Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20192B – Haute-CorseAléria – Amphithéâtre

2019
2B – Haute-Corse

Aléria – Amphithéâtre

Opération préventive de diagnostic (2019)
Responsable d’opération : Philippe Écard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Dans le cadre d’un projet de valorisation de l’amphithéâtre d’Aléria, en particulier un remblaiement des anciennes fouilles de J. Jehasse, ce diagnostic réalisé à l’intérieur de l’édifice visait à reconnaître les niveaux encore en place contemporains de l’amphithéâtre, ou antérieurs.

2Nous avons réalisé cinq sondages, pour la plupart dans la partie sud, en essayant de reprendre les fouilles anciennes, en les nettoyant et les approfondissant, et en réalisant une tranchée nord-sud à l’intérieur de l’arène.

3Le piteux état de conservation de l’enceinte interne nous a forcé à beaucoup de prudence afin d’éviter les effondrements. Cependant, deux sondages, dans le vomitorium oriental et dans la partie sud-ouest, ont apporté des informations intéressantes.

4Pour la période de fonctionnement de l’amphithéâtre, hormis la structure elle-même dont la maçonnerie est réalisée en tranchées aveugles, aucun niveau en place n’a été découvert. Les diverses occupations d’époque médiévale (maison ?) ou contemporaine (jardin, stockage militaire durant la Seconde Guerre mondiale) et bien sûr les fouilles des années 1960 ont, semble-t-il, éradiqué les niveaux du Haut-Empire. Force est donc de conserver la datation proposée par J. Jehasse d’une construction sous le règne d’Hadrien. Des prospections à l’extérieur des deux enceintes ou la revue des mobiliers recueillis lors des fouilles anciennes pourront seules invalider ou confirmer cette datation.

5Les renseignements concernant les périodes antérieures sont par contre très intéressants.

6Dans le vomitorium, la partie interne du « rempart hellénistique » découvert par J. Jehasse a été mise au jour, montrant une élévation de briques de terre crue sur deux assises de blocs en grand appareil ornés de bossages. Un sondage au pied de ce rempart a permis la découverte de niveaux de construction, d’utilisation et de destruction. Le niveau de construction est formé de gros blocs et galets liés à la terre et incise une couche de substrat remanié. Une couche d’incendie ou de rejets de foyers la surmonte, couverte par un premier niveau de circulation ou contemporain de la construction. L’occupation est matérialisée par un important dépotoir mêlant tessons d’amphores étrusques, magno-grecques et céramique à vernis noir. Cet ensemble est surmonté par une couche de nivellement à base de briques crues et de fragments d’enduit de chaux qui couvrait l’élévation en terre. La muraille semble avoir été édifiée vers la fin du ive ou le début du iiie s. La grande majorité du mobilier date du iiie s. av. J.‑C.

7Après la destruction ou l’abandon de cet ensemble défensif, on observe l’installation d’un four de tuilier de morphologie assez classique et relativement bien conservé, dont une partie des voûtains date du ier s. av. J.‑C. Il est accompagné d’importantes couches de rejets de terre rougie par l’action du feu. Cet horizon est partout répandu sur la partie orientale et laisse supposer l’existence d’une « batterie de fours ». La fabrication de tuiles correspond sans doute à la phase de construction de la nouvelle cité romaine dont l’épicentre se déplace vers le nord-ouest. Cette partie de la cité ancienne est alors probablement vouée à des activités artisanales polluantes, donc excentrées.

8Le sondage situé dans la partie sud-ouest montre l’extension sous l’enceinte interne et à l’intérieur de l’amphithéâtre du quartier urbain d’époque étrusque fouillé en partie par O. Jehasse plus à l’ouest. Un important dépotoir daté du iiie s. av. J.‑C. est accompagné de murs et de niveaux d’occupations. Une trame plus ancienne d’orientation différente a été perçue dans ce secteur ainsi qu’en fond de tranchée dans la partie orientale.

9Enfin, des fragments de céramique plus anciens, datés du ve s. av. J.‑C., montrent qu’une occupation de cet espace à l’époque classique est possible.

Fig. 1 – Sondage au pied du rempart hellénistique

Fig. 1 – Sondage au pied du rempart hellénistique

Cliché : R. Haurillon (Inrap).

Fig. 2 – Le four de tuilier dans le sondage 1

Fig. 2 – Le four de tuilier dans le sondage 1

Cliché : R. Haurillon (Inrap).

Fig. 3 – Niveaux anciens sous un dépotoir du iiie s. av. n. è.

Fig. 3 – Niveaux anciens sous un dépotoir du iiie s. av. n. è.

Cliché : R. Haurillon (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sondage au pied du rempart hellénistique
Crédits Cliché : R. Haurillon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53827/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2 – Le four de tuilier dans le sondage 1
Crédits Cliché : R. Haurillon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53827/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 3 – Niveaux anciens sous un dépotoir du iiie s. av. n. è.
Crédits Cliché : R. Haurillon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53827/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Écard, « Aléria – Amphithéâtre » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 06 février 2021, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/53827

Haut de page

Auteur

Philippe Écard

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Écard

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search