Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2017MartiniqueLes Anses-d’Arlet – Anse Bellay

2017
Martinique

Les Anses-d’Arlet – Anse Bellay

Fouille programmée (2017)
Responsable d’opération : Thomas Romon

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017

Numéro d’opération :

428

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Situé sur un site naturel protégé géré par le Conservatoire du littoral, le cimetière de l’Anse Bellay est localisé dans la partie sud de la baie de Fort-de-France, en arrière de l’Îlet à Ramiers. Implanté sur le cordon littoral, il est en partie détruit par la montée du niveau marin, phénomène qui a permis sa découverte. Sa surface conservée est estimée à 70 m2, soit entre 70 et 100 tombes, mais est menacé à terme par l’érosion marine. Des opérations archéologiques y sont menées depuis 2013. La campagne de 2013 l’a sondé sur l’intégralité de son épaisseur, sur une bande de 18 m par 1,5 m, parallèle au front d’érosion et implantée juste en arrière de celui-ci. Celle de 2015 s’est surtout attachée à en reconnaître l’extension et a, dans la mesure du possible, taché d’éviter d’en entamer le potentiel archéologique. Celle de 2017 a concerné une surface de 20 m2 localisée dans la partie occidentale du cimetière. Elle a livré 12 tombes, ce qui porte à 32 le nombre de sépultures d’époque coloniale fouillées.

2Les individus sont inhumés sur le dos, excepté un sur son côté droit, chacun dans une fosse, les membres inférieurs en extension. L’orientation préférentielle est est-ouest, avec la tête à l’ouest, mais neuf individus sont inhumés selon l’axe nord-sud. Plusieurs recoupements ont été observés, indiquant une durée d’utilisation relativement longue du lieu funéraire. Ceux-ci sont traités en réduction, c’est-à-dire que les ossements mis au jour par les fossoyeurs sont redéposés dans la tombe de l’individu pour lequel elle est creusée, gestes coutumiers des enterrements actuels.

3La population inhumée comprend des adultes des deux sexes, jeunes et âgés, des adolescents et des jeunes enfants dont 3 nouveaux nés. Elle ne montre pas de sélection comme cela aurait été le cas pour un cimetière militaire par exemple. Deux incisives supérieures taillées en pointe révèlent des pratiques initiatiques africaines. De même que pour les scarifications, il est admis qu’à l’époque coloniale, les individus présentant de tels marqueurs culturels soient nés en Afrique et aient ensuite été déportés comme esclaves aux Amériques. Aucun mobilier associé aux défunts, tels que boutons, épingles, médailles ou chapelets, communément retrouvés dans d’autres cimetières d’époque coloniale – notamment celui de Fond Saint Jacques à Sainte-Marie, cimetière des esclaves de l’habitation des Dominicains – n’a été découvert. L’usage du cercueil n’est pas établi. Les morts sont enterrés dans des linceuls, comme l’indiquent quelques indices taphonomiques concernant les pieds de plusieurs individus. Ce sont des pratiques funéraires catholiques, communes à l’époque coloniale.

4Ces premiers résultats – localisation et organisation du cimetière, pratiques funéraires, population – strictement archéologiques, convergent vers l’hypothèse d’un cimetière d’esclaves. Celle-ci sera complétée par la poursuite des fouilles archéologiques et les études anthropologiques physiques et biologiques ainsi que par des analyses génétiques et biochimiques de la population exhumée. L’exploration des sources historiques, en cours, la confirmera aussi peut-être.

Fig. 1 – Sépulture 36

Fig. 1 – Sépulture 36

Un enfant, âgé de 1 à 4 ans, repose sur le dos, la tête au nord-est, en pleine terre.

Cliché : T. Romon (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sépulture 36
Légende Un enfant, âgé de 1 à 4 ans, repose sur le dos, la tête au nord-est, en pleine terre.
Crédits Cliché : T. Romon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/51757/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Romon, « Les Anses-d’Arlet – Anse Bellay » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 27 janvier 2021, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/51757

Haut de page

Auteur

Thomas Romon

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thomas Romon

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search