Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20192A – Corse-du-SudSerra-di-Ferro – Basi

2019
2A – Corse-du-Sud

Serra-di-Ferro – Basi

Fouille programmée (2019)
Responsable d’opération : Thomas Perrin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1La campagne de fouille 2019 à Basi est venu clore la première campagne triennale 2017-2019 qui faisait elle-même suite à une autorisation annuelle en 2016. Au terme de ces quatre premières campagnes de fouille sur la partie nord de ce vaste site archéologique, notre perception du gisement a significativement évolué. Nous avons ainsi pu montrer que les occupations de l’âge du Bronze y ont été très importantes : cela se voit par la succession de niveaux de sol, peut-être en terre battue, plusieurs structures foyères aménagées, des murs appareillés, etc.

2Une enceinte périphérique, partiellement conservée, est probablement à mettre en relation avec cette occupation dont l’essentiel semble devoir être daté du Bronze moyen, entre les xvie et xive s. avant notre ère, même si ce cadre chronologique reste à affiner. La torra détruite à l’époque moderne peut sans doute être mise en relation avec cette occupation. Cette configuration du site à l’âge du Bronze rappelle bien entendu celle des gisements voisins et contemporains de Filitosa et du Monti Barbatu, confirmant la dense occupation de la basse vallée du Taravo à cette période. Nous n’avons pour le moment pas pu mettre en évidence de niveau du Néolithique final/Bronze ancien. Toutefois, des vestiges mobiliers de cette période peuvent être identifiés en position remaniée dans des niveaux plus récents. De même, G. Bailloud avait recueilli quelques vestiges laissant penser à l’existence d’une occupation terrinienne. Peut-être les niveaux fouillés en 2019 dans le secteur 4 et dont les mobiliers ne sont ni du Bronze moyen ni du Basien peuvent-ils s’y rapporter ? Leur étude détaillée et la datation de ces ensembles apporteront rapidement des éléments de réponse. L’essentiel des occupations préhistoriques de cette partie nord du gisement se rattache au Néolithique récent basien. Là, ce sont de véritables maisons qui ont été construites et reconstruites les unes sur les autres, associant architecture de pierre, de terre et de bois (fig. 1). La densité des carporestes montre que les habitants étaient de véritables agriculteurs, cultivant notamment l’orge. Plusieurs phases architecturales sont d’ores et déjà visibles en surface et permettront de documenter l’évolution de l’habitat sur un temps relativement long. Enfin, le Néolithique ancien n’a été que très partiellement effleuré pour le moment. La présence de torchis brûlé signale d’emblée qu’il s’agira là aussi de vestiges domestiques. Espérons que ces niveaux soient suffisamment bien conservés pour que des plans de maison puissent être identifiés, ce qui serait tout à fait exceptionnel pour l’aire tyrrhénienne. La possibilité d’occupations plus anciennes, antérieures au Cardial tyrrhénien, reste posée, mais aucun indice ne permet pour le moment de la discuter précisément.

Fig. 1 – Vue générale des trous de poteau de la partie orientale du secteur 3, avec leurs calages de dallettes verticales qui s’ouvrent dans un niveau de sol de l’âge du Bronze final

Fig. 1 – Vue générale des trous de poteau de la partie orientale du secteur 3, avec leurs calages de dallettes verticales qui s’ouvrent dans un niveau de sol de l’âge du Bronze final

Ils semblent dessiner une structure circulaire ou hémicirculaire d’environ 1,5 m de diamètre, construite sur pilotis (grenier ?).

Cliché: T. Perrin (CNRS).

3Plusieurs nouvelles campagnes de terrain seront nécessaires pour poursuivre la documentation de ces occupations. La prochaine triennale sera dévolue essentiellement à la fin de la fouille des niveaux de l’âge du Bronze ainsi qu’à la poursuite de l’exploration des occupations du Néolithique récent. En 2019, nous avons pu mettre en évidence l’existence d’un espace de quelques mètres carrés situé sous un énorme rocher et donc préservé a priori de perturbations anthropiques postérieures. Le sommet du remplissage sous cette sorte d’abri est néolithique récent. Il a déjà livré quelques ensembles remarquables : fragments de vases en place, amas de molettes suggérant un dépôt dans un contenant périssable, etc. La possibilité que toute la séquence néolithique y soit préservée constitue une motivation particulière.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale des trous de poteau de la partie orientale du secteur 3, avec leurs calages de dallettes verticales qui s’ouvrent dans un niveau de sol de l’âge du Bronze final
Légende Ils semblent dessiner une structure circulaire ou hémicirculaire d’environ 1,5 m de diamètre, construite sur pilotis (grenier ?).
Crédits Cliché: T. Perrin (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Perrin, « Serra-di-Ferro – Basi » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 06 février 2021, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/53797

Haut de page

Auteur

Thomas Perrin

CNRS, Traces (UMR 5608)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thomas Perrin

CNRS, Traces (UMR 5608)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search