Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCentre-Val de Loire201818 – CherParassy – Les Bouloises

2018
18 – Cher

Parassy – Les Bouloises

Fouille programmée (2018)
Responsable d’opération : Raphaël Angevin

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

0612086

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Le site des « Bouloises » (Parassy, Cher) a été repéré en 2013 sur le rebord méridional du coteau qui domine la plaine de Bourges. D’un point de vue géologique, les terrains explorés s’inscrivent à la transition des formations jurassiques (Marnes de Saint-Doulchard : Kimméridgien) et crétacées du sud du Bassin parisien (argiles bariolées : Barrémien et Albien) et s’établissent de part et d’autre de plusieurs paléochenaux qui drainent les eaux de surface en direction de la « Petite Sauldre ». À la suite d’une première campagne de fouille en 2017, l’opération a été poursuivie dans plusieurs directions complémentaires : l’étude de la Zone 1, engagée sur une surface de 36 m2, s’est prolongée en procédant à une fouille fine et à un tamisage à l’eau systématique des sédiments. Ce protocole a permis de collecter l’ensemble de la fraction fine de l’industrie lithique et de procéder à une analyse taphonomique précise de cet assemblage. Deux tranchées d’évaluation stratigraphiques correspondant aux Zones 5, 6 et 7 ont par ailleurs été implantées dans la continuité de cette fenêtre principale, afin d’évaluer l’ampleur de la séquence sédimentaire et de caractériser les conditions de gisement en direction des thalwegs est et ouest. Enfin, un sondage profond (Zone 8) a été réalisé au centre de la dépression formée par le vallon oriental, dans l’objectif de déterminer les modalités et les rythmes de son comblement, en lien avec l’érosion sommitale du plateau.

2La poursuite systématique des investigations en profondeur a permis d’identifier une seconde nappe de vestiges, au contact du substrat d’âge secondaire (UA 2). Le matériel collecté présente des états de surface extrêmement altérés (forte patine, doucissage des reliefs) qui tranchent nettement avec le matériel provenant de la nappe supérieure, à l’aspect plus « frais ». D’un point de vue technologique, cet assemblage inférieur se distingue par la présence de rares produits Levallois, associés aux témoignages d’un débitage unipolaire convergent de pointes caractéristiques du Paléolithique moyen. Ces caractères rapprochent l’industrie des « Bouloises » des industries du technocomplexe du Nord-Ouest daté, dans le Centre-Nord de la France, du MIS 5d-a (112-70 ka BP). Au regard de la faible représentativité de cette série, rien n’exclut cependant un rapprochement avec les industries postérieures du MTA (MIS 4-3, 65-50 ka BP) qui se distinguent toutefois à l’échelle régionale par l’importance du façonnage bifacial, le recours à la méthode discoïde et l’importance de l’outillage de transformation. La découverte de ce mobilier, en discontinuité avec les vestiges aurignaciens mais à la base de la séquence sédimentaire (UPS 4), atteste l’importance des phénomènes de réduction des dépôts pléistocènes intervenus entre le MIS 5 et le MIS 3.

Fig. 1 – Industrie lithique des technocomplexes aurignacien moyen/récent (nos 1 et 2) et moustérien (nos 3 et 4)

Fig. 1 – Industrie lithique des technocomplexes aurignacien moyen/récent (nos 1 et 2) et moustérien (nos 3 et 4)

1, unité pédosédimentaire (UPS) 5 sup grattoir à museau-bec ; 2, UPS 3 sup lame aurignacienne à retouche écailleuse scalariforme deux bords ; 3-4, UPS 3 inf éclats Levallois convergents.

Dessins : P. Alix.

3L’étude géomorphologique conduite par C. Recq a permis de préciser le contexte pédosédimentaire dans lequel s’insère la nappe de vestiges supérieure. Cette dernière, nettement entamée par les labours (UPS 1 et 2), s’établit à une profondeur de 0,25 m, au contact d’un paléosol d’altération ancienne constitué aux dépens d’apports éoliens (UPS 3 et 4). Une part significative de l’industrie se positionne au sommet de cette séquence. Sur la pente du vallon, l’accumulation de limons lœssiques colluviés (UPS 5, 6 et 7) au-dessus de ce niveau confirme la profonde remobilisation des horizons superficiels à la faveur d’épisodes d’érosion/accumulation dont l’origine est clairement tardiglaciaire et holocène. L’étude des logs relevés en 2018 et l’examen micromorphologique des lames minces réalisées à partir des blocs prélevés en 2017 restituent une histoire complexe de ce niveau, intégrant plusieurs phases d’accumulation et de pédogénèse. Dans un dernier état, un cryosol (sol brun boréal) – dont le sommet a été tronqué – est venu s’établir sur l’horizon Bt d’un luvisol planosolique plus ancien (Pléistocène : MIS 5/MIS 3 ?). Remobilisée sous l’effet du gel, sur place (thufurs) ou le long de la pente (gélifluxion), la nappe de vestiges supérieure (UA 1) a été redéposée à faible distance du gisement initial, situé plus haut sur le plateau.

4De ce point de vue, la distribution verticale des artefacts et le tri des constituants sédimentaires illustrent un comportement proche d’une zone d’accumulation vers l’aval, telle qu’elle est définie à partir des référentiels expérimentaux. L’impact de ces mouvements sur l’intégrité du niveau archéologique semble donc avoir été assez fort, provoquant une dispersion latérale et verticale des témoins lithiques. Au regard des processus post-dépositionnels décrits, les mesures OSL réalisées à partir d’échantillons prélevés au sein des deux nappes de vestiges (UPS 3 et 4) ne fournissent aucune corrélation entre l’encaissant daté et le matériel qui est contenu. Les résultats obtenus aux deux extrémités de la séquence, compris entre 10,9 et 41,4 ka BP, encadrent toutefois une dynamique sédimentaire pour l’essentiel du Pléniglaciaire supérieur weichsélien.

5L’étude technologique des séries lithiques révèle par ailleurs la grande homogénéité de l’assemblage supérieur des « Bouloises ». Sous cet aspect, la quasi-totalité du corpus documenté s’avère compatible avec les industries de l’Aurignacien moyen/récent (36,5-32 ka cal BP), telles qu’elles ont pu être définies dans le sud-ouest de la France, mais aussi, dans une moindre mesure, dans le Bassin parisien. Si aucune analyse de la distribution spatiale de ces vestiges ne peut être envisagée, la description techno-économique de l’industrie permet toutefois d’en restituer les traits les plus saillants. L’étude pétroarchéologique effectuée par V. Delvigne éclaire le vaste litho-espace au sein duquel prennent place le(s) groupe(s) de chasseurs-collecteurs présents sur le site au début du Paléolithique supérieur : il est nettement polarisé à l’ouest, avec un approvisionnement lointain issu des formations de Fontmaure (Vienne), de la vallée de la Claise (Indre-et-Loire) et du nord de l’Indre. L’essentiel de l’industrie est cependant réalisé aux dépens des silex du Jurassique et du Crétacé disponibles dans l’environnement local (gîtes du Turonien de Saint-Martin-d’Auxigny et Méry-ès-Bois) ou régional (Hettangien du sud de l’Indre et du Cher ; Portlandien du nord du Massif central ; Santonien du Sancerrois ; Turonien inférieur de la moyenne vallée du Cher). Les silex d’origine lointaine ne sont présents qu’en peu d’exemplaires, sous la forme de produits finis ou de débris. Les matériaux locaux semblent quant à eux avoir fait l’objet d’une exploitation in situ, pour la production de lames destinées à l’équipement domestique.

6À cet égard, les chaînes opératoires mises en lumière (production de lames robustes par le recours à un débitage unipolaire frontal ou, plus fréquemment, semi-tournant ; continuum lamino-lamellaire minoritaire permettant l’obtention de lames légères) témoignent d’une forte segmentation dans le temps et dans l’espace puisque seules les séquences les plus extrêmes (décorticage et mise en forme des blocs ; utilisation et réaffûtage des outils) sont représentées et qu’un net déficit des supports bruts peut être rapporté. Enfin, une production nano-lamellaire doit être évoquée, au côté des débitages plus caractéristiques sur nucléus carénés, dans le cadre de l’exploitation des pièces à épaulement ou à « museau-bec », sans qu’il soit possible pour l’instant de préciser la destination fonctionnelle des supports obtenus, en l’absence de toute pièce retouchée.

7In fine, l’analyse comparative des séries lithiques des « Bouloises » avec celles des sites présumés contemporains des « Cottés » (Saint-Pierre-de-Maillé, Vienne : US 2) et de Marigny (Sauvigny-les-Bois, Nièvre) permet de mettre en lumière la profonde unité des expressions techniques de l’Aurignacien « moyen-récent » et de postuler l’existence, autour de 37-36 ka cal BP, d’un faciès culturel original propre aux régions du Centre-Ouest de la France.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Industrie lithique des technocomplexes aurignacien moyen/récent (nos 1 et 2) et moustérien (nos 3 et 4)
Légende 1, unité pédosédimentaire (UPS) 5 sup grattoir à museau-bec ; 2, UPS 3 sup lame aurignacienne à retouche écailleuse scalariforme deux bords ; 3-4, UPS 3 inf éclats Levallois convergents.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/50741/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Angevin, « Parassy – Les Bouloises » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre-Val de Loire, mis en ligne le 26 janvier 2021, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/50741

Haut de page

Auteur

Raphaël Angevin

Drac Centre-Val de Loire (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Raphaël Angevin

Drac Centre-Val de Loire (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search