Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20192B – Haute-CorseBelgodère – Erbaghjolu (parcelle ...

2019
2B – Haute-Corse

Belgodère – Erbaghjolu (parcelle A1296)

Opération préventive de diagnostic (2019)
Responsable d’opération : Jean-Jacques Grizeaud
Notice rédigée avec Christophe Ranché, Pascal Tramoni et Josselyne Guerre

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La réalisation de ce diagnostic archéologique a été conditionnée par un projet immobilier prévoyant la construction de deux maisons individuelles sur un terrain sensible archéologiquement figurant dans l’inventaire de la carte archéologique de la Gaule (CAG-2B-034) et couvrant une superficie de 2 178 m2. Le site est localisé dans l’environnement d’une zone résidentielle qui s’est développée ces dernières années au lieu-dit Erbaghjolu, ou figurent plusieurs entités archéologiques inscrites dans l’inventaire de la carte archéologique. Le plan terrier du xviiie s. ne révèle aucune occupation humaine sur les lieux et se présente comme un territoire dévolu au labour. Deux zones prospectées sur et dans l’environnement immédiat du site d’Erbaghjolu présentent un faciès protohistorique ou antique. Des diagnostics réalisés dans cet environnement entre 2008 et 2016 ont permis de préciser le contexte archéologique (Tramoni, Ferreira 2008 ; Vidal 2016). Au total, huit tranchées ont été réalisées à la pelle mécanique sur l’ensemble du terrain, totalisant une surface d’ouverture de 306 m2 représentant 14 % de l’emprise totale explorée (fig. 1).

Fig. 1 – Plan des tranchées et des structures

Fig. 1 – Plan des tranchées et des structures

DAO: A. Bolo, J.-J. Grizeaud (Inrap).

2Deux phases d’occupations archéologiques ont été clairement mises en évidence dans l’emprise de la parcelle. La première se caractérise principalement par un horizon sédimentaire couvrant une vaste surface estimée à au moins 600 m2 et localisée dans le quart nord-ouest de la parcelle, et dans lequel s’inscrivent des aménagements (fosses-cloisonnements) qui recèlent une importante quantité de mobilier en terre cuite. Une fosse a également été partiellement documentée (fig. 2). Les deux datations obtenues montrent que la temporalité de cet ensemble s’inscrit entre 2600 et 2300 av. J.‑C. Ces occupations du Néolithique final, rapportées à la dernière phase du Terrinien, s’insèrent dans la sphère domestique, dans un contexte d’habitat qui semble être permanent. De même, cet établissement pourrait se développer bien au-delà de l’emprise au nord et à l’ouest de la parcelle diagnostiquée. Le gisement néolithique d’Erbaghjolu présente un type d’occupation particulier et inédit, qui n’est peut-être pas éloigné de la métallurgie du cuivre. Les résultats du diagnostic viennent également combler une lacune dans la documentation concernant le contenu des assemblages du mobilier qui annoncent le début de l’âge du Bronze et les processus de mutation qui s’y rattachent, vraisemblablement spécifiques à la Corse au regard du cadre géographique de référence (Sardaigne, façade tyrrhénienne italienne, Midi méditerranéen français). La seconde occupation est caractérisée par l’implantation de plusieurs structures bâties et de niveaux de sol datant de l’Antiquité, qui ont été révélés essentiellement dans la partie occidentale de la parcelle. Deux ensembles construits ont été distingués et pourraient chacun correspondre à un bâtiment de proportions conséquentes. Ces deux « îlots » couvrant chacun au moins 100 m2 s’intègrent dans une trame parcellaire privilégiant des axes nord-ouest – sud-est (fig. 3).

Fig. 2 – Fosse 1011 (Néolithique final)

Fig. 2 – Fosse 1011 (Néolithique final)

Clichés et DAO : C. Ranché, J.-J. Grizeaud (Inrap).

Fig. 3 – Bâtiment A antique, murs 1014-1015

Fig. 3 – Bâtiment A antique, murs 1014-1015

Cliché : J.-J. Grizeaud (Inrap).

3L’extension de ces constructions en dehors de l’emprise archéologique est fortement pressentie au nord comme au sud, mais également vers l’ouest. L’évocation d’un établissement romain de type « villa » implanté sur le plateau est avancée. La résidence pourrait être associée à des traces de plantations de « vignes » (?) qui avaient été mises en évidence sur la parcelle voisine à l’est. L’analyse du mobilier archéologique, constitué principalement de céramiques d’importation (Italie, Afrique du Nord, sud de la Gaule), révèle une occupation qui pourrait s’étaler sur au moins trois siècles, entre la fin du ier s. av. J.‑C., sous la République romaine, et le début du ive s. apr. J.‑C.

4Le potentiel archéologique sur la parcelle est donc bien attesté. Les vestiges, quoique partiellement arasés par endroits, apparaissent relativement bien conservés et émergent parfois même du sol actuel qui est recouvert par une faible épaisseur de terre végétale (20 cm). Le mobilier archéologique trouvé en quantité et en position primaire ne présente pas d’usure, même si celui-ci est marqué majoritairement, dans le cadre de nos investigations préliminaires, par une fragmentation issue de contextes d’occupations domestiques, de rejets, d’abandon et/ou d’épandages post-destruction.

Haut de page

Bibliographie

Tramoni P., Vidal L. 2008 : Erbajola, Belgodère, Haute-Corse, rapport de diagnostic, Inrap, 29 p.

Vidal L. 2016 : Erbajolo, parcelle 1168, Corse, Haute-Corse (2B), Belgodère, rapport de diagnostic, Inrap, 96 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des tranchées et des structures
Crédits DAO: A. Bolo, J.-J. Grizeaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53907/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Titre Fig. 2 – Fosse 1011 (Néolithique final)
Crédits Clichés et DAO : C. Ranché, J.-J. Grizeaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53907/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Titre Fig. 3 – Bâtiment A antique, murs 1014-1015
Crédits Cliché : J.-J. Grizeaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53907/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Grizeaud, Christophe Ranché, Pascal Tramoni et Josselyne Guerre, « Belgodère – Erbaghjolu (parcelle A1296) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 06 février 2021, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/53907

Haut de page

Auteurs

Jean-Jacques Grizeaud

Inrap

Articles du même auteur

Christophe Ranché

Inrap

Articles du même auteur

Pascal Tramoni

Inrap

Articles du même auteur

Josselyne Guerre

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Jacques Grizeaud

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search