Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201442 – LoireMagneux-Haute-Rive – Les Chalinas...

2014
42 – Loire

Magneux-Haute-Rive – Les Chalinas, Les Littes, extension de carrière (tranche 2)

Opération préventive de diagnostic (2014)
Responsable d’opération : Éric Thévenin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1L’intervention du 10 juin au 7 juillet 2014 se rapporte au projet d’extension d’une carrière de granulats (société CEMEX Granulats Rhône-Méditerranée). Les parcelles concernées (B 25, 26, 27, 36, 37, 38p) couvrent une zone de prairie située au nord-est de la commune pour atteindre une surface de plus de 9 ha. Le diagnostic des Littes et des Chalinas, tranche 2, se trouve au centre d’un important secteur archéologique. Parmi les principaux secteurs fouillés, ou seulement diagnostiqués, depuis 2005 se trouvent :

  • à l’ouest, le diagnostic (Rebiscoul 2006), la fouille de Tournon-Cornecul, lotissement des violettes (Bellon et al., 2007), puis le diagnostic de Cornecul (Thévenin et al. 2013) ;
  • au sud, le diagnostic des Littes et des Chalinas, extension de carrière, tranche 1 (Thévenin et al 2011) ;
  • au nord-est, le diagnostic (Treffort et al. 2005), puis la fouille de 51 500 m2, réalisée en 2008 et 2009, de La Pège, du Châtelard, des Rompets et des Chalinas (Vermeulen et al. 2012).

2Le diagnostic de 2014 a mis en évidence une remarquable séquence chronologique, pratiquement ininterrompue depuis le Néolithique moyen jusqu’à l’Antiquité. L’impact des séquences est toutefois limité (seules deux fosses sont datées et un lot de 919 fragments de céramiques toutes périodes confondues) et ne concerne que des structures isolées (neuf au total) ou de simples indices de fréquentation (mobiliers). Le paysage restera tel quel jusqu’à la fin de La Tène D2 et l’aménagement d’un parcellaire en partie maintenu durant tout le Haut-Empire.

3D’un point de vue environnemental, les nombreux sites pré et protohistoriques reconnus sur Magneux-Haute-Rive et ses environs prennent place dans un système palustre intermittent progressivement mis en place par la rétractation du lit majeur de la Loire et le recul de la plaine d’inondation. Les sols, encore gorgés d’eau durant la période Néolithique, et sans doute encore durant tout l’âge du Bronze, sont peu à peu colonisés, soit de manière ponctuelle (indices de fréquentation), soit de manière plus durable (occupation temporaire, saisonnière ou pérenne). Une économie dite de subsistance prend forme dès l’Épipaléolithique et le Mésolithique, avant de rapidement prospérer et de s’enraciner durablement durant le Néolithique moyen, le Bronze ancien et le Bronze moyen, avant d’atteindre une surface totale d’environ 3 km2 en rive gauche à moins de deux km du lit actuel de la Loire. Les hauts fonds et le paysage alluvial si particulier en basse plaine (aulnaie marécageuses) ont incontestablement favorisé la recherche et l’exploitation in situ de matériaux très divers comme le granite, le basalte, les rognons de quartz ou le bois, sans oublier la cueillette, la chasse ou l’agriculture, dont les premiers pollens de céréales datent, en contexte similaire, du Néolithique final. Les périodes suivantes continueront d’être des marqueurs chronologiques tout aussi importants, avec des aménagements très significatifs au ve s. av. J.‑C. (habitat, puits, importations massaliotes) et à la période gauloise (enclos, fossés, domaine rural). C’est durant cette période, à la charnière de La Tène C et de La Tène D (au cours du iie s. av. J.‑C.), qu’apparaît, en territoire ségusiave, la notion de territoire, notion fortement consolidée par la suite, de La Tène D1/D2 (150 / 30 av. J.‑C. à la période augustéenne (cadastration, propriété foncière, occupation rurale).

4Si les résultats de 2014 ne laissent entrevoir aucune extension vers le sud de l’une ou de l’autre des nombreuses occupations reconnues sur le grand site mitoyen de Chambéon et de Magneux-Haute-Rive (Vermeulen et al., 2012), ces derniers permettent d’une certaine manière d’en préciser les contours, d’en limiter ou d’en accroître les zones d’influences.

5Les traces matérielles et immobilières sont multiples et caractérisent six séquences chronologiques distinctes :

  • des indices matériels d’une occupation/fréquentation néolithique (un fragment lithique, une meule en granite, deux molettes en granite et grès, une meule/mortier (?) en granite, 23 fragments de céramique) ;
  • des indices matériels d’une occupation/fréquentation du Néolithique moyen (18 fragments lithiques, dont onze éléments de débitage (dont deux flancs de nucléus) associés à huit outils (dont trois grattoirs, une lame à retouches, une pièce esquillée sur éclat et un burin d’angle sur éclat) ;
  • des indices matériels d’une occupation/fréquentation du Néolithique final (un outil dont un burin d’axe sur flanc de cristal) une lame de hache polie en probable jadéite et un galet encoché en gneiss, interprété comme un poids de filet ;
  • des indices matériels d’une occupation/fréquentation du Bronze moyen (180 fragments de céramique) ;
  • des indices matériels et immobiliers d’une occupation du Bronze moyen/Bronze final 1 (224 fragments de céramiques, une molette en grès, des restes de bovidés et de caprins provenant de deux fosses issues d’un même sondage) ;
  • des indices matériels et immobiliers d’une occupation/fréquentation protohistorique (un foyer, six empreintes de poteau dont cinq avec éléments de calage, 124 fragments de céramique) ;
  • des indices matériels d’une occupation/fréquentation du Hallstatt (39 fragments de céramique) ;
  • des indices matériels d’une occupation/fréquentation laténienne (21 fragments de céramique) ;
  • des indices matériels et immobiliers de la période gallo-romaine (trois fossés parcellaires reprenant une cadastration initiée à la fin de La Tène D2, 175 fragments de céramique). L’orientation des fossés est ici conforme à la trame urbaine en vigueur à Feurs dès la période augustéenne, voire à une phase légèrement antérieure (soit un nord incliné de 13° vers l’ouest).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Thévenin, « Magneux-Haute-Rive – Les Chalinas, Les Littes, extension de carrière (tranche 2) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/56446

Haut de page

Auteur

Éric Thévenin

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Thévenin

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search