Navigation – Plan du site
2006

Aubevoye – Château de Tournebut

Responsable(s) des opérations : Paola Calderoni et Bénédicte Guillot
Notice rédigée par : Paola Calderoni

Entrées d’index

Nature des opérations :

Fouille d'évaluation (EV)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 10993

Date de l'opération : 2006 (EV)
Inventeur(s) : Guillot Bénédicte (INRAP)

1Le projet d’aménagement d’une zone pavillonnaire a engendré, au cours du premier semestre 2006, la réalisation d’une fouille archéologique sur un terrain situé en face du château de Tournebut. Les parcelles concernées se trouvent à l’extrémité nord du village à l’origine de l’actuelle ville d’Aubevoye dont l’expansion est toute récente. Le « château de Tournebut » doit son nom à une famille bas-normande qui entre dans l’histoire locale par le mariage de Guillaume de Tournebut avec Agnès d’Aubevoye, unique héritière de son père décédé en 1223. Si les sources mentionnent bien un château d’Aubevoye au début du XIIIe s., son assimilation au château de Tournebut n’est pas certaine. L’édifice actuel ne présente aucun élément d’architecture médiévale, la dernière reconstruction datant du XIXe s.

2La zone étudiée se situe sur un terrain présentant une légère déclivité entre le pied du coteau sur lequel est établi le château et un secteur inondable qui précède les berges de la Seine. Le diagnostic archéologique, réalisé en 2004 sur 3,4 ha, avait mis en évidence des occupations successives aux époques préhistoriques, antiques et médiévales. Deux fouilles ont été prescrites, l’une concernant l’époque mésolithique (responsable Dominique Prost), la seconde – objet de ce résumé – consacrée à l’occupation médiévale qui s’étend sur une surface de 1 ha, située le long de la rue de Tournebut, face au château. Le chantier a été séparé en deux zones afin de préserver une bande est-ouest pour la réalisation d’un transect géologique (zone 1 au nord et zone 2 au sud) (Fig. n°1 : Plan général des structures). Le terrain a connu des modifications géomorphologiques à l’époque historique. Au cours du Moyen Âge et entre la fin du Moyen Âge et le  XVIIIe s., le site a connu un apport de colluvions en provenance du plateau qui a rehaussé le niveau du sol de façon inégale troublant la lisibilité des structures au moment du décapage, notamment dans la zone 2.

3L’occupation antique est présente au sud du site et est constituée par un fossé et deux bâtiments : le plus important (A), de plan rectangulaire (15,50 m x 8,60 m), est établi le long du fossé tout en ne lui étant pas parfaitement parallèle. Il en subsiste les fondations en blocs de silex sans mortier (large de  0,90 m à 1,15 m ; profond 0,80 m). Le second bâtiment (B) est tracé par des solins grêles en calcaire ponctués de pierres plates dans les angles (5,50 m x 4,50 m). Des pilettes et des tegulae agencées au centre du bâtiment évoquent la partie inférieure d’un foyer. L’étude de cette période n’étant pas comprise dans la prescription archéologique, notre intervention s’est limitée au nettoyage des maçonneries et à la réalisation d’une coupe à l’intérieur du bâtiment principal. Elle a révélé l’absence de niveaux d’occupation, les structures étant arasées au dessous du sol antique. En l’absence de liens stratigraphiques, la datation céramique place le comblement du fossé au cours de la seconde moitié du Ier s., le fonctionnement du petit bâtiment sur solin au Ier s. – début IIe s. Le grand bâtiment comporte dans ses fondations un unique tesson du IIe s.

4Il n’y a pas traces d’occupation entre le IIe s. et la fin du haut Moyen Âge. Une structure fossoyée contenant du mobilier céramique du VIIIe s. est le premier témoin d’une réoccupation du site. Celle-ci devient évidente aux IXe s.-Xe s. Plusieurs fosses, trois silos et des niveaux d’occupation dispersés sur l’emprise de la zone 1 évoquent un établissement à vocation agricole. Un bâtiment sur poteaux à double nef, orienté nord-sud (10,50 m x 5,80 m), se trouve au nord-est de la zone 1. Plus à l’ouest, un second bâtiment sur poteaux (10 m x 4,50 m), orienté est-ouest appartient au haut Moyen Âge au sens large. Un type d’occupation similaire se poursuit aux Xe s.-XIe s. : deux structures excavées sont installées à proximité de la route, dans la zone 2, l’une quadrangulaire, entamée par un bâtiment ultérieur et l’autre rectangulaire avec une extrémité en abside, partiellement couronnées de blocs de silex.

5Il est tentant de relier à ces premières occupations un groupe de fours situés à l’est de la zone 1. Ce dernier est constitué de deux fours creusés et d’un four à voûte construite utilisant la même fosse de service. De la fin du IXe s. au XIe s., il semble que le nord de la zone 1 forme la zone d’habitat, alors que les bâtiments excavés et les silos, assimilés à des structures d’exploitation, sont disséminés sur le reste du terrain. Aucun fossé n’a pu être attribué à cette étape d’occupation du site.

6Cette période est également représentée de manière structurée en dehors de la zone de fouille, sur l’emprise d’un transect géologique ouvert au nord-est de la fouille (non visible sur le plan joint). Un aménagement de sol en calcaire et silex est recouvert par un niveau dépotoir riche en restes osseux et en céramique. Il voisine avec trois fours et un silo qui sont demeurés non datés.

7Aux XIIe s. et XIIIe s., le nord du site est occupé par un grand bâtiment (C), de 11,80 m x 6,30 m, élevé sur une base de gros blocs de pierres (largeur 0,90 m). Il est édifié au centre d’une parcelle délimitée par deux fossés parallèles. Très endommagée, cette construction devait appartenir à un ensemble plus complexe comme en témoignent des traces de murs récupérés et des vestiges épars. À l’intérieur du bâtiment, un foyer voisine avec une petite fosse entièrement comblée de grains brûlés. Une fosse carrée abritant un petit foyer et possédant un comblement similaire a été découverte à l’extérieur de la zone délimitée par le fossé sud. À l’est du bâtiment, le sol est jonché de déchets suggérant la présence d’une terre de culture amendée par les rejets de la maison. Quelques silos et fosses contemporains du bâtiment sont regroupés à une quarantaine de mètres plus au sud. L’abandon du secteur est marqué par une séquence de colluvionnement.

8Aux XIVe s.-XVe s., de nouvelles constructions ont vu le jour. L’implantation est lâche et les trois bâtiments répertoriés sont distants de 50 m à 70 m les uns des autres (D2, E et H). Ils paraissent extrêmement sommaires, bien qu’il soit parfois difficile d’évaluer l’importance des récupérations. Les plans sont proches du carré et les angles sont parfois surélevés par rapport au sol légèrement encaissé. Les murs ne sont pas conservés : des couches de limon incrusté de calcaire, des amoncellement de moellons silex ou quelques moellons calcaire équarris encore rangés témoignent de la variété des méthodes de construction. Un seul a été fouillé entièrement (H) et il ne possédait pas de foyer au sol (Fig. n°2 : Mobilier provenant du silo F414, de la fosse F463 et de l’us 472 du bâtiment H). Le mobilier est rare. Exceptionnellement, un effondrement de mur a livré un bougeoir de bronze, probablement oublié dans une niche. Un unique fossé traverse le terrain, d’est en ouest.

9À la fin du Moyen Âge, des fosses de grande taille de 3 m à 10 m de diamètre sont ouvertes ça et là. Il semble que l’extraction de limon soit à l’origine de la plupart de ces creusements. Les vestiges d’un chemin empierré, bordé par un fossé au nord, vient de l’est et semble obliquer vers le nord-ouest en direction de l’actuelle allée du château.

10L’époque moderne est marquée par l’édification de maisons sur caves maçonnées. Deux bâtiments de plain pied sont construits au cours de la même période après le remblaiement des fosses d’extractions du XVIe s. Un puits maçonné fait partie des aménagements de cette phase. L’abandon et la démolition de ces structures s’échelonnent entre le XVIIe s. et le XIXe s. La sépulture d’un sujet adulte de sexe indéterminé, en partie détruite par les labours est datée par le mobilier qui l’accompagne : une clé et deux monnaies, un quart d’écu de 1583 et un double tournois probablement frappé entre 1610 et 1629. L’emplacement des constructions du XIXe s., le long de la route (zone 2) est resté bâti jusqu’à la fin du XXe  s., à l’exception de la maison sur cave située à l’extrémité sud de l’alignement qui disparaît des plans après 1932.

11En conclusion, on observe sur ce site une occupation médiévale concentrée en majorité sur la moitié ouest du terrain, qui débute réellement au IXe s. - Xe s. et qui se maintient sans se densifier jusqu’à l’édification du bâtiment des XIIe s. - XIIIe  s. Nous pouvons souligner le caractère agricole et plus précisément lié à la céréaliculture de la plupart des structures : silo (Fig. n°3 : Silo piriforme F590, fin X e – XI e siècles ), four, foyer ou structures de grillage. Aucune activité artisanale ne figure dans les secteurs fouillés. Après l’abandon de ce secteur, les constructions colonisent l’ensemble du terrain mais toujours de façon assez lâche. Le lien avec le château est d’autant plus difficile à établir qu’on ignore la date de sa construction. Il existe bien un manoir de Tournebut au XIVe s. mais les textes ne donnent pas assez de précisions sur la composition du domaine pour identifier les parcelles concernées. Le cadastre napoléonien indique l’appartenance au château d’une parcelle bâtie correspondant à la zone 1, la zone 2 étant alors divisée entre plusieurs petits propriétaires. Nous ne savons pas si cette séparation est ancienne mais on peut toutefois relever le déséquilibre dans la densité et l’importance des constructions entre les zones 1 et 2, au XIIe s. et XIIIe s. – période de l’émergence des familles d’Aubevoye puis de Tournebut.

12CALDERONI, Paola

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan général des structures

Fig. n°1 : Plan général des structures

Auteur(s) : Guillot, Bénédicte. Crédits : ADLFI (2006)

Fig. n°2 : Mobilier provenant du silo F414, de la fosse F463 et de l’us 472 du bâtiment H

Fig. n°2 : Mobilier provenant du silo F414, de la fosse F463 et de l’us 472 du bâtiment H

Auteur(s) : Le Maho, Serge. Crédits : ADLFI (2006)

Fig. n°3 : Silo piriforme F590, fin X e – XI e siècles

Fig. n°3 : Silo piriforme F590, fin X              e – XI              e siècles

Auteur(s) : Guillot, Bénédicte. Crédits : ADLFI (2006)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan général des structures
Crédits Auteur(s) : Guillot, Bénédicte. Crédits : ADLFI (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/5344/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. n°2 : Mobilier provenant du silo F414, de la fosse F463 et de l’us 472 du bâtiment H
Crédits Auteur(s) : Le Maho, Serge. Crédits : ADLFI (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/5344/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. n°3 : Silo piriforme F590, fin X e – XI e siècles
Crédits Auteur(s) : Guillot, Bénédicte. Crédits : ADLFI (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/5344/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Paola Calderoni, « Aubevoye – Château de Tournebut », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/5344

Haut de page

Responsable d'opération

Paola Calderoni

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals