Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20192B – Haute-CorseAléria – Lamajone

2019
2B – Haute-Corse

Aléria – Lamajone

Opération de sauvegarde par l’étude (2019)
Responsable d’opération : Laurent Vidal
Notice rédigée avec Catherine Rigeade, Marina Biron, Philippe Écard, Isàbel Figueiral, Vianney Forest, Josselyne Guerre, Roland Haurillon, Alexia Lattard, Yves Manniez, Coralie Meirone, Federica Sacchetti, Stéphanie Raux, Maxime Seguin, Olivier Sivan et Florian Soula

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La fouille archéologique préventive de Lamajone concerne l’emprise d’un projet de construction immobilière individuelle située au lieu-dit du même nom sur la commune d’Aléria (Haute-Corse). Située à 300 m de la ville antique, l’opération archéologique réalisée sur la prescription des services de l’État (Drac de Corse) a été motivée par le risque de destruction encouru par des structures archéologiques remarquables. En effet, le diagnostic archéologique de 2017 avait montré l’existence d’une nécropole d’époque romaine se développant entre deux éléments du réseau des voies desservant la cité. Dans le secteur d’implantation de la future maison et des aménagements du terrain en pente, sur le côté occidental d’un petit talweg et à son extrémité nord près de la limite parcellaire, le diagnostic avait montré l’existence de tombes d’époque romaine en coffrage de briques conservant leur couverture, bien que d’autres situées à quelques mètres dans le creux étaient endommagées par le labour profond.

2L’assiette topographique de l’opération, d’une emprise de 10 000 m2, concerne une partie du flanc assez pentue d’un large vallon descendant vers l’est, comprenant un petit talweg de direction nord-sud.

3Au premier arrêté de prescription de la Drac de Corse fixant le cahier des charges scientifiques a été ajoutée une prescription complémentaire pour découverte d’importance exceptionnelle à la suite de la mise au jour inattendue d’une tombe d’époque étrusque. L’étude de cette dernière a fait l’objet d’une attention particulière de l’autorité de contrôle scientifique, adossée à un cahier des charges complémentaire innovant. Ainsi, en dehors de la présence constante classique d’une anthropologue-archéologue sur le terrain, celle d’une conservatrice-restauratrice et d’une experte étruscologue a été requise. À l’enregistrement archéologique habituel ont été ajoutés un archivage audiovisuel journalier et une mission audiovisuelle ponctuelle documentaire. Pour la phase des études après le terrain, le volant des analyses organiques a été prévu de façon à pouvoir systématiser, par exemple, une recherche sur les contenus des vases déposés dans la tombe.

4La fouille d’une durée de près de neuf mois a permis d’étudier de manière détaillée la bordure orientale du vaste espace funéraire révélé par le diagnostic. L’état de conservation des sujets inhumés est remarquable pour la Corse. En effet, la géologie de cette dernière étant marquée par la domination des roches granitiques ou schisteuses, l’acidité des sols ne permet pas souvent une préservation des ossements.

5Lors de la fouille, le long de la limite cadastrale orientée est-ouest, le décapage a mis en évidence une bande de terrain irrégulière d’une vingtaine de mètres de largeur au maximum dans laquelle les structures archéologiques ont été particulièrement préservées des travaux agricoles destructeurs des années 1970-1980 pour la mise en culture viticole. Un chemin creux antique de direction est-ouest, d’au moins 4 m de large, en occupe la plus grande partie. Le croisement topographique de ce dernier, avec l’amorce du petit talweg, paraît avoir favorisé une accumulation de sédiments sur une épaisseur d’environ 2 m et sur une aire d’au moins 160 m2. Un peu plus d’une centaine de structures funéraires, sur les 143 fouillées, se superposent et se concentrent dans cet espace.

6Pour les périodes très anciennes, à cet emplacement, le comblement d’un étroit fossé sinueux dégagé sur quelques mètres de longueur livre quelques tessons de céramique modelée et un fragment de meule rattachables à une occupation d’époque néolithique. Il faut relier à cette dernière les quelques éclats et fragments d’outils en obsidienne recueillis lors de la fouille des sépultures ou bien lors du tamisage des sédiments issus de ces dernières.

7La sépulture la plus ancienne est une tombe à chambre souterraine datée en première analyse de le seconde moitié du ive s. av. J.‑C. Creusée dans le terrain sableux jusqu’à un niveau de conglomérat de galets, une volée d’escalier débouche sur un couloir, d’environ 7 m de long sur 1,30 m de large, menant à une chambre de 1,6 m2. L’accès à cette dernière a été fermé après les funérailles par un mur de terre. Le sujet inhumé sur le sol, soigneusement aplani, est un individu de sexe féminin reposant sur le dos (fig. 1). La présence d’une fibule retrouvée in situ sur le rachis thoracique suggère que le corps de la défunte était enveloppé.

Fig. 1 – La défunte et une partie de son mobilier d’accompagnement

Fig. 1 – La défunte et une partie de son mobilier d’accompagnement

Cliché : R. Haurillon (Inrap).

8En outre, cette dernière, portant des bagues et parée de boucles d’oreille en filigrane, était entourée par un abondant mobilier réparti autour d’elle ; il s’agit principalement de récipients en céramique (une quarantaine). Il faut souligner la présence de quatre cruches décorées, productions peintes d’Étrurie, disposées le long de la jambe droite. Deux alabastres en terre cuite reposent sur les pieds du sujet : une tomodensitométrie a révélé l’existence dans l’une d’elles d’une tige en fer qui pourrait être une sorte d’applicateur. À gauche de ces derniers, un amas comprenant de petits récipients en verre et de petits vases à vernis noir est bordé par deux miroirs à soie en bronze et à manche en matière dure animale. Enfin, des coupes de plusieurs formes et de plusieurs tailles, dont certaines contiennent des ossements d’animaux, sont alignées le long du côté gauche de la défunte. Le nettoyage, la remise en état du mobilier pour étude et les analyses des traces des produits contenus dans les vases devraient apporter prochainement de nouvelles données, en particulier en ce qui concerne la restitution de la partie périssable de ces dépôts funéraires. Cette tombe exceptionnelle par son état de conservation et les moyens mis en œuvre pour l’étudier trouve des parallèles parmi certaines des 180 tombes fouillées entre 1960 et 1983 par J. et L. Jehasse dans la nécropole de Casabianda située à 700 m de là.

9Après la tombe d’époque étrusque, une petite série de sépultures d’une ampleur moins importante, creusée moins profondément, se met en place autour d’elle sans que des liens évidents entre elles soient explicités. Il s’agit toujours d’une inhumation primaire individuelle, installée dans une cellule à la taille du sujet, creusée sur le flanc d’un puits ou au fond d’un couloir court. Une grande partie des sujets retrouvés au sein de ces « niches funéraires » sont immatures. Ils sont pourvus d’un important mobilier d’accompagnement, comprenant notamment des fibules en bronze de « type corse » à spatule et des récipients en céramique à vernis noir. Le loculus est fermé par des tegulae mises de chant sur le petit ou le grand côté (fig. 2). L’étude du mobilier est en cours, mais une première approche permet de le dater d’un intervalle allant de la fin du iiie au ier s. av. J.‑C.

Fig. 2 – Un loculus fermé par des tegulae

Fig. 2 – Un loculus fermé par des tegulae

Cliché : R. Haurillon (Inrap).

10Par la suite, le début de la nécropole impériale est marqué par une coexistence possible entre deux modes de traitement du défunt. Il y aurait d’une part des crémations en bûcher rectangulaire avec ou sans dépôt secondaire, et d’autre part, des inhumations individuelles en coffrage cloué installées dans une fosse profonde. Les fondations de trois enclos quadrangulaires maçonnés peuvent être mises en relation, pour l’une d’entre elles, avec une crémation avec installation d’un dépôt secondaire dans un réceptacle construit ; les autres enclos sont à associer à des inhumations en coffrage cloué. Les dépôts sont à peu près comparables : il s’agit de quelques unguentaria en verre et d’une lampe en terre cuite. L’installation d’autres sépultures à inhumation se poursuit au cours du Haut-Empire en respectant en général les enclos et l’organisation spatiale qu’ils induisent. Ces nouvelles tombes sont le plus souvent des tombes en fosse. Elles sont couvertes par une bâtière de tuiles dont le faîtage croisé est souvent réalisé en encochant le petit côté des tegulae pour faciliter le maintien entre elles (fig. 3). Le mobilier déposé est peu abondant (surtout des récipients en verre), mais il comprend souvent une monnaie et des objets de toilette ou de parure des défunts. À la fin du Haut-Empire, les nouvelles tombes sont construites en coffrage rectangulaire (seuls deux exemplaires possèdent une logette céphalique) de terre cuite architecturale. Il s’agit presque toujours des carreaux de pilette d’hypocauste – bessales – coupés en deux. Cependant, des rebords de tegulae ou des briques de colonne peuvent être aussi présents. Le fond peut être dallé à l’aide de tegulae dont les bords ont été abattus et comprend presque toujours un dispositif relevant la tête du défunt. Le liant peut être un mortier de chaux parfois assez maigre ou bien une argile grise. La couverture plate utilise des tegulae et des bessales parfois disposées en plusieurs couches. Le mobilier déposé comprend souvent une monnaie, ainsi que quelques contenants en verre et des objets de toilette ou de parure.

Fig. 3 – Une bâtière au faîtage croisé

Fig. 3 – Une bâtière au faîtage croisé

Cliché : R. Haurillon (Inrap).

11La fouille préventive de Lamajone offre ainsi, avec la mise au jour de 143 structures funéraires, un aperçu sur les pratiques funéraires à Aléria pour une période allant du ive s. av. J.‑C. au iiie s. apr. J.‑C. La conservation des ossements des défunts crée l’opportunité, si rare en Corse, de croiser les observations biologiques avec les données archéologiques. Les études encore en cours donneront une dimension plus approfondie de la caractérisation des modes de sépulture et des coutumes funéraires des habitants de cette partie de la plaine orientale de l’île.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La défunte et une partie de son mobilier d’accompagnement
Crédits Cliché : R. Haurillon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53857/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 2 – Un loculus fermé par des tegulae
Crédits Cliché : R. Haurillon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53857/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Une bâtière au faîtage croisé
Crédits Cliché : R. Haurillon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53857/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Vidal, Catherine Rigeade, Marina Biron, Philippe Écard, Isàbel Figueiral, Vianney Forest, Josselyne Guerre, Roland Haurillon, Alexia Lattard, Yves Manniez, Coralie Meirone, Federica Sacchetti, Stéphanie Raux, Maxime Seguin, Olivier Sivan et Florian Soula, « Aléria – Lamajone » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 06 février 2021, consulté le 04 octobre 2023. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/53857

Haut de page

Auteurs

Laurent Vidal

Inrap

Articles du même auteur

  • Aléria – Lamajone [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2017-2018)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Opération préventive de diagnostic (2017)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Aléria – Casabianda [Texte intégral]
    Opération avant travaux Monument Historique (2017)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Aléria – Teppe Rosse [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2017)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Furiani – San Pancraziu [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2017)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Bastia – Labretto [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2016)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Tous les textes...

Catherine Rigeade

Inrap

Articles du même auteur

Marina Biron

Inrap

Philippe Écard

Inrap

Articles du même auteur

Isàbel Figueiral

Inrap

Articles du même auteur

Vianney Forest

Inrap

Articles du même auteur

Josselyne Guerre

Inrap

Articles du même auteur

Roland Haurillon

Inrap

Articles du même auteur

Alexia Lattard

Inrap

Yves Manniez

Inrap

Articles du même auteur

Coralie Meirone

Federica Sacchetti

Drac PACA (service régional de l’archéologie)

Stéphanie Raux

Inrap

Articles du même auteur

Maxime Seguin

Drac Corse (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Olivier Sivan

Inrap

Articles du même auteur

Florian Soula

CNRS, Lampea (UMR 7269)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laurent Vidal

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

  • Aléria – Lamajone [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2017-2018)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Opération préventive de diagnostic (2017)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Aléria – Casabianda [Texte intégral]
    Opération avant travaux Monument Historique (2017)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Aléria – Teppe Rosse [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2017)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Furiani – San Pancraziu [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2017)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Bastia – Labretto [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2016)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search