Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20192A – Corse-du-SudAjaccio – Tour de la Parata

2019
2A – Corse-du-Sud

Ajaccio – Tour de la Parata

Opération préventive de diagnostic (2019)
Responsable d’opération : Astrid Huser

Entrées d’index

Année de l'opération :

2019

Numéro d’opération :

081638

Chronologie :

époque moderne

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Repérable en sommet de promontoire et dominant la pointe qui vient fermer au nord le golfe d’Ajaccio, sur la presqu’île des Sanguinaires, la tour de la Parata est dite « Sanguinare di terra », car rattachée au littoral par un isthme qu’elle surplombe. Elle constitue la première tour des Sanguinaires (fig. 1). En effet, deux autres tours sur les « Sanguinare di mare » sont implantées sur l’îlot central. Elle est surtout l’une des premières tours côtières édifiées à partir de 1530 en défense contre les incursions maritimes de l’île. Construite en 1551, directement à l’initiative de l’Office de Saint-Georges, elle dresse encore sur son promontoire sa silhouette caractéristique et bien conservée. Un diagnostic archéologique du bâti, en prévision de sa restauration par le syndicat mixte des îles Sanguinaires et de la pointe de la Parata, a pu être mené en février 2019 (fig. 2).

Fig. 1 – L’édifice sur son promontoire, vu depuis la mer

Fig. 1 – L’édifice sur son promontoire, vu depuis la mer

Cliché (par drone) : S. Gandolfo.

Fig. 2 – Plan de la tour et son enceinte avec chemin et escalier, enclos et séparation interne

Fig. 2 – Plan de la tour et son enceinte avec chemin et escalier, enclos et séparation interne

Cliché et DAO : X. Villat (LRA), S. Bonnaud (Inrap).

2Le premier élément qui en ressort est la mise au jour d’une enceinte périphérique qui clôt le promontoire, avec un accès par un ancien chemin débouchant sur l’angle est du dispositif. En contrebas, une petite tourelle d’observation vient surveiller l’amont du passage des Tartanes, zone passante pour les navires.

3De plan circulaire, la tour livre sa configuration complète, partant de son glacis faiblement taluté, ceint d’un cordon, et se poursuivant par le fût à l’aplomb, lui-même couronné d’un parapet sur mâchicoulis en encorbellement bien conservé. On relèvera la faible hauteur du parapet (0,50 m) qui doit fonctionner avec un niveau de sol plus bas ; or, celui mis au jour et fonctionnant avec la trémie n’est pas à plus de 0,11 m de profondeur, ce qui laisse ouverte notre interrogation. Comme les vestiges d’enduit et de badigeon le prouvent, la tour est initialement totalement enduite, renforcée par un badigeon épais blanc cassé.

4D’une hauteur conservée de 12,50 à 14,50 m selon la face, la tour se divise en un rez-de-chaussée avec citerne en eau (non vue) et deux étages sous voûte avec enduits.

5On pénètre dans la tour par une porte à l’étage, à hauteur de cordon, impliquant le recours à un dispositif mobile vertical pour y accéder, sans doute une échelle de bois au vu du talutage du glacis, préparé par une plate-forme maçonnée rattrapant l’assise rocheuse.

6Le premier étage, probable salle de garde et de vie, inclut porte d’accès, canonnière, placard, vaste cheminée et margelle. Le second étage peut être une salle de vie ou une chambre avec double accès à l’étage inférieur comme à la terrasse, deux fenêtres opposées, un placard et une cheminée d’appoint. La terrasse montre une trémie d’accès au sud, une sortie de cheminée dans un merlon au nord, un avaloir avec trop-plein pour la citerne et le télégraphe de Chappe qui marque les progrès de la communication depuis la fin du xixe s.

7Aucune trace de bretèche, d’échauguette ou de guardiole n’a été repérée, mais il faudra démonter la chape de ciment pour atteindre le sol initial et pouvoir accéder aux mâchicoulis, actuellement protégés par un filet de sécurité.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – L’édifice sur son promontoire, vu depuis la mer
Crédits Cliché (par drone) : S. Gandolfo.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Titre Fig. 2 – Plan de la tour et son enceinte avec chemin et escalier, enclos et séparation interne
Crédits Cliché et DAO : X. Villat (LRA), S. Bonnaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53677/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Huser, « Ajaccio – Tour de la Parata » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 06 février 2021, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/53677

Haut de page

Auteur

Astrid Huser

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Astrid Huser

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search