Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20182B – Haute-CorsePenta-di-Casinca – Callane

2018
2B – Haute-Corse

Penta-di-Casinca – Callane

Opération préventive de diagnostic (2018)
Responsable d’opération : Jean-Jacques Grizeaud

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le terrain qui a fait l’objet de cette intervention archéologique est localisé sur la commune de Penta-di-Casinca, au lieu-dit Caragiuti, à l’est de la route territoriale actuelle T10 reliant le nord et le sud de l’île. Le site en question s’inscrit dans un environnement partiellement boisé, dans un secteur s’intercalant entre la plaine orientale à l’est, à une distance d’environ 3 km du littoral, et les premières pentes du piémont à l’ouest, à 1,5 km au nord du fleuve Fium’Alto. La réalisation de ce diagnostic archéologique a été conditionnée par un projet immobilier prévoyant la construction d’un lotissement sur une emprise globale intégrant deux terrains aux lieux-dits Callane et Merchedente. L’emprise des travaux est située dans l’environnement du site archéologique d’époque antique du Chemin de Caragiuti (CAN no 2B 207 043). La parcelle 223, d’une superficie de 15 613,85 m2, dénommée Callane, a été sondée à hauteur de 10 % avec 32 tranchées, pour une surface d’ouverture de 1 542 m2.

2Aucune occupation organisée n’a clairement été identifiée sur le site. Les fossés linéaires qui ont été repérés n’ont pu être datés et ceux-ci semblent avoir été implantés à une période récente, ayant pour fonction la délimitation de l’espace et l’assainissement des terrains situés en zone humide avec des drainages. Les rares traces de creusements avec les foyers dispersés témoignent des activités saisonnières qui sont sans doute liées à la présence du ruisseau de Caragiuti. Une cavité ou dépression artificielle, localisée dans un point bas du site de Callane et matérialisée par les creusements dans les sondages TR12 et TR14, indique la présence d’un aménagement « ancien ? ». Localisé à proximité immédiate d’un puits à eau contemporain, ce secteur dans lequel apparaît une concentration de fragments de briques et de tuiles antiques piégés en surface de comblement laisse supposer qu’il pouvait exister à cet endroit une activité en lien avec l’exploitation de l’eau, dès l’Antiquité. L’ambiance humide, avec une remontée d’eau importante, nous a contraint d’abandonner nos investigations sur ce secteur.

3Dans l’ensemble, le mobilier archéologique est peu abondant et se répartit de manière diffuse. Il se compose en majorité de fragments de terres cuites architecturales d’origine antique comme les tuiles romaines (tegulae et imbrices), ou de quelques rares morceaux de briques. Ce matériel est complété par de rares fragments d’amphores révélés par des panses et de la céramique à pâte rouge. En l’absence de formes caractéristiques (bord ou fond), il nous est d’emblée difficile de proposer une typologie de ces récipients, et donc une chronologie précise. Nous préciserons que la grande majorité de ce matériel archéologique a subi une usure importante. Sa grande fragmentation et sa dispersion dans l’espace, piégé et remobilisé dans des nappes limoneuses glissant du versant sud vers le nord, évoquent que celui-ci n’est plus en place depuis fort longtemps. Le passage de paléochenaux relevés sur le terrain, avec la présence immédiate du ruisseau de Caragiuti, n’est sans doute pas étranger à cette désorganisation des éléments mobiliers et sédimentaires constatée lors de nos investigations. Le passage des Néolithiques est évoqué « en bruit de fond » à travers la découverte hors contexte d’un fragment d’obsidienne qui a pu être utilisé au Néolithique moyen (expertise P. Tramoni, Inrap).

4Rappelons l’importance d’une occupation antique constante entre le ier et le ve s. apr. J.‑C. dans cette microrégion de la Casinca (Casanova 1998), en particulier avec le site de Musuleu, distant de quelques centaines de mètres au sud de ces terrains (Callane et Merchedente) qui viennent d’être diagnostiqués (fig. 1).

Fig. 1 – Plan général des opérations 2018 de Callane et Merchedente

Fig. 1 – Plan général des opérations 2018 de Callane et Merchedente

DAO : J.-J. Grizeaud (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Casanova L. 1998 : L’occupation des sols en plaine de Casinca (Haute-Corse) durant l’Antiquité, mémoire de maîtrise présenté sous la direction de P. Leveau, Aix-en-Provence, 1998, 156 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des opérations 2018 de Callane et Merchedente
Crédits DAO : J.-J. Grizeaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Grizeaud, « Penta-di-Casinca – Callane » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 08 janvier 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/50342

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Grizeaud

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Jacques Grizeaud

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search