Navigation – Plan du site
2006

Acquigny – Le Château

Responsable(s) des opérations : Dominique Pitte
Notice rédigée par : Dominique Pitte

Entrées d’index

Chronologique :

Temps Modernes

Nature des opérations :

Découverte fortuite (DF)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 5439

Date de l'opération : 2006 (DF)
Inventeur(s) : Pitte Dominique (SDA)

1Les travaux entrepris en février 2006 à l’intérieur des communs du château d’Acquigny ont revélé des maçonneries enfouies dans le sol qui ont été identifiées à l’issue d’une intervention archéologique. Édifié au XVIIIe s. au nord-ouest du château, le bâtiment abritant les communs a connu de nombreux remaniements et changements d’affectation.

2La partie centrale de l’édifice est aujourd’hui occupée par une salle sous comble ouvert, longue intérieurement de 15 m et large de 6 m. Cet espace s’ouvre à l’est par deux grandes portes et une fenêtre (auxquelles s’ajoute l’oculus d’une lucarne), à l’ouest par une fenêtre et deux fentes de ventilation ; aucun de ces percements n’appartient à l’édifice d’origine. Les ouvertures orientales ont remplacé un fenestrage dont la trace se lit encore sur la face interne du mur ; à l’opposé, une porte large de 1,77 m, aujourd’hui bouchée, mettait initialement la salle en relation avec l’ouest.

3Aucune structure n’a été mise au jour dans le tiers sud de la salle ; un cercle de pierre en occupe la partie centrale. Dans le tiers nord, des blocs de calcaire alignés ont été dénudés par les travaux. Les vestiges dégagés au centre correspondent à un soubassement circulaire maçonné, large de 0,60 m ; le diamètre extérieur du cercle est de 4,90 m. Ce soubassement est composé d’un blocage contenu par deux parements constitués, pour l’extérieur par des pierres de moyen appareil et à l’intérieur par des blocs plus petits. Ce soubassement est conservé sur une hauteur d’assise ; il est apparu à très faible profondeur.

4Il s’agit de toute évidence de la base d’un tour à piler les pommes. Les blocs de calcaire mis au jour immédiatement au nord ont certainement supporté la structure d’un pressoir. Les axes verticaux du tour et du pressoir s’ancraient dans des sommiers aujourd’hui disparus, qui portaient vraisemblablement le plancher d’un niveau sous comble. Le tour et le pressoir se réfèrent à une fonction ancienne de la salle : la base du tour a en effet été légèrement entamée lors du percement d’une des grandes baies ouvrant aujourd’hui à l’est. Lors de l’abandon du pressoir, l’aire du tour a été comblée avec des blocs de silex et de calcaire qui ont servi de radier pour le sol de la nouvelle pièce créée.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Dominique Pitte, « Acquigny – Le Château », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/5411

Haut de page

Responsable d'opération

Dominique Pitte

SDA

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals