Navigation – Plan du site
2006

Servières-le-Château, Hautefage, St-Geniez-ô-Merle

Responsable(s) des opérations : Henri Pigeyre
Notice rédigée par : Henri Pigeyre

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 2652

Date de l'opération : 2006 (PR)

1La prospection-inventaire a porté cette année sur les trois dernières communes du canton de Saint-Privat en Corrèze. Les communes de Servières-le-Château, Hautefage et Saint-Geniez-ô-Merle ont été visitées. L'inventaire des nombreuses inscriptions gravées généralement sur les linteaux des constructions des différents hameaux de ces trois communes a été fait. Une discussion avec les propriétaires m'a permis de connaître les différentes particularités locales, qui ont ensuite été prospectées, couplée à une prospection sur les terres labourées. Un tableau informatique résume tout ce qui a été observé sur chaque commune ainsi qu'un catalogue photographique. Cet inventaire pourra être complété au fur et à mesure des nouvelles découvertes.

2Comme sur toutes les autres communes prospectées du canton, le nombre d'édifices avec des dates gravées est très important (326 sur ces 3 communes). La plus ancienne maison datée du canton est de 1453 dans le hameau de Meilhac sur la commune de Hautefage.

3La découverte d'une dizaine de croix gravées sur les pierres d'angle dans ces trois communes montre que cette coutume originale est représentée sur la grande majorité du canton de Saint-Privat. Quatre croix d'angle m'ont été signalées sur le canton de Mercoeur. Une étude sera entreprise sur ces croix d'angle dès l'année prochaine. Aucune confirmation sur la validité de la bénédiction de la pose de la première pierre n'a pu être trouvée.

4Un site à proximité du Château de La Veyrie, sur la commune de Hautefage, est très intrigant. C'est un édifice souterrain (le toit est au niveau du sol) construit en pierre avec grand soin et dont l'entrée en chicane débouche sur une petite pièce couverte à l'origine par des lauzes. Une deuxième pièce attenante à la première est voûtée et possède des meurtrières. Cette construction est interprétée comme un poste de garde pour le château.

5Un certain nombre de souterrains a été inventorié (neuf au total sur ces trois communes), avec en particulier les souterrains de Meilhac et de Patira qui ont put être dessinés. La plupart d'entre eux sont remblayés et inaccessibles mais certains se remarquent très bien sur la surface topographique (La Broue, Chaumeil et Le Cros) et ne demandent que très peu de travaux pour confirmation.

6Les mottes castrales sont au nombre de trois avec Fleyt, Le Chastel et Meilhac. La motte de Meilhac présente un intérêt tout particulier : c'est un ensemble remarquable avec tour en pierre, souterrain et maison du XVe  s. et possibilité d'une enceinte.

7Un silo a été signalé lors de travaux agricoles à proximité du hameau de Valeins et un sarcophage en granite sans loge céphalique a été trouvé au XIXe  s. avec des ossements humains à proximité du village de La Maison Neuve. Il est visible sur le bord de la route départementale.

8Les sites de l'époque gallo-romaine sont très peu nombreux, une villa existe près de La Maison Neuve mais la végétation actuelle ne permet pas d'en juger l'importance. Une urne cinéraire est réutilisée comme socle de la croix de chemin au lieu-dit « Le Tilleuil ». Cette urne est exceptionnelle car elle possède deux têtes gravées de part et d'autre d'une hache en relief.

9Quelques sites de la préhistoire ont été découverts ou redécouverts avec la possibilité d'un tumulus au puy des Taules et les sites de Saigne Grande et Dhumbert qui ont livré un matériel lithique très important (plus de 250 pièces) dans des champs labourés. Ces silex appartiennent pour la plupart au Mésolithique. Un grand nombre de tessons de poterie sont associés avec plusieurs faciès qui s'étalent du Mésolithique à l'âge du Fer. Ces sites seront à surveiller en fonction des labours. Un autre ensemble semble être important avec la zone de Sermus découverte au XIXe  s. L'enceinte, avec des restes de murs vitrifiés, a été sondée vers 1970 par G. Lintz. Un éperon barré, dans un méandre de la rivière Maronne, proche de l'enceinte précédente, est fermé par un tas de pierres (mur détruit ?) d'une cinquantaine de mètres de long sur quelques mètres de hauteur. Ce site est à étudier car il présente la possibilité de plate-forme d'occupation ancienne à l'intérieur de cette enceinte.

10Pigeyre Henri

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Henri Pigeyre, « Servières-le-Château, Hautefage, St-Geniez-ô-Merle », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/5188

Haut de page

Responsable d'opération

Henri Pigeyre

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals