Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201473 – SavoieSaint-Pierre-de-Curtille – Abbaye...

2014
73 – Savoie

Saint-Pierre-de-Curtille – Abbaye d’Hautecombe

Fouille préventive (2014)
Responsable d’opération : Cécile Randon

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Hadès

Texte intégral

1L’abbaye d’Hautecombe se situe au sud de la commune de Saint-Pierre-de-Curtille, à 25 km au nord de Chambéry. Elle a été établie sur une éminence de la rive occidentale du lac du Bourget, en contrebas du mont de la Charvaz, jouissant ainsi d’une situation privilégiée.

2L’abbaye est formée d’un ensemble de bâtiments des xviiie et xixe s. Elle conserve cependant quelques vestiges médiévaux des xiie et xiiie s., notamment dans l’église et au niveau des combles. Cet ensemble a permis de classer l’abbaye au titre des monuments historiques en 1875, et de protéger ainsi ce patrimoine. L’abbaye d’Hautecombe n’avait jusqu’à présent fait l’objet d’aucune étude archéologique, et les interprétations sur son évolution architecturale restaient hypothétiques.

3La Fondation d’Hautecombe, propriétaire de l’abbaye, a engagé un programme de restauration de la couverture de la partie sud de l’église et de réaménagement du comble du bas-côté sud, en espace de circulation, desservant des boxes de travail situés au-dessus de la bibliothèque. Les travaux envisagés nécessitaient une intervention archéologique préalablement au commencement des travaux intérieurs, afin de sauvegarder les informations indispensables à la compréhension de l’église et des articulations autour de celle-ci.

4L’opération archéologique a eu pour objectif de documenter l’ensemble des élévations de l’église concernées par ces travaux, soit le mur pignon primitif, ainsi que les murs collatéraux et les murs de la nef, au niveau des combles. L’objectif principal était d’établir la chronologie relative de la partie méridionale de l’église, et de déterminer, en fonction des éléments archéologiques mis en évidence, le mode de couvrement. Le second objectif consistait à préciser la chronologie relative de l’édification de la façade primitive de l’église sur son parement intérieur, et, notamment, d’effectuer un constat sur l’état de la façade extérieure par le biais d’un sondage dans l’ancienne salle des archives. Des informations sur les relations existant entre l’église, l’aile des convers et la chapelle d’Estavayer devaient être recueillies au vu des prochains travaux de restauration. L’étude quasi exhaustive des élévations concernées par les travaux de restauration et la prescription ont permis d’apporter des éléments nouveaux, répondant partiellement aux problématiques de départ. Cette première étude archéologique a également permis de remettre en cause un certain nombre d’acquis, et de soulever de nouvelles questions. Diverses phases de construction liées à l’aménagement de plusieurs systèmes de couvrement et de décors peints ont été mises en évidence.

5Concernant l’église primitive, les éléments acquis sur le terrain peuvent prétendre à des caractéristiques attribuables au xiie s. Elle était couverte d’un système charpenté, dont aucun élément n’a été conservé. Cette église est l’objet d’une seconde campagne de construction : elle est couverte d’une voûte en berceau, certainement en bois au cours du xiiie s. Celle-ci est intégrée dans la charpente à chevrons-formant-fermes. Les rares vestiges conservés sur les bas-côtés ne permettent d’affirmer qu’ils étaient également couverts d’une voûte. Toutefois, nous savons qu’il y avait une structure charpentée. Une campagne de décoration dont subsiste le décor de faux-joints et rinceaux est également réalisée.

6Une importante restructuration s’effectue entre le xive s. et le xve s. avec la création de la chapelle des Princes et les transformations du mur pignon : une baie à remplage gothique ainsi qu’une voûte d’arrêté remplacent la voûte en berceau plein cintre, engendrant un rehaussement de l’ensemble des murs de l’église. Des oculi sont ensuite ouverts sur les bas-côtés, ainsi qu’un éventuel système d’arcades dans le mur nord de la nef. Entre la fin du xve s. et le début du xviiie s., de nouveaux aménagements d’ampleur interviennent, notamment avec la construction de la chapelle d’Estavayer. Plusieurs décors peints se succèdent. À partir du xviie s., le déclin de l’abbaye se fait ressentir sur les techniques de restauration et les moyens employés : des travaux d’urgence sont réalisés sur la charpente.

7Il faut attendre la seconde moitié du xviiie s. pour voir entreprendre de vastes travaux de restauration et de construction notamment avec la salle des archives. Mais à la suite de la Révolution, l’abbaye tombe à nouveau en ruine, avant d’être en grande partie reconstruite au xixe s. et subir quelques restaurations au xxe s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Randon, « Saint-Pierre-de-Curtille – Abbaye d’Hautecombe » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/56768

Haut de page

Auteur

Cécile Randon

Hadès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cécile Randon

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search