Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20192A – Corse-du-SudOlmeto – Monti Barbatu

2019
2A – Corse-du-Sud

Olmeto – Monti Barbatu

Fouille programmée (2019)
Responsable d’opération : Kewin Peche-Quilichini

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La campagne de fouilles menée en 2019 à Monti Barbatu (fig. 1) a consisté à poursuivre les travaux sur les trois secteurs investis en 2018, à savoir les structures 1 et 2 du secteur B et l’église du secteur C.

Fig. 1 – Plan topographique du site à l’âge du Bronze

Fig. 1 – Plan topographique du site à l’âge du Bronze

En bleu, Bronze moyen 1 et 2 ; en vert, Bronze moyen 3 et Bronze récent ; en rouge, Bronze final ; en jaune, secteurs fouillés ; en gris, massifs rocheux.

DAO : M. Seguin (SRA), K. Peche-Quilichini (Inrap).

2La structure 1 est une construction située au sud et au pied des falaises méridionales du secteur D, dans la partie sud du secteur B, à proximité de l’enceinte méridionale du site. L’édifice présente un plan sub-rectangulaire de 13,40 x 6,60 m délimité et matérialisé par une file continue de blocs de granite de forme parallélépipédique, dont quelques-uns sont effondrés vers l’intérieur. Certains sont posés sur d’autres blocs formant semelle et en harmonisant les hauteurs. Les blocs en place montrent systématiquement une face interne plane. Leur gîte d’extraction probable se situe à moins de 10 m en amont de la structure, où une falaise verticale se délite par diaclases épaisses. Au sud-est, la construction est posée sur un terrassement cyclopéen irrégulier qui sert de soutènement et corrige en partie la pente. Dans l’espace interne nord-ouest, un système d’escalier à 90° est visible dans la partie haute. Immédiatement à l’ouest de la structure, un espace carré (3,70 x 3,60 m), vide de tout remplissage et ouvert au sud-est, forme un aménagement accolé dont la fonction reste indéterminée.

La structure 1

3La fouille de la structure 1 a révélé une stratigraphie que l’on peut ordonner en quatre moments principaux, présentés ci-dessous dans l’ordre chronologique.

4La phase 1 est chronologiquement caractérisée par le mobilier des US 165/166 et 143/177, qui appartient à un faciès basien du Néolithique récent. Ce niveau n’a été qu’effleuré afin de s’assurer qu’il ne s’agissait pas d’une strate d’occupation de l’âge du Bronze. Il livre des vaisselles fines, de l’industrie lithique taillée (où l’obsidienne est curieusement peu représentée, à l’inverse du quartz) et des vestiges fauniques. Ce niveau basien montre une texture très organique et une couleur sombre, noirâtre, dont la nature reste à expliquer. Trois trous de petits poteaux ont été observés dans la partie sud-est et appartiennent vraisemblablement à un ensemble.

5Entre les phases 1 et 2, l’US 148 est intercalée après l’occupation basienne et avant la construction de la structure 1. Elle livre un mobilier attribuable à un moment situé entre le Bronze ancien 2 et le Bronze moyen 2.

6La phase 2 est celle qui a fourni le plus de vestiges mobiliers et immobiliers. Elle est datée, à son niveau de fonctionnement le plus ancien, d’entre 1307 et 1263 cal. BC par traitement bayésien des datations des US 126 et 128, soit au Bronze récent 1. Les mobiliers associés sont en parfaite cohérence avec cette chronologie, excepté les ensembles résiduels basiens, plus particulièrement nombreux vers l’interface des US 143 et 177. Cette phase est principalement marquée par la construction de la terrasse sud-est (US 133), celle de la couronne de blocs verticalisés (US 132) et disposés en une file continue formant une ellipse, et par l’aménagement de l’escalier d’accès (US 125/155) au nord-ouest. Au moins neuf trous de poteau (TP 121, 172, 141, 159, 116, 161, 108, 157, 158), et probablement six autres (TP 153, 163, 162, 152, 150, 149) fonctionnent avec le niveau daté et sont donc contemporains du foyer US 147, du mortier US 129 et de plusieurs pans de vases écrasés en place, comme l’US 128. Cette occupation montre plusieurs niveaux de recharge, aussi bien des sols que du foyer, et a donc une certaine durée. Les vaisselles associées livrent des éléments remarquables tels des grands récipients de stockage et des vases à profil en S portant des décors de lignes pointillées de tradition apenninique. En outre, deux alènes en bronze proviennent également de ce niveau.

7La phase 3 n’est documentée que par son réseau de 21 trous de poteau creusés dans les colmatages successifs de la phase 2, et dont la distribution permet d’observer les caractères de la charpente et même de restituer la position des négatifs disparus. À une exception près, cette organisation ne se superpose pas à celle de la phase précédente, même si l’organisation générale est tout à fait parallèle. Cette remarque est renforcée par la localisation du TP 135 sur le foyer US 147 de la phase 2, qu’il a contribué à détruire. Comme pour la phase 2, du macro-outillage lithique de broyage/meunerie/polissage est remployé dans les calages. Le niveau d’ouverture et le sol associé à cette superstructure en bois ne sont pas conservés. En l’état des données, il semble que cet état résulte d’une érosion (en raison de ruissellements ?) avant que la totalité de la surface de l’habitation ne soit recouverte par deux effondrements de paroi successifs. En conséquence, il n’y a pas de mobilier associé à cette phase. Considérant l’absence totale de vestiges du Bronze final ou de l’âge du Fer sur ce secteur et en aval, il est raisonnable de proposer une chronologie centrée sur le Bronze récent pour ces niveaux disparus.

8La phase 4 regroupe tous les moments enregistrés à la suite de la phase 3, entre l’abandon de l’habitation et l’érosion des niveaux d’occupation les plus récents et la mise en place de l’humus récent. L’US 146 constitue un premier niveau d’effondrement de la paroi située au nord-ouest de la structure 1. L’US 101 marque un deuxième épisode violent du même type. Avec ses diaclases se détachant verticalement, cette falaise est toujours actuellement instable. Il faut noter que l’un des blocs de l’US 146 a fait l’objet d’une tentative de débitage au coin, probablement au cours du Moyen Âge.

9D’après les données acquises en 2018-2019, la structure 1 est une habitation. Cette conclusion s’impose d’après le plan et les dimensions de l’édifice, mais également à partir des mobiliers. Cette maison présente un plan rectangulaire à angles arrondis, soit un modèle légèrement différent des modèles mis en évidence jusqu’ici, plus elliptiques, comme à Campu Stefanu à la fin du Bronze ancien ou à Puzzonu au Bronze final. Les caractères architecturaux sont toutefois assez classiques : une couronne continue de blocs à face interne plane établie sur un terrassement, soit une norme qui restera prééminente dans le sud de l’île jusqu’au début du second âge du Fer. Si la nature des élévations n’est pas déterminée, le couvrement s’organisait sur une structure à faîtage définissant quatre nefs internes, du moins dans la phase la plus récente de son évolution, au Bronze récent. L’unique niveau d’occupation observé date du Bronze récent 1 et livre des indices d’activités fondamentalement domestiques, notamment culinaires. Le mobilier, essentiellement des vaisselles céramiques (fig. 2) et un petit outillage sur quartz taillé, est typique de ce genre de contexte. Ainsi, aucun objet ne témoignant d’une activité artisanale n’a été mis en évidence, alors que fusaïoles ou outils de métallurgiste sont généralement fréquents sur les habitats fortifiés du milieu de l’âge du Bronze. Seules deux alènes permettent de conclure à un travail d’assemblage de pièces en cuir, activité qui peut être considérée comme quotidienne plutôt que véritablement spécialisée. La présence de jarres de stockage permet en outre de révéler que la conservation des denrées alimentaires (transformées ?) se faisait en partie dans un cadre familial. Au-delà des aspects fonctionnels, la poterie livre des indications culturelles qui se superposent à toutes les données disponibles pour cette époque dans le sud de la Corse, à savoir une composante italique réadaptée à partir des ensembles Bronze moyen 2 et 3. Ce processus de réappropriation atteint ici une forme d’apogée puisqu’il semble que les communications directes avec l’Italie péninsulaire soient rompues au cours du Bronze récent 1.

Fig. 2 – Structure 1 : sélection de récipients du Bronze moyen 3 et du Bronze récent 1

Fig. 2 – Structure 1 : sélection de récipients du Bronze moyen 3 et du Bronze récent 1

Clichés et DAO : K. Peche-Quilichini (Inrap).

La structure 2

10Plusieurs dalles et blocs verticalisés à face plane forment la structure 2, dont le plan correspond à une ellipse, incomplète vers le nord-est et encombrée de blocs en son centre, d’environ 7,5 m x 3,5 m. Cet aménagement s’insère dans un ensellement entre deux masses rocheuses, au pied du secteur D, à proximité des systèmes d’enceintes du sud du secteur B, juste sous le terrassement de la structure 1. Son implantation dans un secteur pentu (vers le sud-ouest) n’est pas un frein à sa qualification d’habitation, plusieurs cas similaires étant connus pour la Protohistoire corse. Cette implantation a eu des conséquences assez fortes sur la géomorphologie de la zone, puisque l’édifice a dû subir des apports gravitaires violents et massifs en même temps qu’un colluvionnement continu sur trois côtés, et ce probablement dès la phase d’occupation. Ces colmatages sont en outre conjugués à des lessivages amplifiés par l’orientation de la structure, parallèle à la pente. En conséquence, aucun niveau de sol n’est conservé. Les niveaux d’occupation ayant également disparu, seuls des colmatages naturels ont été décrits. En section, les travaux ont toutefois illustré la conservation partielle d’un sol dont l’unique structure identifiée est une marche de régularisation du niveau de circulation. À l’exception d’un possible calage de poteau, aucune autre structure en place n’a été observée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan topographique du site à l’âge du Bronze
Légende En bleu, Bronze moyen 1 et 2 ; en vert, Bronze moyen 3 et Bronze récent ; en rouge, Bronze final ; en jaune, secteurs fouillés ; en gris, massifs rocheux.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Fig. 2 – Structure 1 : sélection de récipients du Bronze moyen 3 et du Bronze récent 1
Crédits Clichés et DAO : K. Peche-Quilichini (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53777/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kewin Peche-Quilichini, « Olmeto – Monti Barbatu » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 06 février 2021, consulté le 12 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/53777

Haut de page

Auteur

Kewin Peche-Quilichini

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Kewin Peche-Quilichini

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search