Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse2019InterdépartementalOxydes de fer en Corse : prospect...

2019
Interdépartemental

Oxydes de fer en Corse : prospections géologiques, analyses géochimiques et minéralogiques de pigments archéologiques

Prospection thématique (2019)
Responsable d’opération : Maryline Lambert

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Durham University

Texte intégral

1La présence d’un grand nombre d’artefacts à base d’oxydes ferriques (majoritairement de l’hématite) retrouvés sur des sites archéologiques à l’échelle de l’île a motivé des prospections géologiques dans toute la Corse. Celles-ci ont été menées afin de répertorier des sources de minerais riches en oxydes de fer entre 2018 et 2019.

2Huit sources géologiques ont été sélectionnées et visitées suite à un examen de la littérature minière ancienne (Gueymard 1883 ; Nentien 1897) et contemporaine (Baldini 1959 ; Maisonneuve 1960 ; Comiti 2011 ; Poggionovo 2017) avec l’assistance de P. Comiti, J.-P. Poggionovo et K. Peche-Quilichini. Ces textes fournissent des informations notables sur la localisation des minéralisations. Les documents BRGM mentionnent un certain nombre d’affleurements, bien que leur emplacement reste imprécis.

3D’une manière générale, très peu de résultats analytiques étaient connus pour ce minerai jusqu’à la présente étude. Les mines, filons et minéralisations ciblés sont localisés en Haute-Corse, à San Gregorio (Poggio d’Oletta), Venzolasca, Monte, Corte (rive droite de la Restonica), et en Corse-du-Sud, à Moca Croce (col de la Tana), Grossa, Casalabriva (à proximité du site archéologique de Contra Maiò).

4Outre les sites corses, des prélèvements ont été permis dans la mine de Su Enturgiu (massif du Montiferru, Seneghe, Sardaigne) grâce aux renseignements de M.M. Scanu. Cette région est connue pour avoir, au moins depuis la période punique, fourni du minerai à Tharros (Ingo et al. 1995 ; Caro et al. 2013). Des blocs provenant de la mine de Rio Marina sur l’Île d’Elbe ont de même été inclus, puisque son minerai a été vraisemblablement exploité par les Étrusques dès le Ier millénaire av. J.‑C. (Corretti, Benvenuti 2001 ; Corretti et al. 2014).

5Un programme d’analyses visant à caractériser géochimiquement et minéralogiquement les échantillons géologiques a été mis en place dans les laboratoires d’archéométrie (DarcLab) et de géochimie (Earth Sciences) de Durham University, au Royaume-Uni. Ce programme est mené en partenariat avec le laboratoire IRAMAT-CRP2A de l’Université de Bordeaux Montaigne. Les méthodes mises en œuvre sont la diffraction des rayons X sur poudre, la spectrométrie de masse et l’analyse par sonde nucléaire PIXE (C2RMF, Palais du Louvre) et permettent des analyses à haute sensibilité. Un examen pétrographique y est associé.

6En parallèle, environ 400 artefacts provenant de 17 sites archéologiques ont été rassemblés, incluant un grand nombre de pièces émanant des collections du musée départemental de Sartène. Ces vestiges prennent la forme de blocs pigmentaires ou de pigments appliqués sur pierre ou céramique. Une grande majorité de blocs archéologiques portent des traces anthropiques qui suggèrent de multiples fonctions variant selon les époques (notamment extraction de pigment, tannage des peaux, préservation des corps et, potentiellement, travail de finition en métallurgie). Les périodes concernées remontent au Mésolithique (sépulture de Campu Stefanu) et s’étendent jusqu’au second âge du Fer.

7En décembre 2019, une intervention exceptionnelle sur une stèle néolithique à Grossa a été conduite. Plusieurs prélèvements ont été effectués avec l’assistance de F. Leandri sur la matière rouge recouvrant l’une des deux stèles récemment mises au jour sur le site de Balchiria. Des analyses par spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier (IRTF) et microscopie électronique à balayage (MEB-EDX) ont été réalisées afin de préciser la nature de ce pigment. Ces données ont été mises en parallèle avec la composition de blocs colorants collectés lors de travaux d’aménagement du terrain par son propriétaire.

8Tous ces résultats font partie intégrante d’un travail de recherche doctoral et visent à établir un portrait le plus exhaustif possible sur la caractérisation des filons et minéralisations riches en oxydes de fer. Il s’agit en outre de distinguer des sources susceptibles d’avoir été choisies au cours de la Préhistoire.

Fig. 1 – Filon d’hématite à Corte

Fig. 1 – Filon d’hématite à Corte

Cliché : M. Lambert (Durham University).

Haut de page

Bibliographie

Baldini P. 1959 : Étude géologique de la presqu’île de Grossa (Corse), mémoire de master, Université de Clermont Ferrand, 71 p.

Caro T., Riccucci C., Parisi E.I., Renzulli A., Moro S., Santi P., Faraldi F. 2013 : Archaeo-metallurgical studies of tuyeres and smelting slags found at Tharros (north-western Sardinia, Italy), Applied Physics A, 113 (4), p. 933-943.

Comiti P. 2011 : Mines et métallurgie du fer en Corse: du xve au xviiie siècle, Ajaccio, éd. Alain Piazzola, 285 p.

Corretti A., Benvenuti M. 2001 : The beginning of iron metallurgy in Tuscany, with special reference to Etruria Mineraria, Meditarch, 14, p. 127-145.

Corretti A., Chiarantini L., Benvenuti M., Cambi F. 2014 : The Aithale project: men, earth and sea in the Tuscan Archipelago (Italy) in Antiquity: perspectives, aims and first results, in Rehren T., Cech B. (dir.), Early Iron in Europe, éd. Monique Mergoil (Instrumentum monographies, 50), p. 181-196.

Gueymard E. 1883 : Voyage géologique et minéralogique en Corse : 1820-21, Bastia, Vve Ollagnier, 159 p.

Ingo G.M., Bultrini G., Chiozzini G. 1995 : Microchemical studies for locating the iron ore sources exploited at Tharros during Phoenician-Punic period, Rivista di Studi Fenici, 23 (Suppl.), p. 99-107.

Maisonneuve J. 1960 : Étude géologique sur le Sud de la Corse, région comprise entre Ajaccio et Porto-Vecchio, Bulletin du service de la carte géologique de la France, vol. 57, 237 p.

Nentien E.T. 1897 : Étude sur la constitution géologique de la Corse, Paris, Imprimerie nationale, 224 p.

Poggionovo J.-P. 2017 : Minéraux de Corse, Ajaccio, Albiana, 311 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Filon d’hématite à Corte
Crédits Cliché : M. Lambert (Durham University).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50562/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryline Lambert, « Oxydes de fer en Corse : prospections géologiques, analyses géochimiques et minéralogiques de pigments archéologiques » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 12 janvier 2021, consulté le 04 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/50562

Haut de page

Auteur

Maryline Lambert

Durham University

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Maryline Lambert

Durham University

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search