Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201473 – SavoieConjux – Station littorale de Con...

2014
73 – Savoie

Conjux – Station littorale de Conjux I

Fouille programmée (2014)
Responsable d’opération : Yves Billaud

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Située dans la vaste baie formant la terminaison nord de la rive occidentale du lac du Bourget, la station de Conjux 1 est actuellement recouverte par 4 m d’eau. Repérée au milieu du xixe s. et alors soumise à quelques « pêches aux antiquités lacustres », elle a fait l’objet, dans les années 1950 à 1970, d’observations par des précurseurs de l’archéologie subaquatique. En 1999, les prospections menées en vue de l’établissement de la carte archéologique des lacs alpins (responsable : A. Marguet) ont montré ses grandes dimensions, avec plus de 180 m de long pour près de 50 m transversalement.

2Les travaux en cours s’inscrivent dans la continuité des études que nous menons sur les habitats littoraux du Bronze final du lac du Bourget. Une première campagne de carottage en 2004 a montré que seulement 2 000 m2 de niveaux anthropiques peu épais sont conservés, et que la densité de pieux est faible avec des alignements nets. Ces caractéristiques ont motivé la reprise des travaux en 2011 dans l’objectif de recueillir des éléments d’interprétation des formes de l’habitat, données encore rares dans nos lacs alpins. À l’issue de la campagne de 2014, la surface couverte par la topographie des pieux visibles a été portée à 2 165 m2, soit un peu plus du quart de l’emprise totale. Avec près de 1 200 pieux et piquets, la densité globale est très inférieure à celles des autres grandes stations du lac. La répartition est inégale avec deux zones de concentration, l’une au centre de la station et l’autre vers le nord-est.

3La faible densité de pieux sur une partie de la zone couverte permet de proposer une première interprétation des structures avec :

  • neuf grands bâtiments (largeur 4,5 m à 5 m pour une longueur de 8 m à 9,5 m) à trois rangs de poteaux avec une structure centrale de quatre poteaux. Ils forment deux alignements distincts, l’un nord-sud et l’autre est-ouest ;

  • huit (et deux probables) bâtiments à trois rangs de poteaux de petit à grand module (largeur 3,3 à 4,6 m pour des longueurs de 3,7 à 9 m) ;

  • une structure de type grenier, de plan carré, à neuf poteaux.

4De plus, une palissade a pu être suivie sur plus de 40 m. Constituée d’un simple rang de piquets, elle recoupe la zone couverte depuis le sud-est et après une virgation, se dirige vers le nord.

5Les analyses dendrochronologiques sont encore en cours mais les premiers résultats confirment l’existence d’une phase ancienne, autour de -870. Les échantillons correspondants proviennent tous du nord-ouest de la zone topographiée. Constituée de piquets présentant peu de cernes, la palissade est difficile à dater. Elle serait antérieure à -839/-840, date à laquelle la ligne nord-sud de bâtiments à structure centrale vient s’y surimposer.

6Au sud de cet alignement, un bâtiment de plan simple, également construit en -840, fait l’objet de réparation en -813. Cette année est importante dans l’évolution du village avec la construction des bâtiments de l’alignement est-ouest et celle des principaux bâtiments de la petite station satellite du Port 3, située une centaine de mètres plus au nord.

7Afin de rechercher des éléments d’interprétation des structures centrales, un décapage a été mené dans un bâtiment de chacun des alignements. Mais les secteurs concernés se sont avérés très érodés et les données matérielles peu nombreuses. L’hypothèse actuelle d’une structure associée à une zone foyère reste à vérifier.

8Conjux I se distingue des autres stations Bronze final du lac du Bourget par plusieurs spécificités :

  • occupation à l’extrême fin du Bronze final ;

  • très grande emprise pour une durée d’occupation courte ;

  • abondance des objets en bronze et fréquence du matériel de production (tuyères…) ;

  • céramique grossière dominante avec des décors particuliers ;

  • à période chronologique équivalente, absence de décors peints ou poinçonnés ;

  • présence d’amas de galets et blocs avec du mobilier…

9Tout en amenant des données nouvelles sur l’organisation de l’habitat palafittique à la fin de l’âge du Bronze, la station de Conjux 1 amène à s’interroger sur l’organisation du terroir en termes d’exploitation des ressources et de spécialisation fonctionnelle des stations autour du lac.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Billaud, « Conjux – Station littorale de Conjux I » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/56700

Haut de page

Auteur

Yves Billaud

Drassm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Yves Billaud

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search