Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20192A – Corse-du-SudSartène – Castellu di Coscia, Val...

2019
2A – Corse-du-Sud

Sartène – Castellu di Coscia, Vallée de Conca

Fouille programmée (2019)
Responsable d’opération : Florian Soula
Notice rédigée avec Laura Manca, Pantelitsa Mylona, Kewin Peche-Quilichini et Alessandro Peinetti

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1Les premières phases du projet lancé en 2016 sur le site de Castellu di Coscia ont permis de définir plus précisément l’extension du site et de proposer le postulat d’une homogénéité chronoculturelle des utilisations de nombreuses structures anthropiques identifiées (Soula, Manca et al. 2016, 2017, 2018). Initialement rattaché d’un point de vue très général à l’âge du Bronze et à l’âge du Fer, les recherches menées entre 2016 et 2019 montrent que le gisement est daté des premières phases de l’âge du Bronze. Dans l’attente des résultats des datations absolues, les éléments chronologiques sont issus de l’étude morphotypologique des vestiges céramiques réalisée par K. Peche-Quilichini. De ce point de vue, l’occupation du site paraît courte et centrée sur le Bronze ancien 2 et la phase de transition avec le Bronze moyen, soit autour de 1800/1750-1550 av. J.‑C. Ces données offrent le scénario d’un gisement où les premières fortifications du sud de la Corse sont encore dans leur état originel, présentant ainsi l’opportunité de mieux comprendre la genèse de ces monuments et leurs liens avec les sites à pierres dressées de la région (Soula 2012). Ce site permet aussi, à plus large échelle, de mieux cerner les complexes changements techno-économiques et sociaux qui ont touché les groupes humains insulaires au cours du passage entre le Néolithique final et le premier âge du Bronze.

2Depuis 2016, la connaissance générale du gisement s’est grandement améliorée avec l’identification de 58 structures d’aménagement et de fortification ainsi que 20 abris-sous roche plus ou moins structurés.

3La campagne 2019 a permis de poursuivre la fouille de l’abri XV (fig. 1) et de réaliser deux petits sondages dans le secteur dit « du talweg », en correspondance avec l’entrée supposée du site fortifié.

4Dans l’abri XV, il a été entrepris de fouiller la berme intérieure est-ouest, préservée jusqu’alors, afin de compléter la planimétrie intérieure et de libérer une sole foyère particulièrement bien conservée à la base de la séquence fouillée. Cette sole se présente sous la forme d’un aplat d’argile cuite et craquelée par son utilisation, avec un rebord pincé conservé sur le bord ouest. Elle est vraisemblablement implantée dans une cuvette aménagée dans une structure en terre crue et se trouvait, de fait, surélevée par rapport à son sol ou horizon de construction et d’utilisation. La sole pourrait être, à l’origine, de forme rectangulaire (fig. 1a). La fouille s’est également poursuivie à l’extérieur de l’abri XV où des éléments de structure sont apparus. Il est possible de proposer une interprétation fonctionnelle à ces éléments en lien avec l’entrée de l’abri : il s’agit d’une petite structure de contention aménagée contre le rocher en contrebas de l’abri autour d’une cuvette (creusée où naturelle ? ; fig. 1b).

Fig. 1 – Abri XV

Fig. 1 – Abri XV

a, sole foyère US 79 ; b, structure de contention des écoulements de ruissellement à l’extérieur US 78 ; c, plan schématique de la structuration de l’abri correspondant à plusieurs phases d’aménagement.

Clichés et DAO : F. Soula (Lampea).

5Cette cuvette a permis l’accumulation des sédiments provenant du couloir d’entrée de l’abri par le biais d’une tranchée-drain se développant sous un affleurement rocheux irrégulier. Cette tranchée débute à la jonction entre le couloir et l’intérieur de l’abri, sous un point de ruissellement des eaux de pluie qui viennent inonder le couloir. Le drain a donc pour fonction probable d’évacuer ces eaux de ruissellement vers l’extérieur (le long de la face intérieure du rocher formant l’abri dans la partie est), où la structure identifiée permet vraisemblablement de contenir l’eau et les sédiments qu’elle apporte. Dans le même temps, cette structure permet probablement de bloquer ou de limiter le colluvionnement provenant de l’extérieur de l’abri dans le sens de la pente (d’ouest en est) et d’en limiter le comblement rapide. Ces nouveaux éléments permettent de compléter la vision structurelle multi-phases de l’abri (fig. 1c).

6L’analyse de la séquence sédimentaire de l’abri XV s’est poursuivie par l’étude en lame mince des échantillons prélevés en 2018. L’approche spatiale mise en place pour l’analyse microstratigraphique a permis d’affiner les interprétations de terrain et de commencer à qualifier la répartition fonctionnelle des espaces à l’intérieur de l’abri XV, de comprendre comment l’espace était structuré et aménagé et de définir les modalités d’abandon (fig. 2). Les résultats actuels confirment notamment la présence de remblais, de sols construits, de surfaces d’activité et de phases d’abandon.

Fig. 2 – Microstratigraphie de la lame mince fabriquée à partir de l’échantillon CdC18-03

Fig. 2 – Microstratigraphie de la lame mince fabriquée à partir de l’échantillon CdC18-03

Scan de lame mince.

DAO : A. Peinetti (UMR 5140, LabEx ARChIMEDE).

7L’étude géomorphologique des environs de Castellu di Coscia a été poursuivie en 2019. Elle a pour but de comprendre les dynamiques hydrologiques et sédimentaires qui ont contribué à l’évolution du paysage autour du site et dans le secteur médian de Tivella. Suite à l’étude réalisée en 2018, qui a concerné les berges de Tivella, Tillazza et Lori, l’attention s’est focalisée sur la partie médiane du ruisseau de Tivella en relation aux sources qui sont à proximité afin de caractériser la dynamique des apports sédimentaires liés à l’action de l’eau (ruisseau et sources) et colluviale. Pour approcher ces problématiques, des carottages manuels ont été mis en œuvre dans des zones humides au moyen d’une tarière pédologique. Deux carottes de sédiments ont été réalisées dans les prairies humides formées par l’activité du Tivella. Parallèlement, des carottes ont été prélevées dans le secteur de San Parteddu en correspondance des coupes étudiées en 2018 pour comprendre la dynamique latérale des apports. Deux carottes ont également été réalisées sur le site même afin de caractériser la dynamique sédimentaire et de déterminer si les installations humaines sur le sommet ont eu un impact sur la dynamique naturelle. Les observations du terrain, en ce qui concerne les prairies humides, montrent des variations de dynamique modérée ou faible, courte ou continue. Dans le secteur de San Parteddu, les types d’apports montrent plutôt des apports latéraux issus des sources.

8Sur le site, la faible profondeur des dépôts montre qu’il s’agit de colluvions qui complètent les « talwegs » entre les formations granitiques rocheuses – résultant de l’érosion des formations proches.

9L’opération 2019 a également permis de réaliser deux sondages de test dans le talweg, supposé constituer l’entrée du site fortifié (fig. 3). Le talweg, orienté globalement sud-ouest – nord-est, est bloqué au sud par la STR 4 au débouché de ce qui pourrait constituer l’entrée du site fortifié (structures éboulées, vestiges possibles de marches d’escalier aménageant l’accès et structure terminale de réduction de la largeur de l’entrée). Des éléments de structure avaient été identifiés dès 2018 au nord de la STR 4 (STR 21 et 22). Ces deux alignements de plus ou moins gros blocs mis de chant appartiennent à une même structure qui vient s’appuyer sur la STR 4. Ils étaient interprétés comme les bases des murs d’une cabane, ou pour le moins d’une structure potentiellement couverte. Le rocher affleurant dans une grande partie de la structure a été nettoyé mais aucune trace de trou ou de calage de poteau n’a pu être identifiée. Les observations réalisées laissent penser qu’il ne s’agit peut-être pas d’une structure à vocation proprement domestique mais d’un aménagement complexe lié à l’entrée du site fortifié.

Fig. 3 – Rendu orthophotographique d’une partie du talweg concernée par les sondages 2019

Fig. 3 – Rendu orthophotographique d’une partie du talweg concernée par les sondages 2019

Cliché : F. Soula (LAMPEA, UMR 7269).

10Plusieurs datations AMS sont attendues sur différents secteurs du gisement (sondage de la STR 34, abri XV, plate-forme sommitale), et quelques bulk sediments sont en cours sur les prélèvements géomorphologiques de 2018. Ces premières données de chronologie absolue permettront à la fois de dater des horizons archéologiques et de débuter la reconstruction de la chronologie des paysages environnants.

Haut de page

Bibliographie

Soula F. 2012 : Les pierres dressées de l’aire corso-sarde. Étude systémique des territoires. Le pietre fitte dell’area corso-sarda. Studio sistemico dei territori, thèse de doctorat, Université Aix-Marseille I, Université de Sassari, 3 vol., 1 117 p.

Soula F., Manca L. (dir.), D’Anna A., André G. 2016 : Castellu di Coscia, vallée de Conca, Sartène, Corse-du-Sud (2A272030), rapport d’opération de relevé et de prospection, Ajaccio, SRA Corse, 341 p.

Soula F., Manca L. (dir.), Peche-Quilichini K., de Saint-Sever G. 2017 : Castellu di Coscia, vallée de Conca, Sartène, Corse-du-Sud (2A272030), rapport de fouille programmée, Ajaccio, SRA Corse, 327 p.

Soula F., Manca L. (dir.), Mylona P., Pantelitsa M., Peche-Quilichini K., de Peinetti A. 2018 : Castellu di Coscia, vallée de Conca, Sartène, Corse-du-Sud (2A272030), rapport de fouille programmée, Ajaccio, SRA Corse, 252 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Abri XV
Légende a, sole foyère US 79 ; b, structure de contention des écoulements de ruissellement à l’extérieur US 78 ; c, plan schématique de la structuration de l’abri correspondant à plusieurs phases d’aménagement.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53792/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Fig. 2 – Microstratigraphie de la lame mince fabriquée à partir de l’échantillon CdC18-03
Légende Scan de lame mince.
Crédits DAO : A. Peinetti (UMR 5140, LabEx ARChIMEDE).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53792/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 3 – Rendu orthophotographique d’une partie du talweg concernée par les sondages 2019
Crédits Cliché : F. Soula (LAMPEA, UMR 7269).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53792/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 633k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Soula, Laura Manca, Pantelitsa Mylona, Kewin Peche-Quilichini et Alessandro Peinetti, « Sartène – Castellu di Coscia, Vallée de Conca » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 06 février 2021, consulté le 22 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/53792

Haut de page

Auteurs

Florian Soula

CNRS, Lampea (UMR 7269)

Articles du même auteur

Laura Manca

CNRS/MNHN (UMR 7209)

Articles du même auteur

Pantelitsa Mylona

CNRS/MNHN (UMR 7209)

Articles du même auteur

Kewin Peche-Quilichini

Inrap

Articles du même auteur

Alessandro Peinetti

Université Paul-Valéry Montpellier, ASM (UMR 5140), LabEx Archimede, Università di Bologna

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florian Soula

CNRS, Lampea (UMR 7269)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search