Navigation – Plan du site
2003

Les Nouillers-Torxé – Rivière Boutonne

Responsable(s) des opérations : Pascal Texier
Notice rédigée par : Pascal Texier

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204520

Date de l'opération : 2003 - 2008 (PI)

1Une prospection inventaire a été menée en 2008 dans la Boutonne, par la section archéologique du club de plongée de Saint-Jean d’Angely (CPSA). Après avoir participé depuis trois ans, aux autres prospections subaquatiques et sous-marines organisées en Poitou-Charentes (pour acquérir les compétences techniques et scientifiques minimum), nous avons proposé un projet sur ce cours d'eau.

2Le choix de la zone de prospection s’est fait après une recherche documentaire, des reconnaissances itinérantes sur le terrain et une série de plongées d’évaluation (Fig. n°1 : Localisation de la zone de prospection) . Les recherches documentaires ont porté sur la carte archéologique, pour repérer les entités présentes dans le lit majeur et le lit mineur de la Boutonne. L’examen de la carte IGN et du cadastre napoléonien a permis de recenser un certain nombre de toponymes et d’indices révélateurs du franchissement ou de l’aménagement de la rivière. Le dépouillement des archives des Ponts et Chaussées (série S-1800/1940), principalement des profils en long et en travers de 1839 de la Boutonne sur les communes de Voissay, à L’Houmée, a révélé en dernier lieu, plusieurs hauts-fonds en aval du pont de Torxé. Ces anomalies constituent les secteurs à prospecter prioritairement.

3Une navigation au sondeur et une série de plongées de reconnaissance ont été faites sur cinq seuils, pour confirmer leur position et évaluer leur potentiel archéologique. La nature anthropique du seuil 4 et la présence de mobilier gallo-romain ont justifié la concentration des recherches sur ce seuil.

4Plus de soixante-dix objets on été inventoriés (céramiques, outils de batellerie, outils agricoles, armes etc.). Ce corpus offre une chronologie qui va de l’époque gallo-romaine à la période moderne.

5Un ensemble de bois émergeant de la berge en rive gauche a été repéré dès le début de la prospection, en aval du seuil. Un décapage du front de berge a été nécessaire pour permettre le relevé en coupe de ceux-ci.

6Ces bois, au nombre de six, sont équarris. Deux d’entre eux présentent des traces d’aménagement qui pourraient être des mortaises. Trois bois sont d’une section moyenne de 30 cm, trois autres placés plus bas sont d’une section moindre : 10 cm à 15 cm. Leur profondeur (4,30 m) et leur distance par rapport au bord de berge actuelle (3,4 m) pourraient correspondre à l’emplacement de l’ancienne berge pour les périodes antiques.

7La datation par 14 C du prélèvement effectué sur le bois 2 donne une première évaluation suivante : Poz-27785 = 1880 ± 35 BP, soit : 50–230 cal AD. Elle place cet ensemble de bois dans une fourchette qui va du Ier  s. au IIIe  s. apr. J.-C.

8Le chenal au pied de la berge est recouvert d’une faible épaisseur de sédiment sableux. Son nettoyage a permis de repérer et de topographier cinq pieux verticaux de faible diamètre (6 cm à 8 cm), implantés de façon groupée.

9Enfin, un tesson a été retrouvé en place lors du nettoyage de la coupe. Cette céramique a été identifiée comme un fragment de bras d’amphore (n° inv. : 2008.055). Long de 10 cm, ce tesson est formé de deux boudins lissés sur une face. Il pourrait correspondre à un bras d’amphore du type Dressel 2-4. Cette identification possible correspond à un type d’amphore datable de la fin du Ier  s. av. J.-C. au Ier  s. apr. J.-C. (Sciallano, 1994, p. 38). Elle est compatible avec la datation des bois.

10Le seuil 4 de nature anthropique a connu une occupation qui va de la période gallo-romaine à la période moderne. Un ensemble de bois datable du Ier  s. au IIIe  s. apr. J.-C. constitue pour la l’époque antique un marqueur fort. C’est certainement un aménagement de berge dont la finalité reste à définir.

11L’absence de voie de communication terrestre (celle-ci passe à Torxé) et la présence en amont du haut-fond, plus propice à l’implantation d’un ouvrage, rendent peu plausible l’hypothèse d’un pont. Un quai de déchargement en l’absence de bâti sur les berges et aussi de voie de communication  est certainement aussi improbable. Seul un moulin à eau peut trouver ici un contexte favorable. Peu sujette aux crues (contrairement à la Charente), mais de faible débit, La Boutonne peut accueillir des moulins si l’on met en place un bief pour canaliser l’eau et entraîner une roue.

12Le moulin gallo-romain d’Avenches (Castella, 1994, p. 31) offre un exemple d’installation sur un bras de rivière modeste. Construit sur un ancien bras du Chandon (large de 8,5 m), il était alimenté par un bief large de 4 m, parallèle au chenal principal. Les pieux placés au pied de la berge correspondraient, dans ce contexte, au boisage du bief.

13 Seules d’autres investigations (sondage), apporteraient une réponse à ce questionnement.

14TEXIER Pascal 

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Localisation de la zone de prospection

Fig. n°1 : Localisation de la zone de prospection

Auteur(s) : Texier, Pascal (BEN). Crédits : Texier, Pascal (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Localisation de la zone de prospection
Crédits Auteur(s) : Texier, Pascal (BEN). Crédits : Texier, Pascal (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Pascal Texier, « Les Nouillers-Torxé – Rivière Boutonne », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], DRASSM (subaquatique terrestre), mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/527

Haut de page

Responsable d'opération

Pascal Texier

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals