Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20192A – Corse-du-SudPorto-Vecchio – Cozza Torta

2019
2A – Corse-du-Sud

Porto-Vecchio – Cozza Torta

Fouille programmée (2019)
Responsable d’opération : Jean-Louis Milanini

Texte intégral

1La campagne 2019 sur le site de Cozza Torta a permis, d’une part, d’achever l’étude du secteur 8, où avait commencé, lors des campagnes précédentes, celle d’une habitation indigène à cellule unique (« maison 1 ») et de ses abords immédiats, et d’autre part, d’élargir la tranchée de sondage commencée en 2018 entre les secteurs 7 et 8 (secteur 7-4).

2Le secteur 8 est centré sur une habitation correspondant à un type récurrent à l’âge du Fer, qui consiste en un aménagement quadrilatère formé par un parement continu en gros blocs, courant sur trois côtés. Les travaux ont poursuivi le décapage des espaces extérieurs sur 32 m2, poussé jusqu’à la base des niveaux de l’âge du Fer, et élargi au sud le périmètre de la fenêtre de fouille sur une superficie de 24 m2.

3La fouille des niveaux primitifs sur les zones déjà ouvertes (secteurs 8-10 et 8-12b) a été conduite jusqu’au premier niveau d’occupation de l’âge du Fer reconnu sur le secteur. Ce niveau reste peu structuré (fig. 1) : en divers points, nous retrouvons des creusements de petit module, cuvettes et trous de poteau, l’un d’entre eux étant néanmoins caractérisé par un système de contention plus élaboré. Une seconde dalle dressée a été décrite, à 1,20 m de celle mise au jour en 2018, pour un niveau plus récent. Les niveaux anciens livrent un mobilier en tous points identique à ceux des niveaux plus récents, en particulier les céramiques importées, confortant l’idée d’une fourchette chronologique resserrée (seconde moitié du vie s. av. J.‑C.) englobant la totalité de l’occupation protohistorique.

Fig. 1 – Vue générale du sol 930 à la fin de la campagne, et de ses différents aménagements

Fig. 1 – Vue générale du sol 930 à la fin de la campagne, et de ses différents aménagements

Secteurs 8-10 et 8-12b.

Cliché : J.-L. Milanini.

4Le secteur 8-13, nouvellement ouvert, ne déroge pas à ces constats : la fouille a été conduite jusqu’au niveau de sol US 833 (état 2 de la séquence locale). La sédimentation est localement bien plus mince que partout ailleurs sur ce secteur, ce qui traduit soit une spoliation partielle de la séquence, soit plus probablement une accrétion plus limitée en intensité. Toutes les structures observées sont des petits creusements, témoignant de palissades en matériaux périssables. Le mobilier est, à tous les niveaux, particulièrement pauvre. Bien qu’aménagé succinctement, ce secteur se place en marge des espaces occupés, et questionne la pertinence d’une poursuite des travaux à cet endroit.

5Le secteur 7-4, ouvert en 2018 sur 10 m2, a été élargi à 26 m2. Les trois niveaux de sol reconnus alors ont pu être dégagés sur une fenêtre plus large, qui a révélé une structuration modeste centrée sur une zone de foyers bâtis, situés dans la partie la plus abritée, qu’entouraient différents creusements matérialisés par de petits calages (fig. 2). La zone de foyers présente la particularité d’une installation pérenne sur deux niveaux successifs : le plus ancien comportait trois petites cuvettes empierrées disposées en arc de cercle ; le plus récent a vu une sole construite à partir de panneaux de vases et de dallettes se superposer aux trois cuvettes.

Fig. 2 – Vue partielle du sol 955, avec les différentes structures dans leur environnement

Fig. 2 – Vue partielle du sol 955, avec les différentes structures dans leur environnement

Secteur 7-4. Au centre et à droite, le sondage de 2018.

Cliché : J.-L. Milanini.

6Un mur édifié en gros blocs et petit appareil interstitiel, séparant les secteurs 7 et 8, est apparu complètement effondré sur les niveaux de l’âge du Fer. Il était fondé sur des affleurements géologiques in situ qui surplombaient la fenêtre de fouille. La possibilité d’une adjonction de terre crue a été évoquée au vu d’un bourrelet sédimenté au droit de la paroi de ces affleurements. Ce mur massif était donc clairement en fonction lors de l’occupation de l’âge du Fer, et s’est éboulé peu après, voire au moment même de celle-ci.

7La série céramique recueillie cette année est abondante, et les formes identifiées parfaitement superposables à celles déjà connues. Les céramiques importées sont bien représentées, avec une nette présence des amphores étrusques et de Grande-Grèce (corinthiennes « B »). Quant au mobilier lithique, il permet de supposer, cette année encore, la présence d’outils pondéreux en lien avec la métallurgie. Les vestiges d’activités métallurgiques sont pourtant restés notablement discrets : huit fragments de moules de fusion en terre cuite se sont ajoutés à la série préexistante, ainsi qu’un probable fragment de creuset. Cependant, résidus de fusion et objets finis sont absents de la série. Les zones désormais à l’étude ne correspondent plus à des espaces en relation avec la production métallurgique : leur nature devra être questionnée au vu des données disponibles – et à produire dans le futur.

8Les résultats des études anthracologiques, par ailleurs, apportent de nouvelles données sur le milieu naturel environnant, et présentent celui-ci comme un paysage ouvert, en partie dégradé par l’activité humaine, illustré par une majorité d’essences caractéristiques des forêts clairsemées ou des lisières.

9Enfin, la présence d’un tesson recouvert d’un enduit noirâtre, phénomène inédit à ce jour, et la « redécouverte » d’un second nodule de brai de bouleau parmi les séries anciennes poussent de nouveau à s’interroger sur l’acquisition et sur l’emploi de ce produit par les occupants de Cozza Torta.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale du sol 930 à la fin de la campagne, et de ses différents aménagements
Légende Secteurs 8-10 et 8-12b.
Crédits Cliché : J.-L. Milanini.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 686k
Titre Fig. 2 – Vue partielle du sol 955, avec les différentes structures dans leur environnement
Légende Secteur 7-4. Au centre et à droite, le sondage de 2018.
Crédits Cliché : J.-L. Milanini.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53782/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 641k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Milanini, « Porto-Vecchio – Cozza Torta » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 06 février 2021, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/53782

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Milanini

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Louis Milanini

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search