26 se rapportant à la pratique de la crémation, quand 90 d’entre elles sont des inhumations potentielles (les os ayant été totalement dissous en raison de la forte acidité du sol), témoignant de la coexistence des deux rites funéraires. Par ailleurs, la variété des contenants des corps, depuis des matériaux périssables jusqu’à des architectures funéraires plus conséquentes (coffres, tuiles en bâtière…), permettra d’établir des éléments de comparaison à partir de la typologie de la nécropole de Pruniccia, et de voir si d’éventuelles singularités s’en dégagent. Enfin, il faut souligner la richesse des dépôts mobiliers dans les sépultures, tant en termes de qualité, de variété (céramiques, verres, instrumentum, parure, armement…), que pour leur intérêt concernant les pratiques rituelles et la sociologie des défunts de Mariana. Les croyances antiques rejetant la mort en dehors du pomerium, la fouille a également présenté l’intérêt d’une observation inédite des limites matérielles du nord de la ville romaine. Dans l’angle sud-ouest de l’emprise, un important fossé est-ouest de 5,50 m de large, jusqu’alors seulement visible sur les clichés aériens, a livré toute sa stratigraphie. Il est longé au sud par un mur de galets coffrés dans du mortier, correspondant semble-t-il à un état de l’enceinte de la ville.

6Enfin, en partie occidentale de la prescription, des activités artisanales sont bien attestées à la période romaine et matérialisées par des vestiges qui, malgré leur déconnexion, semblent interagir. Il s’agit de deux fosses d’extraction d’argile, que borde la substructure d’un four (de tuiliers ?), avec son aire de travail et ses épandages rubéfiés (retrouvés au diagnostic). En périphérie, une série de creusements circulaires interroge quant à la présence d’un vaste bâtiment sur poteaux. Enfin, un puits a conservé des végétaux dans son comblement inférieur anaérobie, qui pourraient nous fournir des renseignements sur le paléoenvironnement de Mariana à l’Antiquité.

Fig. 1 – Plan général de l’opération

Fig. 1 – Plan général de l’opération

DAO: M. Seguin, E. Lanoë (Inrap).

Fig. 2 – Sépulture SP10041

Fig. 2 – Sépulture SP10041

Cliché : R. Haurillon (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Moracchini-Mazel G. 1971 : Les fouilles de Mariana (Corse), 1. La nécropole de Palazzetto-Murotondo, Cahiers Corsica, 4-7, Bastia.

Moracchini-Mazel G. 1974 : Les fouilles de Mariana (Corse), 6. La nécropole d’I Ponti, Cahiers Corsica, 37-39, Bastia.

Piskorz M. 2017 : Corse, Haute-Corse, Lucciana Pruniccia, rapport de diagnostic archéologique, Ajaccio, SRA Corse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général de l’opération
Crédits DAO: M. Seguin, E. Lanoë (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Fig. 2 – Sépulture SP10041
Crédits Cliché : R. Haurillon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Lanoë, Anne-Gaëlle Corbara, « Lucciana – Pruniccia (parcelle AW48) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 08 janvier 2021, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/50302

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Lanoë

Inrap

Articles du même auteur

Anne-Gaëlle Corbara

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Lanoë

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search