Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie201512 – AveyronMontrozier – Roquemissou

2015
12 – Aveyron

Montrozier – Roquemissou

Fouille programmée (2015)
Responsable d’opération : Thomas Perrin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1Depuis 2012, de nouvelles campagnes de fouilles programmées sont conduites annuellement sur le gisement préhistorique de Roquemissou. Le site se localise au pied d’une barre de calcaires bioclastiques jurassiques orientées sud-ouest – nord-est se développant de façon discontinue sur près de 2 km entre Montrozier et Gages-le-Haut, à 13 km à l’est de Rodez. Découvert en 1980 par P.-M. Blanquet, le site fut fouillé durant onze campagnes entre 1982 et 1991 par G.-B. Arnal (CNRS). Celui-ci exploita d’abord une zone abritée par le surplomb de la falaise (« locus I ») avant qu’une fouille clandestine ne vienne anéantir une grande part de ses travaux en 1985. Par la suite, il exploita essentiellement un second locus à quelques dizaines de mètres du précédent (« locus II »). La stratigraphie dégagée lors de ces premières fouilles est assez complexe et moyennement dilatée. Dans le locus I, la séquence se suivait sur plus de trois millénaires pour moins d’un mètre de puissance, depuis l’Épipaléolithique jusqu’au Néolithique ancien. C’est principalement cette présence de niveaux du Néolithique ancien, voire du Mésolithique récent, qui motiva notre reprise des fouilles en 2012. En effet, alors que nos connaissances ont bien progressé ces trente dernières années quant à la question de la néolithisation des rives de la Méditerranée, celle des interactions entre premiers paysans et derniers chasseurs se pose encore, notamment à l’intérieur des terres. Roquemissou est alors un site qui offre la possibilité de documenter ces processus, d’où ces nouvelles recherches qui se limiteront à la partie supérieure de la séquence (Mésolithique et Néolithique).

2Les deux premières campagnes de nos fouilles (2012 et 2013) ont consisté à réaliser le diagnostic du site, au travers notamment de sa topographie précise et de la définition de l’étendue spatiale des niveaux concernés. Dans le même temps, nous avons initié une fouille stratigraphique dans l’ancienne zone de fouilles, rebaptisée zone 1. Deux grandes coupes (S1 et S8) seront particulièrement intéressantes, car elles montrent bien toute la complexité de cette stratigraphie très anthropisée et peu sédimentée. Une première analyse géoarchéologique, conduite en 2013, impute cette absence de sédimentation à la disposition particulière des occupations, entre des amas de gros blocs d’effondrement formant des barrages naturels au dépôt de potentielles colluvions. Par ailleurs, l’appréhension de ces dépôts reste complexe dans la mesure où il semble que l’essentiel d’entre eux présente un profil de type « cuvette ». De très nombreuses structures de combustion se superposent en cet endroit du gisement, et qui se rattachent à l’Épipaléolithique, au Mésolithique moyen et récent, au Néolithique ancien et au Néolithique final. La séquence archéologique actuellement documentée à Roquemissou s’étale donc sur près de huit millénaires.

3Depuis 2013, une fouille planimétrique est conduite dans la zone 5, sur près de 42 m2. Là, à très faible profondeur sous la surface, des niveaux archéologiques cohérents et des structures construites (calages, structures de combustion, murs, etc.) ont été identifiés. Ces vestiges témoignent de la présence d’un habitat construit au pied de la falaise et réaménagé au fil du temps. Le mobilier comme les datations radiométriques permettent de l’attribuer au Néolithique final et au Campaniforme. La présence d’une petite grotte sépulcrale en haut de la falaise (fouillée lors des campagnes Arnal) laisse penser que c’est un habitat très stable, peut-être un village, qui était alors présent à Roquemissou. L’épaisseur de ces niveaux, plus de 50 cm, va également dans ce sens.

4Dans la partie la plus orientale de cette zone (Zone 5 secteur 4), des occupations plus anciennes commencent à apparaître également. Des vestiges en place du Mésolithique récent sont ainsi bien attestés par de l’industrie lithique et des datations radiométriques. De même, un foyer empierré a été fouillé en 2015 dont tous les éléments laissent à penser qu’il peut se rattacher au Néolithique ancien. Les campagnes à venir permettront de confirmer ces attributions et de les documenter plus précisément.

Fig. 1 – Dans la partie ouest de la zone 5, plusieurs gros blocs calcaires dessinent le plan d’un aménagement circulaire à hexagonal

Fig. 1 – Dans la partie ouest de la zone 5, plusieurs gros blocs calcaires dessinent le plan d’un aménagement circulaire à hexagonal

Cette structure, probablement annexe d’une plus vaste construction, est attribuée au Néolithique final et au Campaniforme.

Cliché : CNRS.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Dans la partie ouest de la zone 5, plusieurs gros blocs calcaires dessinent le plan d’un aménagement circulaire à hexagonal
Légende Cette structure, probablement annexe d’une plus vaste construction, est attribuée au Néolithique final et au Campaniforme.
Crédits Cliché : CNRS.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/52227/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Perrin, « Montrozier – Roquemissou » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 28 janvier 2021, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/52227

Haut de page

Auteur

Thomas Perrin

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thomas Perrin

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search