Navigation – Plan du site
2006

Évreux – Le Clos au Duc, rue de la Libération

Responsable(s) des opérations : Sylvie Pluton-Kliesch
Notice rédigée par : Sylvie Pluton-Kliesch

Entrées d’index

Chronologique :

Empire romain

Géographique :

Haute-Normandie, Eure (27), Évreux

Nature des opérations :

Fouille d'évaluation (EV)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 1854

Date de l'opération : 2006 (EV)

1Le diagnostic réalisé sur la parcelle XP 43 a été motivé par un projet de construction au cœur de la nécropole antique [ (Fig. n°1 : Répartition des opérations de terrain), plan d’Évreux].

2La cité antique d’Évreux, Mediolanum Aulercorum, est créée à la fin du Ier s. av. J.-C. Au sud de la ville, en dehors de la cité, se développe une vaste nécropole dont les limites exactes ne sont pas connues. Elle semble perdurer du Ier s. au IVe s. apr. J.-C. Cette nécropole antique dite du « Clos au Duc » est située à flanc de coteau, le long de la voie qui relie Évreux à Chartres. Connue depuis le XIXe s. par de nombreuses découvertes fortuites, elle est localisée dans un triangle dessiné par le haut de la rue Saint-Louis, la gare SNCF et « Le Buisson ». Les interventions archéologiques réalisées depuis 2002 sur cette nécropole ont permis d’appréhender une partie de l’évolution typo-chronologique des pratiques funéraires de l’époque antique. Si durant le Ier s. les sépultures secondaires à crémation sont prédominantes, mais non exclusives, l’inhumation devient le mode sépulcral privilégié dès le siècle suivant (Fig. n°2 : Localisation des sépultures).

3La parcelle concernée mesure 793 m2. Dans un premier temps deux tranchées ont été réalisées perpendiculairement à la pente du terrain. Puis, compte tenu de l’arasement du site, du petit nombre de structures mises au jour et de la faible épaisseur de terre végétale, un décapage plus important a été décidé, en accord avec le SRA (Florence Carré). La moitié est n’a livré aucun vestige ; la moitié ouest s’est avérée très arasée, en raison d’un fort pendage. Les sépultures sont apparues sous 0,30 m à 0,40 m de terre végétale, certaines étaient perturbées par de nombreuses racines. Elles ont été intégralement fouillées. Il s’agit exclusivement de sépultures à inhumation. Lors du décapage cinq ont été repérées. Trois d’entre elles se sont avérées être des sépultures individuelles successives superposées, soit un total de onze sépultures. Si aucun élément de signalétique n’a été découvert, ces inhumations consécutives tendent à prouver que leur emplacement était matérialisé au niveau du sol.

4Les défunts sont des adultes ou de grands immatures. Aucune sépulture d’enfant de moins de 15 ans n’a été mise au jour. Ils sont inhumés en décubitus dorsal, les membres supérieurs et inférieurs le plus souvent en extension, dans des cercueils en bois cloués. Ils sont habillés et, les hommes comme les femmes, sont pourvus de chaussures aux semelles clouées parfois ornées de clous en bronze.

5Le mobilier d’accompagnement déposé dans les sépultures est assez rare. Quelques éléments de parure ont été mis au jour. Une fibule en bronze argenté à décor anthropomorphe est associée à une femme adulte jeune (st. 7) et un sujet adulte mature (st. 6) porte en pendentif une pièce de monnaie perforée. Les sépultures de deux jeunes femmes adultes renferment une cruche.

6Une gestion de l’espace sépulcral peut être envisagée car la plupart des défunts présente une orientation précise, nord-sud. Seul le sujet 9 a été inhumé la tête à l’est et le défunt 6, la tête au sud. Ces sépultures, datées des IIe s. et IIIe s. de notre ère, confirment une évolution des pratiques funéraires et l’abandon de la crémation.

7La plus grande partie de la parcelle a été intégralement fouillée. Seule une bande de terre située sur le côté est n’a pas été traitée évitant ainsi de fragiliser les structures sous-jacentes. Elle sera fouillée ultérieurement si elle est menacée par le projet de construction, dont l’emplacement exact n’est pas encore déterminé.

8PLUTON-KLIESCH Sylvie

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Répartition des opérations de terrain

Fig. n°1 : Répartition des opérations de terrain

Auteur(s) : Eloy-Epailly, Laurence. Crédits : ADLFI (2006)

Fig. n°2 : Localisation des sépultures

Fig. n°2 : Localisation des sépultures

Auteur(s) : Pluton-Kliesch, Sylvie. Crédits : ADLFI (2006)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Répartition des opérations de terrain
Crédits Auteur(s) : Eloy-Epailly, Laurence. Crédits : ADLFI (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/5379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Fig. n°2 : Localisation des sépultures
Crédits Auteur(s) : Pluton-Kliesch, Sylvie. Crédits : ADLFI (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/5379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Sylvie Pluton-Kliesch, « Évreux – Le Clos au Duc, rue de la Libération », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/5379

Haut de page

Responsable d'opération

Sylvie Pluton-Kliesch

INRAP

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals