Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2017MartiniqueLa chaufournerie en Martinique

2017
Martinique

La chaufournerie en Martinique

Prospection thématique (2017)
Responsable d’opération : Christophe Vaschalde
Notice rédigée avec Guergana Guionova et Jordan Latournerie

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Archéologie des Sociétés Méditerranéennes (UMR 5140)

Texte intégral

1À la suite d’une prospection réalisée en Guadeloupe en 2008 (Vaschalde 2009), et de la fouille d’un four à chaux du xixe s. à l’Habitation Sucrerie des Anses-d’Arlet en 2014 (Ollivier, Vaschalde 2015), un programme de recherche a été initié en Martinique, portant sur la fabrication de la chaux au cours de la période coloniale. Ce programme a commencé en 2015 par une prospection thématique centrée sur la partie sud de l’île (Vaschalde et al. 2015), puis a débouché sur une opération triennale. La première année de ce programme s’est concentrée sur l’ensemble de la côte atlantique de la Martinique. La mission avait pour buts d’inventorier les sites archéologiques de fabrication de la chaux, de déterminer les techniques utilisées (de cuisson comme de préparation des matières premières), d’initier des enquêtes ethnoarchéologiques, d’évaluer le potentiel de fouille archéologique des sites inventoriés, ainsi que le potentiel des études archéométriques, et enfin de poursuivre le travail de dépouillement d’archives.

2L’inventaire des fours à chaux a bénéficié de travaux plus anciens, réalisés dans les années 1990 (Vial N. (dir.), PCR « La fabrication artisanale de la chaux aux Antilles », 1993-1998). La carte de Moreau du Temple, établie en 1770, et la carte archéologique du SRA ont également été utilisées (Bégot et al. 1998 ; Vidal et al. 2000 ; Verrand, Vidal 2004). La prospection a été réalisée sur 10 communes, du Nord au Sud : Grand’Rivière, Macouba, Basse-Pointe, Le Lorrain, Le Marigot, Sainte-Marie, La Trinité, Le Robert, Le François et Le Vauclin. Elle a permis d’inventorier 43 sites, dont 8 étaient inédits, notamment sur les communes du Robert, de La Trinité et de Sainte-Marie. Des structures annexes ont parfois été repérées, notamment des cases à chaux, qui servaient sans doute à entreposer la chaux vive sortie du four, ainsi que des mares et des puits, dont l’eau servait à éteindre la chaux avant son écoulement vers le lieu d’utilisation. Beaucoup de fours sont installés sur le littoral, et certains sont associés à d’anciennes rhumeries ou sucreries. La chaux servait en effet à raffiner le sucre, mais aussi à la fabrication du mortier et des enduits pour le bâtiment.

3Si tous les fours fonctionnent avec une flamme courte, plusieurs techniques ont été mises en évidence. La majorité utilise du bois local et les fours semblent être chargés une seule fois par cuisson. Il s’agit donc de fours intermittents, dotés d’un seul volume servant de chambre de cuisson. Dans certains cas, un couloir a été observé sous cette chambre, servant sans doute à augmenter l’apport d’air au bas du four. Il pourrait s’agir de fours continus. Aucun four ne paraît avoir fonctionné avec du charbon fossile, alors que des vestiges de cet usage avaient été mis en évidence dans les environs de Sainte-Anne en 2015.

4La répartition des sites prospectés montre une très forte concentration d’établissements autour de la baie du Robert, entre Sainte-Marie et le François. Ce secteur protégé des tempêtes pourrait avoir été privilégié pour l’installation des fours sur le littoral. D’ailleurs, certains sites exceptionnellement bien conservés ont été découverts dans ce secteur. C’est le cas du four de Bois Pothau au Robert, dont la date de construction est gravée dans la maçonnerie (25 juillet 1766). Cette chronologie est confirmée par l’analyse du matériel céramique présent sur le site. Il s’agit de l’un des fours les mieux conservés de Martinique, associé à un four ruiné, plus enfoui, qui pourrait être plus ancien. La concentration des sites constatée autour du Robert peut s’expliquer par un choix privilégié, mais doit tenir compte également de l’exposition différentielle de la côte nord-atlantique aux phénomènes érosifs. Ce secteur n’est protégé ni par la barrière de corail, ni par des reliefs formant les baies. L’érosion marine y est très forte actuellement, et a sans doute engendré la disparition définitive de plusieurs sites. C’est ce que suggère la destruction en cours des fours de Fonds Cérémaux et de l’Îlet Oscar, encore complets il y a peu, et détruits par les derniers ouragans de 2017.

5La mission de 2017 a mis en lumière le potentiel de fouille important de deux sites :

  • les fours de l’Anse Dufour et de l’Anse Azerot à Sainte-Marie : ce secteur est réputé pour avoir fourni la chaux à l’abbé Labat lors de son passage en Martinique à la fin du xviie-début du xviiie s. Il pourrait s’agir d’installations de chaufourniers extrêmement anciennes, dont la fouille permettrait de documenter l’origine de cet artisanat aux Antilles ;
  • l’installation de chaufourniers de Bois Pothau au Robert, datant au moins du milieu du xviiie s. La présence d’un four plus arasé et plus enfoui près du four daté de 1766 laisse présager la conservation de niveaux archéologiques antérieurs au milieu du xviiie s.

6Enfin, des contacts ont été établis avec les chaufourniers actuels du quartier de Californie au Lamentin. Une ébauche d’enquête orale a été réalisée. Ces chaufourniers utilisent la technique des fours intermittents à courte flamme alimentés au bois. Par ailleurs, les pêcheurs de l’île ont souvent été interrogés lors de la prospection. Leurs témoignages ont permis de mettre en lumière le lien existant entre la pêche et la fabrication de la chaux.

Fig. 1 – Four inédit de la Pointe Duplessis au François

Fig. 1 – Four inédit de la Pointe Duplessis au François

Cliché : C. Vaschalde (ASM).

Fig. 2 – Date inscrite sur la façade du four à chaux de Bois Pothau au Robert

Fig. 2 – Date inscrite sur la façade du four à chaux de Bois Pothau au Robert

Cliché : C. Vaschalde (ASM).

Haut de page

Bibliographie

Bégot D., Pelletier M., Bousquet-Bressolier C. (éd.) 1998 : La Martinique de Moreau du Temple, 1770. La carte des ingénieurs géographes, Paris, CTHS, 101 p.

Ollivier D., Vaschalde C. 2015 : Habitation La Sucrerie : fouille du four à chaux. La Martinique, Les Anses d’Arlets, rapport final d’opération, LA3M, 59 p.

Vaschalde C. 2009 : Fours à chaux et charbonnières en Guadeloupe. Mission du 1er au 15 décembre 2008, 22 p., 11 pl. hors texte, rapport inédit.

Vaschalde C. (dir.), Latournerie J., Guionova G., Volpe T. (coll.) 2015 : Fours à chaux et chaufourniers en Martinique. Prospection dans la partie Sud de l’île, rapport de prospection thématique, Dac Martinique, 140 p.

Verrand L., Vidal N. 2004 : Les fours à chaux de Martinique, Journal of Carribean Archaeology, Special publication 1, p. 29-46.

Vidal N., Verrand L., Guillaume M. 2000 : Tout autour du four. La fabrication artisanale de la chaux en Martinique, structures et savoir-faire, in Begot D., Hocquet J.-C. (dir.), Le sucre, de l’Antiquité à son destin antillais. 123e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Antilles-Guyanne, 1998, Paris, CTHS, p. 187-213.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Four inédit de la Pointe Duplessis au François
Crédits Cliché : C. Vaschalde (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/51972/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Fig. 2 – Date inscrite sur la façade du four à chaux de Bois Pothau au Robert
Crédits Cliché : C. Vaschalde (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/51972/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Vaschalde, Guergana Guionova et Jordan Latournerie, « La chaufournerie en Martinique » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 27 janvier 2021, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/51972

Haut de page

Auteurs

Christophe Vaschalde

Archéologie des Sociétés Méditerranéennes (UMR 5140)

Articles du même auteur

Guergana Guionova

Articles du même auteur

Jordan Latournerie

Haut de page

Responsable d’opération

Christophe Vaschalde

Archéologie des Sociétés Méditerranéennes (UMR 5140)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search