Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201442 – LoireMably – Zac de Bonvert (tranche 1)

2014
42 – Loire

Mably – Zac de Bonvert (tranche 1)

Fouille préventive (2014)
Responsable d’opération : Hervé Delhoofs
Notice rédigée avec Guillaume Maza et Jean-Baptiste Sinquin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Éveha

Texte intégral

1La première phase de terrain de cette fouille archéologique s’est déroulée sur quatre mois entre février et juin 2014, sur une surface de 10 500 m2. Le lieu-dit Bonvert, située en périphérie reculée de l’agglomération de Roanne/Rodumna, est circonscrit dans un secteur qui a depuis longtemps montré de nombreux indices d’occupation d’époque protohistorique et gallo-romaine. Dans l’attente des résultats des études en cours, le site de la Zac de Bonvert constitue d’ores et déjà un témoignage unique de l’occupation rurale gauloise et gallo-romaine sur le territoire ségusiave.

Une ferme gauloise retranchée à l’intérieur d’un enclos fossoyé

2L’établissement rural de Bonvert à Mably semble fondé à la fin du iie s. av. J.-C. À cette période de fondation se mettent en place un enclos d’habitat, des fossés parcellaires et quelques fosses, reconnus sur la totalité de l’emprise de fouille. La partie centrale est occupée par un enclos d’habitat, dont le plan exceptionnellement complet, délimite un espace trapézoïdal d’une superficie proche de 4 000 m2. L’enceinte quadrangulaire de la cour de ferme est matérialisée par un puissant fossé à fond plat, reconnue sur les quatre côtés. L’ouvrage est conservé sur une largeur de 2,50 à 3,50 m maximum, pour une profondeur comprise entre 0,80 et 1,20 m. Il semble par ailleurs être doublé d’une levée de terre sur la branche est de l’enclos, sur le tronçon comportant l’entrée. Cette dernière est matérialisée par une interruption du fossé reconnue sur une longueur de 8 m, ainsi que par l’aménagement d’un porche sur quatre ou six poteaux, imbriqué à l’architecture de l’enclos.

3La cour correspond à la zone dévolue aux activités domestiques et concentre plusieurs édifices situés dans l’emprise de l’enceinte. Tous les bâtiments de cette période sont érigés en matériaux périssables (terre et bois) sur une structure de bois fixée et calée jusque dans le sol géologique. L’occupation prend également place à l’extérieur de l’enclos au nord. L’un des édifices se compose de quatre trous de poteau agencés en carré de 2 x 2 m, soit une surface de 4 m2. Un ensemble comparable, légèrement plus grand (3 x 3 m), a également été reconnu en position isolée dans l’angle sud-est de l’emprise de fouille. Ce type de plan est traditionnellement interprété comme celui d’un grenier aérien, dévolu au stockage des céréales ou du fourrage.

Perduration et mutation de l’occupation à l’époque gallo-romaine

4L’occupation perdure au cours du ier s. apr. J.-C. Le paysage rural est caractérisé par l’apparition de nouvelles structures fossoyées et par la partition de l’espace en deux ensembles : au centre le secteur artisanal et, au nord-ouest, le secteur funéraire. Les structures du Haut-Empire ne tiennent plus compte des limites de l’enclos d’habitat de la fin du second âge du Fer, tous les fossés étant vraisemblablement comblés à la période gallo-romaine.

5La répartition des bâtiments structure l’organisation de l’établissement en bordure nord de l’enclos gaulois. Les éléments chronologiques à disposition permettent de dater la construction de ces bâtiments de la première moitié du ier s. La partie centrale de la zone de fouille abrite également une activité à caractère artisanal, vraisemblablement une officine de potier. Les trois fours à céramique sont concentrés dans un espace relativement réduit de 40 m2, dans la partie nord-est de la zone de fouille. L’imbrication de deux d’entre eux laisse supposer une certaine perduration de l’activité potière. Les quantités inhabituelles de céramique peinte plaident étonnamment en faveur d’une production de bols de type « Roanne », comme on en connaît au sein même de l’agglomération de Rodumna.

6Une canalisation en terre cuite construite au moyen de matériaux de couverture (tegulae, imbrex) semble par ailleurs être en relation directe avec un niveau de démolition gallo-romain, visible sous la forme d’un amoncèlement de tuiles romaines grossièrement rectangulaires. La fonction de ce dispositif reste pour l’instant indéterminée, mais pourrait, à titre d’hypothèse de travail, être rattachée à l’activité potière (bacs de décantation d’argile ?).

7L’enclos quadrangulaire au nord-ouest appartient lui aussi au Haut-Empire. Il délimite un espace d’environ 20 m de côté, soit une superficie proche de 400 m2. La fonction de cet aménagement n’est pas entièrement déterminée pour l’instant. Néanmoins, les urnes cinéraires fouillées à l’intérieur et en bordure de l’enclos montrent qu’il s’agit probablement d’un dispositif ayant une fonction funéraire.

8Dans le courant du iiie s. apr. J.-C., l’ensemble des bâtiments et structures du Haut-Empire sont abandonnés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Delhoofs, Guillaume Maza et Jean-Baptiste Sinquin, « Mably – Zac de Bonvert (tranche 1) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/56438

Haut de page

Auteurs

Hervé Delhoofs

Éveha

Articles du même auteur

Guillaume Maza

Éveha

Articles du même auteur

Jean-Baptiste Sinquin

Éveha

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hervé Delhoofs

Éveha

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search