Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCentre-Val de Loire2018Projets collectifs de rechercheRéseau de lithothèques en région ...

2018
Projets collectifs de recherche

Réseau de lithothèques en région Centre-Val de Loire

Projet collectif de recherche (2018)
Responsable d’opération : Vincent Delvigne
Notice rédigée avec Raphaël Angevin, Paul Fernandes et Harold Lethrosne

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1Depuis 2016, le PCR « Réseau de lithothèques en région Centre-Val de Loire » s’inscrit dans une perspective de recherche sur les modes d’exploitation des ressources minérales et sur la territorialité des groupes humains préhistoriques. Outre l’étude ou la révision de séries archéologiques de l’espace régional, la caractérisation précise des silicites (silex, chert, silcrète, jaspéroïde) dans leur contexte géologique revêt une importance toute particulière en ce qu’elle permet de dessiner des espaces parcourus (parfois sur de très grandes étendues) et, couplée à la technologie lithique, d’identifier des modes de transport des artefacts. Ces réalités renseignent sur les formes sociales et les régimes de mobilité des groupes humains, permettant de matérialiser des processus d’interaction qui mettent parfois en jeu des entités culturelles perçues comme distinctes. Si la région Centre-Val de Loire a depuis longtemps servi de moteur à la réflexion sur la diffusion des silicites (cf. rapport 2016), la grande qualité des travaux passés n’était pourtant plus suffisante au vu des problématiques de la recherche actuelle en pétroarchéologie. En réponse à cet état de fait, le PCR développe quatre missions :

  • mission 1 : inventaire, développement et enrichissement de l’outil lithothèque ;

  • mission 2 : caractérisation dynamique des silicites de l’espace régional ;

  • mission 3 : diffusion et valorisation des connaissances dans et en dehors du PCR ;

  • mission 4 : études de collections archéologiques.

2Concernant la mission 1, il s’agissait en 2018 de retravailler sur la lithothèque du musée du Grand-Pressigny en effectuant son inventaire au moyen de la fiche terrain/récolement (cf. rapport 2017). Outre la lithothèque située dans les réserves du musée, il s’agissait d’exploiter et de valoriser les deux autres lithothèques (D. Millet et J. Primault) conservées dans l’ancien dépôt du musée et rendues accessibles seulement cette année. Le tri, le classement et l’inventaire complet de la lithothèque du musée (173 gîtes dont 72 seulement en lames minces) et de la lithothèque Millet (125 gîtes) ont été effectués courant octobre. La couverture photographique de l’ensemble des échantillons de la lithothèque du musée et d’un quart de la lithothèque Millet a été effectuée. Le recensement de la lithothèque Primault reste à faire. Elle concerne essentiellement des échantillons du département de la Vienne et ne forme donc pas une priorité dans le cadre du PCR ; son récolement sera à réaliser en partenariat avec le PCR « Réseau de lithothèques en Nouvelle Aquitaine » (2020 ?).

3Au terme du récolement, nous avons constaté que moins de 10 % de la lithothèque du musée est exploitable dans le cadre d’une lithothèque moderne (précision des lieux de collecte, type de gîte échantillonné…), mais celle de D. Millet, réalisée en 1984 et encore inédite, est à 90 % exploitable. Notons que l’ensemble de la documentation ayant trait à la lithothèque du musée du Grand-Pressigny (fiches Mallet/Giot, inventaire, cartes et rapports de prospections…) sont disponibles sur le Google Drive du PCR (cf. mission 3). Concernant la lithothèque d’Argentomagus (seule lithothèque de l’espace régional dont le récolement n’est pas terminé), les notes de terrain ont tardé à parvenir à G. Teurquety qui pilote cette mission. Ce travail devrait selon toute vraisemblance prendre fin en 2019. Afin d’enrichir les lithothèques, de nouvelles prospections ont eu lieu dans l’est du Loiret et dans le sud de l’Indre et du Cher. Enfin, fin novembre et début décembre, nous avons développé la version beta d’une application smartphone et tablette disponible en mode connecté ou non pour l’échantillonnage sur le terrain et permettant de remplir directement les fiches terrain/lithothèques. Une fois enregistrées, les données sont vérifiées par un modérateur (VD), puis, une fois validées, celles-ci sont incorporées au SIG des formations à silicites. À moyen terme, cette application a pour but d’être le support d’un travail de science participative.

4Concernant la mission 2, nous avons réalisé l’ensemble des fiches de caractérisation de matériaux des prospections Delvigne/Dépont réalisée en 2017 dans le nord et l’est du Cher (soit 39 fiches ; 14 fiches en 2017 et 25 fiches en 2018), ainsi que les fiches des échantillons exploitables de la lithothèque du musée du Grand-Pressigny (6 fiches en 2018, deux restent à faire). Concernant la cartographie, qui a partir de 2019 constituera une mission à part entière du PCR, le travail collaboratif a débuté sur les cartes de Gien (432), de Saint-Martin d’Auxigny (492) de Montargis (365) et de Selomme (396). Le SIG a pris un peu de retard, car le travail d’harmonisation des tables de données à l’échelle nationale a été retardée (mais est maintenant terminé) et le travail sur les licences d’accès aux données créées (en cours dans le cadre du GDR « Silex ») n’est pas encore abouti et devrait être finalisé au premier trimestre 2019. Le travail sur ces quatre cartes devrait finir d’ici fin janvier 2019. Une fois terminé, nous passerons à la digitalisation d’autres cartes de l’espace régional. À cet égard, nous comptons nous appuyer sur les nouvelles prospections (voir perspectives 2019), qui permettront d’avancer le travail dans les zones encore vierges et sur les membres de l’atelier 2 du GDR « Silex » (démarrage 2019, cf. ci-dessous).

5Dans le cadre de la mission 3, six membres ont participé à une journée de formation SIG organisée par le PCR le 26/09/2018 dans les locaux de la DST de l’Inrap à Paris. Il s’agissait de développer leurs compétences en SIG (sous QGis) et de présenter les différents outils nécessaires à la digitalisation des formations à silicites selon les méthodes définies ces trois dernières années.

6En décembre 2018, nous avons créé un espace Google drive dédié, accessible par mot de passe, où est stocké l’ensemble de la documentation établie par le PCR (rapport, base de données, photos…) et nécessaire au travail collaboratif (notamment la bibliographie en pdf). À plus large échelle, les travaux du PCR ont fait l’objet en 2018 de communications dans des colloques internationaux :

  • une communication et un poster dans la session XVII-6 (L’approvisionnement en matières premières lithiques pendant le Paléolithique supérieur de l’Eurasie. Approches traditionnelles et contributions de l’archéométrie) de l’UISPP de Paris (France) ;

  • une communication dans la session III-3 (Construire des référentiels partagés : Webmapping et archéologie) de l’UISPP de Paris (France) ;

  • une communication aux Journées Patrimal : Contextualisation des stratégies d’approvisionnement des matériaux issus du patrimoine culturel de Grenoble (Isère) ;

  • une communication dans la session 782 (The value of lithic raw materials in defining prehistoric social territories) de l’EAA de Barcelone (Espagne). Cette session était dirigée par deux membres du PCR ;

  • de séminaires dans le cadre d’enseignements universitaires (Université de Rennes II, Université de Clermont Auvergne) ou d’autres programmes de recherche : « Paléolithique final et Mésolithique dans le Bassin parisien et ses marges. Habitats, sociétés et environnement » (dir. L. Mevel et S. Griselin) à Nanterre le 15/11/2018 ; « Monumentalisme et territoires au Néolithique entre Loire et Charente » (dir. V. Ard) à Thouars le 15/10/2018. L’article relatif à la présentation effectuée à Bueno Aires en 2017 et publié dans le Journal of Lithic Study a été accepté et est actuellement sous presse.

7Enfin, dans le cadre de la mission 4, nous avons effectué l’étude des silicites de l’Aurignacien récent des Bouloises – campagne 2018 (Parassy, Cher) et en partenariat avec la société Paléotime, l’étude d’une partie du site néolithique du Busa à Noyers-sur-Cher (Loir-et-Cher).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Delvigne, Raphaël Angevin, Paul Fernandes et Harold Lethrosne, « Réseau de lithothèques en région Centre-Val de Loire » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre-Val de Loire, mis en ligne le 26 janvier 2021, consulté le 23 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/50946

Haut de page

Auteurs

Vincent Delvigne

CNRS

Articles du même auteur

Raphaël Angevin

Articles du même auteur

Paul Fernandes

Articles du même auteur

Harold Lethrosne

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Delvigne

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search