Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20192B – Haute-CorseAléria – Cabanaccia

2019
2B – Haute-Corse

Aléria – Cabanaccia

Opération préventive de diagnostic (2019)
Responsable d’opération : Gilles Escallon

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique 2019 sur le site de Cabanaccia a été motivé par la construction de plusieurs villas dans un lieu sensible pour l’archéologie, où plusieurs opérations de prospection ou de repérage ont déjà été réalisées. Les vestiges observés en prospection au sol se situaient le long de la route de la mer (route du Roi Théodore) sur une bande d’une cinquantaine de mètres vers le nord-est. Des fragments de tegulae et de dolia avaient été observés, suggérant l’existence d’un habitat rural antique détruit anciennement. Le terrain est situé sur la pente sud-sud-est, d’environ 10 % en moyenne, au sud-ouest d’une colline qui sépare l’étang de Diane au nord de l’embouchure du Tavignano. Le travail de terrain a été réalisé en collaboration avec M. Piskorz (Inrap Méditerranée). Quatre tranchées ont été ouvertes totalisant 7 % de la surface réellement exploitable (fig. 1).

Fig. 1 – Plan général du diagnostic

Fig. 1 – Plan général du diagnostic

DAO : M. Piskorz (Inrap).

2Trente-sept structures ont été observées. Elles sont réparties dans la partie médiane de trois tranchées situées dans la pente.

3Dans la partie centrale du terrain, sur les 10 premiers centimètres après enlèvement du labour, l’encaissant des structures, légèrement organique, contient du mobilier remanié. Il semble très probable que ces niveaux proviennent d’une occupation néolithique ou protohistorique (céramique modelée), ou un peu plus tardive, située sur l’éminence qui domine le chantier et qui semble, d’après une rapide prospection au sol, totalement lessivée. Une autre explication pourrait être l’existence de terrasses et d’une mise en culture ancienne mais non datée précisément de la parcelle qui aurait subi un arasement. Un témoignage de cette présence est constitué par des empierrements linéaires de galets pouvant correspondre à des drains situés derrière les murs des terrasses. Dans la tranchée 1, des galets disposés sur un axe nord-est – sud-ouest pourraient avoir rempli cet office (FO1013, FO1036) (fig. 2). À proximité et quasiment au niveau des labours, de gros blocs épars pourraient marquer l’existence de murs anciens démantelés. Les deux hypothèses ne sont bien sûr pas incompatibles et la mise en terrasse peut être tardive.

Fig. 2 – Vue de l’empierrement FO1013

Fig. 2 – Vue de l’empierrement FO1013

Cliché : M. Inizan, G. Escallon (Inrap).

4Plusieurs fosses ont livré en surface ou en fouille du mobilier ancien et principalement de la céramique modelée. Elles apparaissent pour la plupart circulaires en surface mais leurs profils en profondeur sont souvent peu nets.

5La fosse FS1001 montre un profil à parois verticales ou légèrement rentrantes ; la fosse FS1004 possède des parois verticales. Les fosses allongées peuvent se développer sur plusieurs mètres comme la prolongation de la fosse FS1006 vers le sud (FS1008). Les bords de la fosse (fossé) sont très peu nets et seule une partie centrale nettement plus organique se dessine. Le fossé FO1009 possède des contours plus réguliers. Son profil est en U évasé et le comblement inclut quelques éléments céramiques (modelés) et des éclats de pierre. Une fosse très proche de ce dernier élément a livré un fragment d’amphore étrusque. Il était associé au sein de la structure à plusieurs fragments de céramique modelée.

6Le lot de céramique ancienne compte une cinquantaine de fragments de poterie modelée et un agglomérat argileux (cuit accidentellement) contenant de nombreux tessons de petite taille. Ce dernier objet est vraisemblablement une réserve de terre à bâtir. La partie supérieure d’une jarre ovoïde à col évasé non articulé munie d’un cordon lisse de section trapézoïdale (fig. 3), de l’US 1037, associée à un fragment d’amphore étrusque, peut être datée du début ou du milieu du second âge du Fer.

Fig. 3 – Mobilier céramique de la fosse FS1037

Fig. 3 – Mobilier céramique de la fosse FS1037

Cliché et DAO : K. Peche-Quilichini (Inrap).

7Dans la partie sud de la tranchée 3, une structure circulaire aux contours relativement imprécis a été remarquée. Elle contient, outre des éléments caractéristiques de l’époque romaine (fragments de tegulae), des éléments vitrifiés appartenant à un four et probablement à son architecture. Cette information fait écho aux découvertes anciennes faites sous le chemin qui mène au sud à la parcelle (fours à chaux ?).

8Ce diagnostic a fourni un ensemble de structures archéologiques qui n’étaient pas attendues au regard des premières informations collectées au sol. Une occupation néolithique ou protohistorique semble se dessiner dans la partie centrale de la parcelle. La Protohistoire est en tout cas attestée par le fragment d’amphore étrusque et un élément de céramique modelée qui ne peut appartenir qu’à cette période. Dans la partie basse, l’époque romaine est représentée par un probable four démantelé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général du diagnostic
Crédits DAO : M. Piskorz (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53847/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Fig. 2 – Vue de l’empierrement FO1013
Crédits Cliché : M. Inizan, G. Escallon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53847/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 3 – Mobilier céramique de la fosse FS1037
Crédits Cliché et DAO : K. Peche-Quilichini (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53847/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Escallon, « Aléria – Cabanaccia » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 06 février 2021, consulté le 18 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/53847

Haut de page

Auteur

Gilles Escallon

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gilles Escallon

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search