Navigation – Plan du site
2006

Pontarion – Place de l’église

Responsable(s) des opérations : Christophe Maniquet
Notice rédigée par : Christophe Maniquet

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 2343

Date de l'opération : 2006 (EX)

1Un projet d'installation de gouttières et d'un réseau enterré de canalisations, pour les eaux pluviales autour de l'église Saint-Blaise de Pontarion, a entraîné la mise en place d'un diagnostic archéologique préalable, prescrit par le service régional de l'Archéologie. En effet, les travaux envisagés risquaient de mettre au jour l'ancien cimetière paroissial ainsi que d'éventuels vestiges liés au prieuré qui était associé à l'église. L'existence de l'église semble être étroitement liée à l'apparition du château de Pontarion autour des XIes. ou XIIes. Le prieuré attenant à l'église était dépendant du chapitre d'Eymoutiers. Les adjonctions tardives sont des chapelles basses formant faux transept.

2L'intervention archéologique a été menée du 8 au 10 février 2006. Six sondages ont été creusés au pied des murs gouttereaux nord et sud, à l'aide d'une pelle ou d'une mini-pelle dotée d'un godet lisse. Trois tranchées d'expertise ont été réalisées dans le parterre d'herbe le long du mur sud de l'église. Trois autres ont été effectuées dans la ruelle exiguë longeant l'église au nord et desservant les jardins et les garages pour automobiles situés de ce côté.

3Le sondage 1 a été creusé au sud de l'église, près de son angle sud-est, au pied des murs méridionaux de la sacristie et de la chapelle. Trois structures en creux y ont été observées. Elles perçaient toutes trois le substrat géologique et n'ont pas trouvé d'interprétation convaincante. Une tranchée, large de 0,60 m et profonde de 0,22 m, entaillait le substrat. Orientée est-ouest, elle ne paraissait pas parallèle à l'église. La présence d'ossements humains en vrac pourrait indiquer qu'elle a perturbé des sépultures et qu'elle a pu fonctionner en même temps que le cimetière ou après son abandon. Elle appartiendrait donc à une période assez récente.

4Au nord de la tranchée précédente et à l'extrémité orientale du sondage, ont été mis au jour respectivement une petite fosse ovale et une portion d'une fosse quadrangulaire aux parois verticales. S'agit-il de creusements destinés à recevoir des plantations ? En l'état actuel des recherches, leur fonction exacte ne peut être définie avec précision. Leur intérêt semble cependant limité dans la mesure où ils n'ont pas livré de mobilier et qu'ils pourraient appartenir à une période assez récente, peut-être postérieure à la construction de la sacristie au XIXes.

5Le sondage 2 à l'angle sud-ouest de la chapelle méridionale, parallèlement au mur sud de l'église, a permis de mettre en évidence de nombreuses structures s'apparentant pour certaines clairement à des sépultures se recoupant entre elles, et pour d'autres à des petits trous de piquets. La sépulture St 204, orientée est-ouest, entaillait légèrement le substrat géologique.

6Elle est apparue à une profondeur de 0,50 m environ. Un alignement de pierre prenait appui sur le bord septentrional de la fosse. Des clous à l'ouest pourraient témoigner de la présence initiale d'un cercueil de bois.

7Dans la sépulture St 209, le squelette de l'individu a été observé malgré son mauvais état de conservation. Deux petits trous de piquets perçaient le substrat. Leur fonction et leur datation n'ont pu être évaluées. Ont-ils été creusés lors de la construction de l'église ? Sont-ils contemporains du cimetière ? Une fosse circulaire est apparue dans le sondage 2, ainsi que deux tranchées orientées est-ouest. Aucune n'était exactement parallèle à l'église actuelle.

8Le sondage 3 a été implanté au sud-est de la nef de l'église, à l'emplacement d'un futur regard et d'une canalisation de récupération des eaux pluviales. Deux sépultures orientées est-ouest ont été mises au jour. La sépulture St 301 a été mise au jour en partie à l'extrémité nord du sondage 3. L'individu était en decubitus dorsal, les bras croisés, les mains reposant sur les côtes. Sa position contractée témoigne d'une décomposition en espace colmaté. Des perles de chapelet ont été découvertes dans sa main droite et entre les côtes gauches. Au total, cinquante-deux perles noires probablement en lignite et quatre perles en verre translucide ont été retrouvées. Cinq épingles de linceul en argent ont également été extraites de cette sépulture.

9La moitié occidentale de la sépulture St 302 entamait le substrat de près de 0,25 m. Tout autour du squelette, une ligne de sédiment plus noir associé à du sable grossier de ruissellement indiquait les limites d'un cercueil de bois disparu dont l'existence a été confirmée par la présence de plusieurs clous. L'individu mis au jour s'est vraisemblablement décomposé en espace ouvert. En decubitus dorsal, il avait le bras droit le long du corps et le bras gauche légèrement replié, avec la main sur le pubis. La main droite renfermait là encore des perles de chapelet en verre. Vingt-quatre ont été retrouvées. Très différentes de celles de la sépulture St 301, elles étaient très régulières, rondes et de couleur verte, sauf une de teinte bleue.

10Ces deux sépultures sont vraisemblablement postérieures à la construction de l'église. Aucun creusement ne permet d'ailleurs d'envisager la présence de structures antérieures à l'édifice religieux. La tradition d'enterrer les squelettes avec des chapelets remonte aux Temps Modernes et s'est perpétuée jusqu'au XXes. Le cimetière semble donc encore exister au sud de l'église au moins jusqu'à la Révolution.

11Le sondage 4, le long du mur nord de la nef de l'église, dans une ruelle étroite au pendage assez important vers l'ouest, a permis d'observer la stratigraphie et la fondation des contreforts. L'objectif de cette tranchée était en particulier le repérage de niveaux, de structures ou de murs appartenant au prieuré initialement attenant à l'édifice religieux. Un niveau de circulation empierré, observé sous une recharge contemporaine, semble suivre la pente actuelle et pourrait correspondre à l'empierrement primitif de la venelle. Un niveau limono-sableux brun clair couvrant le substrat semble précéder la construction de l'église. Aucun mur ni aucune structure n'a été mis au jour dans le sondage 4.

12Le sondage 5 creusé au nord-est de l'église, à l'est de la chapelle septentrionale, devait permettre de retrouver les soubassements du prieuré. Après observation de la stratigraphie, plusieurs interprétations s'imposent. Tout d'abord, le niveau limono-sableux brun reposant sur le substrat pourrait être considéré comme un paléosol, antérieur à l'installation humaine. Sur ce dernier repose un niveau de circulation composé de fragments de tuiles ou de petites pierres. À l'ouest, un remblai sablo-limoneux brun semblait avoir pour but de compenser la pente naturelle. Le niveau de circulation pourrait appartenir à la phase de construction de l'église ou à la première occupation liée à l'édifice religieux. Ce niveau de circulation a alors été recouvert d'un nouveau remblai limono-sableux à sableux brun sur lequel repose le niveau empierré repéré dans le sondage 4. Aucune maçonnerie ayant pu appartenir au prieuré n'a été mise au jour dans le sondage 5, ni aucune cavée de récupération.

13Seuls un trou de poteau et le fond d'une fosse à chaux ont été aperçus dans cette tranchée d'expertise. Ces structures pourraient être liées à la construction de l'église. Malheureusement, l'absence totale de mobilier empêche toute datation précise de cette phase.

14Le sondage 6, pratiqué au nord-ouest de la chapelle septentrionale accolée à l'église, avait pour but de vérifier si la chapelle n'était pas en partie fondée sur une maçonnerie plus ancienne ayant pu appartenir au prieuré. Aucune maçonnerie n'a été découverte dans ce sondage.

15Les six sondages réalisés au nord et au sud de l'église de Pontarion ont permis de répondre à certaines questions quant à l'environnement immédiat de l'édifice religieux lors de sa mise en place et après sa construction. Cependant des perturbations et remaniements récents, ainsi que l'exiguïté des sondages empêchent toute affirmation.

16En ce qui concerne les tranchées d'expertise effectuées au sud, des creusements récents semblent perturber la nécropole qui se trouvait de ce côté-là. La densité des sépultures paraît plus importante au sud-ouest. La présence de deux individus tenant un chapelet dans leur main droite, tradition relativement récente, indique que des inhumations ont été faites au moins jusqu'à la Révolution et peut-être même plus tard.

17Au nord de l'église, la recherche des bâtiments conventuels du prieuré s'est soldée par un échec. Aucune maçonnerie accolée à l'église n'a été mise au jour. Il est possible cependant qu'une venelle séparait dès l'origine ces bâtiments de l'église. Au nord-est de l'église, sous ces niveaux de circulation, plusieurs structures pourraient avoir appartenu à la phase de construction de l'église. Un niveau charbonneux contenant de petites scories de bronze pourrait en outre témoigner de la proximité d'un four à cloche.

18On peut donc en conclure que l'église s'établit dans une zone vierge de toute occupation antérieure, sur un terrain peut-être nouvellement défriché pour son installation. L'absence de mobilier archéologique ne permet pas de préciser sa date de construction. Les futures tranchées de réseau ne détruiront vraisemblablement pas de vestiges archéologiques d'un intérêt primordial hors de l'emprise des sondages archéologiques d'expertise réalisés ici.

19 (Fig. n°1 : Localisation des sondages archéologiques)

20Maniquet Christophe

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Localisation des sondages archéologiques

Fig. n°1 : Localisation des sondages archéologiques

Auteur(s) : D'Agostino (INRAP). Crédits : INRAP (2006)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Localisation des sondages archéologiques
Crédits Auteur(s) : D'Agostino (INRAP). Crédits : INRAP (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/5061/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Christophe Maniquet, « Pontarion – Place de l’église », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/5061

Haut de page

Responsable d'opération

Christophe Maniquet

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals