Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2017MartiniqueSaint-Pierre – Rue d’Orléans

2017
Martinique

Saint-Pierre – Rue d’Orléans

Opération préventive de fouille (2017)
Responsable d’opération : Anne Jegouzo

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017

Numéro d’opération :

402

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le site de la rue d’Orléans à Saint-Pierre a été fouillé pendant 6 semaines entre janvier et mars 2017 par une équipe de 6 archéologues de l’Inrap. Cette opération archéologique fait suite à une demande de permis de construire une maison individuelle.

2L’emprise s’étend sur 1 000 m2 en bordure de la rue d’Orléans. Si cet axe de circulation est aujourd’hui peu utilisé et bordé de terrains plus ou moins vides, au xixe s., la rue d’Orléans était entourée de denses îlots d’habitation (fig. 1). La carte de 1820 met d’ailleurs en évidence plusieurs unités d’habitation au sein de la zone d’intérêt. Différents bâtiments et cours y sont en effet représentés.

Fig. 1 – Localisation de la fouille et des opérations archéologiques environnantes

Fig. 1 – Localisation de la fouille et des opérations archéologiques environnantes

DAO : NAASP, A. Bolle, A. Jégouzo (Inrap).

3L’expertise archéologique a permis d’étudier 5 phases d’occupation coloniale successives antérieures à l’éruption du 8 mai 1902 (fig. 2).

Fig. 2 – Plan général de la fouille

Fig. 2 – Plan général de la fouille

DAO : D. Billon (Inrap).

4Les niveaux anthropisés reposent sur les différentes couches des éruptions L1, P3 et P1. La couche de terre brune reconnue, comme dans toute la ville, entre P3 et P1, et attribuée aux premières occupations amérindiennes du secteur, n’a révélé aucun indice ou mobilier. Cette observation remarquée également sur les autres fouilles du plateau (Pécoul 1 et 2, Rue Castelnau) laisse envisager une absence d’occupation amérindienne sur la partie centrale et haute comprise entre les rivières de la Roxelane et des Pères.

5La première phase d’occupation reconnue correspond à un programme parcellaire avec la division de l’espace par de petites clôtures et une mise en culture des terrains. Des sillons et billons ont en effet été identifiés. Le mobilier permet d’inscrire le début de l’occupation de la zone autour du début du xviiie s.

6Par la suite (phase 2) chaque parcelle est exploitée en carrière pour extraire les matériaux issus des éruptions : limon orange, ponce, bombes volcaniques. Les fosses polylobées et s’étendant parfois sur plus de 40 m2 sont contraintes par les limites parcellaires, évoquant un système plus ou moins privé de chaque extraction. Au regard des résultats de la fouille du Cimetière du Fort, ces matériaux devaient également être utilisés pour les constructions avoisinantes.

7Les premières constructions apparaissent dans la seconde moitié du xviiie s. (phase 3). La rue, avec une première arrivée d’eau, est aménagée. Les carrières sont rebouchées et chaque parcelle est aplanie en plusieurs terrasses soutenues par de larges murs mitoyens. Les vestiges des premiers bâtiments se sont révélés particulièrement lacunaires et perturbés par les aménagements postérieurs. Six bâtiments appartenant à trois îlots distincts ont pu néanmoins être identifiés. Il s’agit de bâtiments sur solins donnant généralement sur la rue et ouverts à l’arrière sur des espaces de jardin. Un système hydraulique d’évacuation d’eau a également été observé et devait fonctionner avec un bassin localisé hors emprise au nord.

8À partir de la seconde moitié du xixe s. (phase 4), un vaste programme de refonte architectural semble impacter les cinq parcelles de l’îlot. Suivant des schémas de construction relativement identiques, la première rangée sur rue est intégralement bâtie en R+1 avec un premier étage en pierre et un second probablement en bois. Les arrières, selon des organisations variées, se développent autour de cours, d’annexes, de bâtiments d’habitation, de jardins, de cuisines… Les constructions sont généralement mixtes avec des solins en pierres surmontés de parement en bois. Le site se révèle remarquablement bien conservé avec des élévations de plus de 80 cm, des sols peu impactés et des planchers brûlés sur place (fig. 3). Cette phase de construction s’accompagne de la mise en place d’un important réseau hydraulique amenant l’eau courante depuis la rue jusqu’aux bassins des cours et des cuisines (fig. 4). Différents caniveaux permettent ensuite l’évacuation des eaux usées dans le canal de la rue.

Fig. 3 – Détail du quartier résidentiel

Fig. 3 – Détail du quartier résidentiel

Photogrammétrie 3D : C. Mangier (Inrap).

Fig. 4 – Exemple de bassin de cours

Fig. 4 – Exemple de bassin de cours

Cliché : C. Martin (Inrap).

9À la fin du xixe s. (phase 5), plusieurs modifications des bâtiments et des espaces sont engagées. Les jardins sont modifiés et de nouveaux petits espaces d’agrément sont créés. Les sols et les canalisations sont modifiés ou réparés. Cette phase est essentiellement marquée par de nouvelles partitions internes, programmées à la fois dans l’organisation privée de l’unité d’habitation ou pour créer de nouveaux logements.

10Enfin l’expertise s’est également intéressée à l’évènement éruptif du 8 mai 1902 et les différents niveaux de cendre ont été reconnus sur plus d’1,50 m d’épaisseur.

11Cette opération archéologique a ainsi révélé l’évolution du quartier depuis le xviiie s. avec une mise en culture, une extraction massive de matériaux de construction, une viabilisation de l’espace sous forme de terrasses, une implantation éparse de bâtiments avant l’installation d’un îlot résidentiel en bord de rue. Les maisons s’organisaient en différents espaces : pièces d’apparat, couloirs, cuisines, escaliers, dépendances, cours intérieures avec bassins, jardins… Nombres d’objets de la vie quotidienne ont également été découverts : vaisselle, ustensiles de cuisine, éléments de jeux, statuettes, outillages… (fig. 5).

Fig. 5 – Détail de mobilier in situ

Fig. 5 – Détail de mobilier in situ

Cliché : C. Martin (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation de la fouille et des opérations archéologiques environnantes
Crédits DAO : NAASP, A. Bolle, A. Jégouzo (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/51892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 749k
Titre Fig. 2 – Plan général de la fouille
Crédits DAO : D. Billon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/51892/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 – Détail du quartier résidentiel
Crédits Photogrammétrie 3D : C. Mangier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/51892/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 4 – Exemple de bassin de cours
Crédits Cliché : C. Martin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/51892/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Fig. 5 – Détail de mobilier in situ
Crédits Cliché : C. Martin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/51892/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Jegouzo, « Saint-Pierre – Rue d’Orléans » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 27 janvier 2021, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/51892

Haut de page

Auteur

Anne Jegouzo

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne Jegouzo

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search