Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20192A – Corse-du-SudCuttoli-Corticchiato – Monti di a...

2019
2A – Corse-du-Sud

Cuttoli-Corticchiato – Monti di a Torra

Fouille programmée (2019)
Responsable d’opération : Hélène Paolini-Saez

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Laboratoire régional d’archéologie (Corse)

Texte intégral

1La fouille programmée 2019 à Monti di a Torra (Cuttoli-Corticchiato ; fig. 1) s’est articulée autour de deux secteurs : le secteur 2 et le secteur 3.

Fig. 1 – Vue de l’éperon et de l’effondrement du monument turriforme

Fig. 1 – Vue de l’éperon et de l’effondrement du monument turriforme

Cliché : M. Marchal (LRA).

2Le secteur 2 se présente comme une terrasse fermée au nord-ouest et au sud-est par un affleurement rocheux, le tout délimitant une surface d’une quarantaine de mètres carrés. Un premier sondage a été effectué en 2017 sur 8 m2, puis la fouille s’est étendue sur 16 m2 en 2018, pour atteindre un total de 39 m2 en 2019 avec 15 m2 supplémentaires.

3La campagne 2019 a permis d’atteindre les niveaux les plus profonds, mettant en exergue les niveaux d’aménagement de la terrasse. Un comblement à l’ouest a permis de remplir une faille de 1,20 m (US 223) tandis que la terrasse a été nivelée sur sa totalité avec l’emploi de dalles plates positionnées à l’horizontale. Ces dalles sont associées à des pierres de taille variée scellées par un sédiment issu de l’altération granitique (Fait 18). Le tout forme un conglomérat très résistant. Dans ce niveau, plusieurs calages de poteaux ont été organisés. Ils constituent une limite elliptique de 13 m de périmètre pour un total de 10 calages formant le tour d’une unité domestique, vraisemblablement une habitation. La limite extérieure de la maison est matérialisée par un couloir de circulation, stérile, qui fait le tour de la structure du nord au sud-ouest, le long de la paroi sud (US 253), l’autre extrémité étant accolée à la paroi rocheuse. Un effet de passage est perceptible dans l’angle nord de la maison où le sédiment est particulièrement pulvérulent (US 214 et 221). L’absence de poteau central induit une structure autoportée.

4Au-dessus de ce niveau, une autre unité domestique a été identifiée. Elle est plus petite (10 m de périmètre) et est délimitée par un mur constitué de gros blocs (MR 228). Ce mur réduit l’espace interne et se trouve dans l’axe de certains trous de poteau sous-jacents. Pour ces trous de poteau, on observe des pierres de calages intermédiaires permettant de rehausser la structure et d’assurer une bonne assise. On retrouve le niveau de circulation stérile (US 253) périphérique aux aménagements. Associée à ce niveau, et au-delà du couloir stérile vers l’est, une structure de combustion est à mentionner. Déjà observée en 2017 par une accumulation de charbons, la campagne 2019 a mis en évidence un aménagement empierré (US 207 et Fait 7).

5Le mobilier associé à ces unités domestiques est très fragmenté et n’apporte pas d’information pertinente hormis la présence d’un pied de vase. Cet état de conservation renvoie à un sol piétiné et très érodé où seuls quelques fragments de céramique modelée et un élément en fer riveté sont à mentionner. Les deux datations s’articulent autour du Bronze récent, vers les xive-xiie s.

6Un niveau sus-jacent vient coiffer ces unités domestiques par un nivellement en petites pierres sur lequel un mur en gros appareillage a été aménagé, coupant la terrasse au premier quart nord (MR 215). Ce mur vient rejoindre un autre mur constitué de gros blocs à la perpendiculaire (MR 216). L’association de mobilier d’importation (campanienne) renvoie à un environnement de l’époque républicaine des ive-iie s. av. J.‑C. La présence, sur un des blocs en position inversée, d’une cupule d’une vingtaine de centimètres permet d’envisager le remploi de cette pierre utilisée au Bronze récent lors de l’occupation primitive.

7Le secteur 3 est caractérisé par l’effondrement d’une structure dont la nature n’est pas encore déterminée précisément. Le tout consiste en un tertre volumineux composé de blocs de taille variée témoignant d’un écroulement important. Interprété initialement comme une structure turriforme du fait d’une forme circulaire, l’état d’avancement de la fouille ne permet pas d’assurer qu’il s’agisse d’un monument circulaire. L’enlèvement des pierres effondrées offre une structure très arasée dont les éléments en place sont restreints. Suite au dégagement partiel de cet éboulement, nous avons observé, sur la quinzaine de mètres carrés fouillée et en continuité du mur dégagé en 2018 (MR 3008), un alignement rectiligne de près de 6 m qui s’interrompt au contact avec le substrat rocheux à l’extrémité ouest du secteur. La présence d’une banquette ou d’un parement intérieur à ce mur évoque un aménagement spécifique dont la vision partielle ne permet pas une interprétation satisfaisante.

8Parmi les éléments conservés, sous l’éboulement, nous avons observé un dallage sous la forme d’un litage de dallettes. Ce litage renvoie à un niveau partiellement en place dont le pendage est assez important (plus de 50 cm entre le point le plus haut et le niveau le plus bas).

9Le mobilier associé à ce remplissage est exclusivement du second âge du Fer. Les productions locales (céramique modelée) sont associées à du mobilier d’importation tel que des fragments de panse d’amphore gréco-italique, des perles en verre bleu, des anneaux porcelainiques et des éléments de chaîne ou des pendeloques en alliage cuivreux. Ce cortège de mobiliers est typique des productions de l’époque républicaine et renvoie au mobilier du sondage 1 de 2017 et à la dernière phase d’occupation du secteur 2.

10En l’état actuel, la fouille du secteur 3 nécessite d’être poursuivie afin d’enlever le plus largement possible les pierres issues de l’éboulement du monument. Le but est de disposer d’une surface d’intervention plus large afin de se positionner sur le nivellement en dallettes et d’observer si le mur se poursuit de façon rectiligne ou s’il forme une structure circulaire.

11Parallèlement à la fouille de ces deux secteurs, nous avons poursuivi notre lecture de l’éperon rocheux. Un nouveau mur cyclopéen a été observé sur le flanc nord. Il s’apparente par son appareillage aux murs MR 1 et MR 5 ; les blocs sont de taille identique, mais il semble plus long et paraît faire le tour de l’éperon par le nord et le nord-est. Un autre éboulis a été observé presque en continuité. Les pierres sont plus petites et pourraient correspondre à une époque distincte.

12La fouille de Monti di a Torra participe incontestablement d’une meilleure connaissance de l’occupation des sites perchés à l’âge des métaux en s’intégrant dans un maillage de sites fortifiés de la vallée de la Gravona.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue de l’éperon et de l’effondrement du monument turriforme
Crédits Cliché : M. Marchal (LRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53772/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Paolini-Saez, « Cuttoli-Corticchiato – Monti di a Torra » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 06 février 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/53772

Haut de page

Auteur

Hélène Paolini-Saez

Laboratoire régional d’archéologie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hélène Paolini-Saez

Laboratoire régional d’archéologie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search