Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20192B – Haute-CorseCalvi – La bergerie, route de San...

2019
2B – Haute-Corse

Calvi – La bergerie, route de Santore

Opération préventive de diagnostic (2019)
Responsable d’opération : Serge Bonnaud

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Dans une petite propriété de 1 500 m2, un projet d’extension d’une habitation complété par des aménagements périphériques a motivé une prescription archéologique en raison de la découverte d’un épandage de céramique de l’Antiquité tardive en 1997 et de la maison qui présente un caractère d’habitat fortifié. Les murs suspects de la parcelle B199 ont été pris en compte, en raison du nom de lieu évocateur de « bergerie ».

2Le substrat granitique semblait être autrefois apparent dans toute la partie haute du terrain (parcelle B199) alors que des colluvions se sont accumulées en partie basse (parcelle 873) sur près de 1,45 m d’épaisseur. Elles sont présentes depuis au moins le Bas-Empire et semblent renfermer un ancien chenal qui demeure toujours actif en sous-sol.

3Le chemin de Cipio, qui passait à côté de la fontaine de Santore, devait avoir déjà une certaine importance à l’époque génoise. Sur le versant qui domine le golfe de Calvi, il se dédouble en formant un petit territoire qui a pour point central le couvent des Capucins, avec la maison forte et la fontaine de Santore à son extrémité.

4Lors du diagnostic archéologique, un certain nombre de structures à fond plat sont apparues, notamment dans la partie basse du terrain (parcelle 873). Elles sont généralement dépourvues de mobilier et sont assimilées à des tranchées de fondation ou à des fossés. Parmi elles, une sépulture à enchytrismos du ive-vie s. apr. J.‑C. a été identifiée sans son hôte en raison de l’acidité du terrain et côtoie quelques formes qui peuvent correspondre à des tombes en pleine terre. Cette découverte présente un intérêt particulier en raison de la proximité immédiate de cet ancien chemin qui remonterait à l’Antiquité tardive. Dans la parcelle B199, l’existence de deux murs de près de 3 m de hauteur et d’une grande porte bouchée dans l’un d’entre eux permet d’envisager la présence d’une bergerie. Avec d’autres murs, ils reprennent les contours d’une ancienne parcelle sur le cadastre napoléonien de 1850, qui n’apparaît pas comme surface bâtie si le bâtiment est déjà ruiné.

5Avant notre intervention, de nombreuses transformations avaient déjà eu lieu dans la maison forte. Par chance, un jeu de photographies réalisé par l’aménageur a permis de récupérer des données importantes et de restituer l’état existant. La maison forte a l’aspect d’une tour plus ou moins carrée d’environ 10,50 m de hauteur et 45 m2 de surface par niveau, avec les deux consoles d’une bretèche qui subsistent en haut de la façade avant. Elle est implantée sur les restes d’une construction plus ancienne et possède une voûte sommitale qui est caractéristique de l’époque génoise. À l’origine, elle semblait disposer d’une cave et d’un logis peu confortable au-dessus, qui étaient séparés par un plancher en bois. Elle disposait probablement d’un accès extérieur au premier étage (qui n’a pas été repéré) et avait peut-être une vocation initialement différente. Le remplacement du plancher par une voûte au rez-de-chaussée aurait permis d’assurer de meilleures conditions de vie au premier étage, en créant un plancher en bois à la base de la voûte pour réduire la hauteur de la partie habitable et en cloisonnant pour mieux contrôler la chaleur. La mise en place d’un escalier intérieur au travers de la voûte aurait causé un changement d’orientation des poutres de ce plancher afin de créer un accès direct à la terrasse. Il a probablement permis la réforme de l’ancien accès extérieur et a rendu possible l’habitabilité du rez-de-chaussée dans sa phase ultime. En l’absence de mobilier archéologique, qui est bien souvent fréquent dans les études de bâti, une analyse dendrochronologique a été réalisée et s’est révélée négative. Cependant, la trace d’un coussiège contre une fenêtre et la présence de cette voûte d’époque génoise au sommet de l’édifice permettent d’envisager que cette construction date au moins du xviie s.

Fig. 1 – Élévations intérieures, sud-ouest et sud-est

Fig. 1 – Élévations intérieures, sud-ouest et sud-est

DAO : S. Bonnaud (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Élévations intérieures, sud-ouest et sud-est
Crédits DAO : S. Bonnaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/53947/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Bonnaud, « Calvi – La bergerie, route de Santore » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 06 février 2021, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/53947

Haut de page

Auteur

Serge Bonnaud

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Serge Bonnaud

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search