Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20192A – Corse-du-SudTavera – I Casteddi

2019
2A – Corse-du-Sud

Tavera – I Casteddi

Fouille programmée (2019)
Responsable d’opération : Hélène Paolini-Saez

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Laboratoire régional d’archéologie (Corse)

Texte intégral

1La fouille pluriannuelle qui s’est déroulée de 2017 à 2019 sur le site d’I Casteddi a permis de parfaire nos connaissances sur l’organisation des différentes unités domestiques de cet éperon rocheux. La fouille, bien qu’encore partielle sur les trois secteurs occupés à l’âge des métaux, offre une vision plus complète et mieux structurée. La recontextualisation des structures permet d’intégrer certains mécanismes socioéconomiques, techniques et culturels.

2Le secteur 3 a fait l’objet d’une fouille extensive en 2019 afin de disposer d’une vision complète de l’aménagement de la terrasse. Ce sont 25 m2 qui ont été ouverts en 2019, portant la totalité de la surface fouillée à près de 90 m2 entre 2014 et 2019. Des niveaux les plus anciens aux plus récents, sept phases ont été identifiées, dont cinq anthropiques.

3La plus ancienne (phase 2) renvoie à une unité fonctionnelle circulaire de l’âge du Bronze moyen (US 305) datée de 1499-1373 cal. BC (3140 ± 35 BP). Les limites sont marquées par un mur en arc de cercle constitué de grosses pierres à l’ouest et au sud (MR 103). Des trous ou calages de poteaux suivent cette limite empierrée et se poursuivent au nord et à l’est. Certains trous de poteau sont caractérisés par des creusements dans le substrat rocheux, dont on peut voir des traces de forure verticales, voire des aménagements par des calages. Le tout s’articule en une forme circulaire à elliptique interrompue à l’extrémité sud de la terrasse par une érosion du sol, lequel sera stabilisé à l’âge du Fer puis nivelé au Moyen Âge. Au sein de cette unité, a été identifiée une structure de combustion matérialisée par une chape de terre à bâtir intégrée dans un cercle de pierres. Les esquilles de faune, les graines et charbons sont nombreux, le tout associé à un sédiment cendreux et pulvérulent. Un espace délimité par une banquette faite de pierres alignées jouxte cette sole foyère. Des débris d’obsidienne, rhyolite et tessons parsèment ce petit locus, qui sont à mettre en connexion avec les activités culinaires du foyer. Le mobilier de ce niveau est abondant, notamment des fragments de mobilier métallique et de la terre crue dont certains éléments ont conservé des empreintes de clayonnage. L’ensemble de ces éléments permet d’interpréter cette unité fonctionnelle en habitation construite sur poteaux. En parallèle, il a été remarqué un aménagement à l’extrémité orientale de la terrasse sous la forme d’une enfilade de creusements dans le substrat. Cette organisation est en lien avec la pente du substrat. En effet, de 9 à 11° d’inclinaison, celle-ci est particulièrement embarrassante puisqu’elle jouxte la terrasse où se trouve la maison. En cas de pluie, l’eau ruisselle sur le rocher, s’accumule facilement au pied de cette pente et inonde la zone plane de la terrasse. La série de creusements s’apparente fortement à l’implantation d’une palissade le long de la déclivité du rocher afin de canaliser l’eau et la conduire à l’extérieur de la maison vers le sud, pendage naturel de la terrasse.

4Ce niveau est coiffé d’un nouvel aménagement daté également du Bronze moyen. Cette troisième phase (US 349-2) est matérialisée par une réorganisation de la structure de combustion ; elle devait mesurer à ce moment-là 1 m de diamètre. La sole primitive est recouverte d’une nouvelle chape de terre à bâtir tandis qu’elle est prolongée vers le sud-ouest suite à une préparation du sol avec des dallettes de pierre permettant d’en aplanir l’inclinaison. Les déchets culinaires sont toujours aussi nombreux tandis que de nouvelles structures sous la forme de calages apparaissent. Ce niveau supérieur du Bronze moyen est daté de 1457-1371 cal. BC (3130 ± 30 BP). Il est très probable que cette unité d’habitation soit en lien avec l’élévation de la statue-menhir initialement positionnée sur le col de Tagliafarro à quelques centaines de mètres au sud-ouest.

5Cette phase a été perturbée par un niveau du Bronze final (phase 4, US 349) daté de 1427-1277 cal. BC (3090 ± 30 BP).

6La grande structure foyère a été abîmée en partie par des calages de poteaux ou piquets, tandis que d’autres aménagements restituent un lambeau de sol partiellement visible, dont un empierrement permettant de niveler le sol. Cette phase est surtout matérialisée par un vase écrasé sur place (US 319) qui est daté de 1297-1112 BC (2980 ± 30 BP). Une graine et de la substance adhésive fournissent le même cadre chronologique. Cette colle est constituée de brai de bouleau, ce qui permet de grossir le corpus de sites ayant conservé ce type de matière apparue au Bronze ancien et qui sera utilisée jusqu’au second âge du Fer dans le sud-ouest de la Corse. La cinquième phase (US 303) renvoie à une occupation de l’ensemble de la terrasse. L’extension de la zone de fouille au nord en 2019 a livré plusieurs creusements dans le substrat rocheux, sous la forme de trous de poteau simples ou doubles, et des calages dont certains avaient déjà été utilisés dès le Bronze moyen. Ce bâtiment, de forme rectangulaire ou quadrangulaire, renferme une fosse-silo, tandis qu’une autre se trouve en périphérie directe à proximité de l’aménagement de la palissade qui n’a cessé d’être réorganisée tout au long des générations. La petitesse des fosses-silos (45 et 100 litres) évoque davantage des réserves à semences plutôt que des réserves alimentaires. La présence de plus de 2 000 fragments de terre crue et de milliers de graines indique un incendie certain de cette construction. L’organisation du bâtiment et les effets de sectorisation domestique interne associés à du mobilier de la vie quotidienne (céramique locale, vase à boire, amphore, mobilier métallique, anneaux en verre) permettent d’y voir une unité mixte : habitation/grenier. À l’heure actuelle, pour le second âge du Fer en Corse, cette forme de bâtiment constitue un témoignage unique sur éperon. C’est à ce moment-là que la terrasse a été stabilisée au sud par un mur formé de pierres alignées et de dalles plantées de chant. Ce mur a eu pour fonction de maintenir la terrasse en place et de stopper son érosion. C’est sur cette terrasse, au sud, que s’est organisée une zone artisanale sous la forme d’un aménagement ouvert autour d’un tas enclume. Les nombreuses traces de négatifs de frappe sur la partie sommitale de ce tas sont un témoignage du travail métallurgique in situ qui est associé à plusieurs exemplaires de mobiliers en alliage cuivreux : un fragment guilloché, des éléments de parure striés ou des petites tôles qui évoquent du mobilier élitaire.

7Suite à un remplissage progressif mêlant du mobilier du second âge du Fer, la terrasse a été nivelée au Moyen Âge (phase 6, US 312). Il s’agit d’une puissante couche de matériaux mêlant pierres, mortier de chaux, pierres à chaux, sédiments sableux. Ce nivellement est conforté par un mur à l’angle sud-sud-ouest (MR 39) qui se positionne sur l’affleurement rocheux. Cet imposant niveau renferme notamment du mobilier métallique ferreux. Ce nivellement très solide a permis la conservation des niveaux sous-jacents de la Protohistoire.

8La fouille pluriannuelle 2017-2019 apporte ainsi un renouveau considérable d’informations sur l’éperon d’I Casteddi : longévité de l’occupation, spécialisation de tâches, singularité de certaines unités d’habitation, réserves de semences, mobilier élitaire, contact avec d’autres communautés locales et extérieures. Ces éléments évoquent la présence d’un habitat fortifié, perché, sur éperon, dont le lien avec la statue-menhir à quelques centaines de mètres en aval, sur un col, marque fortement le territoire de cette communauté et son emprise probable sur les autres groupes humains de la vallée. L’ensemble des vestiges découverts à ce jour renvoie à une communauté « riche », connectée aux réseaux méditerranéens, et vraisemblablement composée d’élites dont le mobilier métallique est le précieux témoin.

Fig. 1 – US 303 : structure rectangulaire sur poteaux

Fig. 1 – US 303 : structure rectangulaire sur poteaux

DAO : X. Villat (LRA).

Fig. 2 – US 387 et faits associés

Fig. 2 – US 387 et faits associés

Clichés et DAO : X. Villat (LRA).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – US 303 : structure rectangulaire sur poteaux
Crédits DAO : X. Villat (LRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 2 – US 387 et faits associés
Crédits Clichés et DAO : X. Villat (LRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 758k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Paolini-Saez, « Tavera – I Casteddi » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 06 février 2021, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/53802

Haut de page

Auteur

Hélène Paolini-Saez

Laboratoire régional d’archéologie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hélène Paolini-Saez

Laboratoire régional d’archéologie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search