Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCentre-Val de Loire2018Projets collectifs de recherchePaléolithique final et Mésolithiq...

2018
Projets collectifs de recherche

Paléolithique final et Mésolithique dans le Bassin parisien et ses marges : habitats, sociétés et environnements

Projet collectif de recherche (2018)
Responsable d’opération : Ludovic Mevel
Notice rédigée avec Sylvain Griselin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1Au fil des trois dernières années, le PCR a réuni les contributions qui émanent de 126 chercheurs venant de 71 équipes de recherches françaises et européennes. Évidemment, ce chiffre est à pondérer puisqu’il inclut aussi les noms et les institutions des collègues ayant participé à des manifestations soutenues ou organisées par les membres du PCR. Il témoigne néanmoins d’un réseau de recherche étendu et diversifié.

2En trois ans, ce sont 6 rencontres qui ont été organisées sous l’égide du PCR :

  • un workshop international : Le meilleur des deux mondes. Environnements et sociétés du dernier maximum glaciaire à l’Holocène, organisé à Nanterre en octobre 2015 (voir en Annexe ; O. Bignon-lau, C. Leduc, L. Mevel, V. Rinterknecht, M.J. Weber org.) ;

  • une session : L’Europe du Nord-ouest autour de 10 000 BP (11 600 cal BP) : quels changements ? organisée pendant le dernier congrès Préhistorique de France qui s’est tenu à Amiens en juin 2016 ; J.-P. Fagnart, L. Mevel, B. Valentin, M.J. Weber dir.) ;

  • une session du dernier congrès mondial de l’UISPP Exceptional sites or exceptional preservation ? Interdisciplinary Approaches to the Function of Early Holocene Wetland Sites in Europe (C. Guéret, A. Deseine, H. Lübke org.) ;

  • trois séminaires de recherche s’intéressant à des problématiques connexes (base de données ISHTAR ; présentation d’outils de valorisations 3D ; PCR matières premières Centre-Val de Loire) ou émanant directement des axes de recherches du PCR (programme Réanima ou abris gravés de la forêt de Fontainebleau).

3Le PCR est structuré en 5 axes :

  • axe 1 : évolution des environnements tardiglaciaires et holocènes ;

  • axe 2 : chronologie des successions culturelles au Tardiglaciaire ;

  • axe 3 : palethnographie des sociétés du Tardiglaciaire ;

  • axe 4 : chronologie des successions culturelles au début de l’Holocène ;

  • axe 5 : palethnographie des sociétés du début de l’Holocène.

4L’axe « Environnement » (axe 1) s’est surtout structuré autour des travaux réalisés sur les micro-usures dentaires menés d’abord par Florent Rivals et ses collègues autour du gisement de Verberie puis autour du projet Réanima coordonné par Olivier Bignon-Lau et Charlotte Leduc. Les résultats des recherches à Verberie ont permis de préciser le fonctionnement des campements et de mieux saisir les saisons d’occupation du site. Pour sa part, le programme Réanima avait pour premier objectif de produire une base de données d’empreintes dentaires de plusieurs espèces animales et d’utiliser ce référentiel sur nos corpus paléolithiques récent/final et mésolithique. À l’interface des problématiques culturelles et paléoenvironnementales, Dorothée Drucker et ses collègues ont poursuivi leurs recherches qui visent à identifier et analyser les pratiques alimentaires humaines en utilisant conjointement deux types d’indicateurs paléobiologiques (modifications de la sphère bucco-dentaire) et isotopiques (teneurs en 13C, 15N et 34S). Les efforts se sont particulièrement porté sur les gisements majeurs d’Auneau et de la Haute-île.

5Les recherches autour du Paléolithique final (axes 2 et 3) ont été foisonnantes au cours de ces trois années. Des nouvelles recherches ont été impulsées autour des occupations magdaléniennes de Mareuil-sur-Cher et les premiers résultats ont été présentés dans une communication dans la session UISPP/SPF du dernier congrès de l’UISPP et feront l’objet d’un article dans la séance de la SPF qui va être issue de cette session (Strauss et Langlais, dir.). Si c’est une première étape notable, elle est insuffisante eu égard au potentiel du gisement. Ces projets autour de Mareuil sont nés aussi de notre volonté de nous interroger sur la variabilité des productions laminaires magdaléniennes sur le temps long, surtout documenté à partir de la thèse de Pierre Bodu sur Pincevent (Bodu 1993) et de celle de Nicole Pigeot sur Étiolles-U5 (Pigeot 1987). En effet, on peut sérieusement s’interroger sur la variabilité de ces productions (et de sa signification) qui apparaît beaucoup plus importante qu’attendu, à la lueur notamment des travaux d’Élisa Caron-Laviolette sur les niveaux D71 d’Étiolles (Caron-Laviolette et al. 2018). Notons que c’est un axe de recherche qui est développé, en parallèle, par l’équipe d’Etiolles autour de la séquence stratigraphique du locus 2 et de ces + ou -9 niveaux stratifiés.

6Un bilan sur le faciès Cepoy-Marsangy et de ses relations avec le Hambourgien a été préparé à l’occasion d’une communication (non publiée) pour un colloque international à Kiel (Weber et al.). Par ailleurs, une série issue de fouilles clandestines réalisées près du château de Cepoy nous a été signalée. Au-delà de l’intérêt certain de cette série, elle pose la question de la densité des occupations magdaléniennes à Cepoy – en particulier celle qui se rapporte au faciès Cepoy-Marsangy – puisque cette série provient d’un secteur assez éloigné de la zone où les fouilles ont été jadis réalisées. Le caractère singulier de ce faciès, seulement reconnu jusqu’ici sur quelques gisements du sud du Bassin parisien, nous interroge toujours : extension méridionale des traditions magdaléniennes nordiques ? Faciès à caractère « fonctionnel » du Magdalénien régional ? Épisode terminal du Magdalénien ? Ces questions sont toujours sans réponse et il faut bien reconnaître que de nouvelles opérations de terrains associés à une reprise des données anciennes seraient de nature à apporter des réponses à ces problématiques.

7On notera la réalisation d’une synthèse très complète sur le Paléolithique récent/final publiée sous la houlette de Raphaël Angevin dans le cadre d’un colloque qui s’est tenu dans le Massif central en 2016. Il y a de ce côté-là, quelques séries à revisiter de manière plus détaillée, en particulier pour l’Azilien.

8Justement, les travaux autour du Closeau ont été riches depuis 2015 : plusieurs masters 1 et 2 (UP1 et UPN), un article dans un numéro spécial de la revue Paléo et des analyses fonctionnelles inédites sur les corpus des « niveaux » intermédiaires et supérieurs du Closeau ont été réalisées. Les premiers résultats obtenus, qui proviennent de l’étude de plusieurs locus à « débitage simplifié », mettent en évidence la part importante prise par le travail du végétal sur l’ensemble des locus étudiés et sur la spécialisation fonctionnelle de ces unités. Aussi, cela nous conduit à sérieusement nous interroger sur la pertinence de caler ces industries à la fin de l’Azilien, alors qu’elle pourrait être contemporaine, à l’échelle du Closeau, de séries aux caractères laminaires plus affirmés. C’est en tous cas un postulat qui nous paraît intéressant de tester à l’avenir et qui nous rappelle que cette association débitage simplifié/débitage laminaire plus élaboré existe au Closeau (Biard 2005). Les résultats de nos travaux associant analyse techno-économique, spatiale et fonctionnelle ont été présentés à l’occasion d’un colloque s’est tenu à Kiel en mars 2019 et une publication sera soumise rapidement.

9En ce qui concerne les phases plus récentes du Tardiglaciaire dans le Bassin parisien, on doit à Boris Valentin et Miguel Biard une belle synthèse publié dans le dernier Congrès Préhistorique de France. Ce congrès, largement soutenu et animé par les membres du PCR, est paru au dernier trimestre 2019.

10En ce qui concerne le Mésolithique (axes 4 et 5), le projet autour des abris gravés figurait en bonne place comme l’un de nos projets phares. Celui-ci, soutenu par le SRA d’Île-de-France, a pris son envol pour devenir un projet à part entière dès 2016. Nous avions souligné que nous souhaitions toujours, dans le cadre de ce PCR, nous investir sur les aspects contextuels et archéologiques liés à ces occupations humaines. Les résultats des travaux de Colas Guéret ont alimenté nos pages et un travail de Master 1 est actuellement en cours sur la série lithique de la Grotte à la Peinture à Larchant et devrait nous permettre de mieux appréhender le contenu de cet assemblage lithique important.

11Les projets autour des débitages du premier mésolithique n’ont pas forcément avancé au rythme auquel nous l’aurions souhaité. Un bilan a toutefois été effectué en 2016 et un mémoire de Master 2 a permis de rouvrir le dossier des Closeaux (Rueil-Malmaison). Le dossier « Noyen-sur-Seine » a fait l’objet de plusieurs travaux dont le PCR a été l’écho : Mémoire de Masters 1 et 2 d’Alexandre Deseine et de Clémence Glas en particulier et la session UISPP organisée par C. Guéret et A. Deseine avait placé Noyen-sur-Seine comme cas d’étude central de cette rencontre.

12Les réflexions initiées dans le cadre du PCR il y a quelques années sur les questions gravitant autour de la taphonomie des sites et sur son incidence sur la conservation de ces sites et les interprétations palethnologique font l’objet de plusieurs articles, reproduits dans ce rapport et tout juste publiés dans un ouvrage réunissant les contributions présentées il y a quelques années à Besançon (Séara, Griselin et Cupillard dir. 2018) dans les actes de la table ronde de 2013. Ces articles livrent les bases pour nos futures réflexions, relativisant notre perception partiale et parfois trop « angélique » des sites de fond de vallée alors que certains gisements localisés sur des versants et établis dans des colluvions se révèlent aussi bien conservés. Ces contributions montrent aussi l’intérêt de multiplier les analyses et de croiser les données afin de pondérer les résultats au regard du degré de conservation des sites et pour mieux appréhender leur fonction et leur fonctionnement qui apparaissent comme étant rarement exclusifs.

13Le dossier « La Haute Île » est, nous l’espérons, provisoirement clos, rappelant l’importance des recherches sur ce site, s’agissant de la 4e nécropole mésolithique découverte en France. Quoi qu’il en soit grâce à Caroline Peschaux et ses collègues, le PCR s’est fait l’écho des tout derniers résultats obtenus.

14Enfin, le projet concernant les dragages de la Seine au niveau d’Elbeuf présenté en 2017 devrait rapidement déboucher sur une publication dans une revue régionale sur la diversité des armatures mésolithiques de cet assemblage. Notons également que deux datations 14C sont en cours pour déterminer l’âge d’une sagaie qui pourrait être magdalénienne.

Haut de page

Bibliographie

Biard M. 2004 : Un niveau Tardiglaciaire à lamelles à dos : étude du locus 18 du Closeau à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) – Approche technologique et spatiale, Mémoire pour l’obtention du diplôme de l’EPHE, École Pratique des Hautes Études, 88 p.

Bodu P. 1993 : Analyse typo-technologique du matériel lithique de quelques unités du site magdalénien de Pincevent (Seine-et-Marne). Applications spatiales, économiques et sociales, Thèse de l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne

Caron-Laviolette E., Olive M., Bignon-Lau O. 2018 : (Re)occupation: Following a Magdalenian group through three successive occupations at Étiolles, Quaternary international, 98, p. 12-29.

Cupillard C., Griselin S., Séara F. (dir.) 2018 : Au cœur des sites mésolithiques : entre processus taphonomiques et données archéologiques, Actes de la table-ronde internationale de Besançon (Doubs, France), « Hommages au Professeur André Thévenin » 29-30 octobre 2013, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, (Annales Littéraires, 983 ; Série « Environnement, sociétés et archéologie », 24)

Pigeot N. 1987 : Magdaléniens d’Étiolles : économie de débitage et organisation sociale, XXVe suppl. à Gallia Préhistoire, CNRS, Paris, 168 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludovic Mevel, Sylvain Griselin, « Paléolithique final et Mésolithique dans le Bassin parisien et ses marges : habitats, sociétés et environnements » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre-Val de Loire, mis en ligne le 26 janvier 2021, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/50962

Haut de page

Auteurs

Sylvain Griselin

Articles du même auteur

Ludovic Mevel

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Ludovic Mevel

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search