Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201474 – Haute-SavoieAnnecy – 41 avenue des Romains

2014
74 – Haute-Savoie

Annecy – 41 avenue des Romains

Fouille préventive (2014)
Responsable d’opération : Franck Gabayet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Gabayet F. 2015 : Annecy (Haute-Savoie), 41 avenue des Romains, rapport de fouille, Bron, Inrap, 710 p.

Texte intégral

1L’opération, conduite entre le 15 juillet et le 19 septembre 2014, a été l’occasion d’aborder un secteur encore mal connu, localisé à l’ouest de l’agglomération antique de Boutae. La fouille a permis de dégager plus d’une centaine de tombes alto médiévales, fouillées selon les techniques de l’archéo-anthropologie, mais aussi de nombreuses maçonneries et des niveaux de circulation, qui signalent l’existence d’un quartier amené à se développer entre l’époque augustéenne et le iiie s.

2Plusieurs périodes sont en effet identifiées, qu’il n’est pas toujours aisé de discriminer, tant il est complexe d’établir une chronologie, relative ou absolue, à partir d’un mobilier rare et de relations stratigraphiques souvent défaillantes. Quatre grands états sont malgré tout restitués.

3Une première phase d’occupation serait à placer à l’époque augustéenne, au tournant du millénaire. Ces vestiges sont repérés à la surface du dépôt de limons jaunes, qui recouvre les ultimes niveaux de grave déposés par le Fier. Il y a peu à dire de l’organisation et de la nature de cette première occupation. On retiendra que les vestiges sont répartis sur l’ensemble de l’emprise de fouille, la plupart des « vides » correspondant à la présence de structures archéologiques ultérieures et à de vastes creusements modernes. Sans qu’il soit possible de retrouver un début d’organisation, on repère des trous de poteau, des foyers, peut-être un four, des fosses, voire un puits, qui signalent, à n’en pas douter, une occupation domestique.

4Les données sont plus nombreuses, encore que très limitées, pour la période suivante, qui, durant les deux premiers siècles après J.-C., voit s’établir des édifices aux fondations maçonnées, selon des plans orthonormés. Toutes lacunaires qu’elles soient, elles s’ajoutent aux informations issues des découvertes anciennes répertoriées sur le plan de Boutae (Broise 1984). Une mise en perspective qui permet, avec toutes les réserves de circonstance, d’entrevoir l’évolution d’un nouveau quartier « périphérique » de Boutae.

5Les états 2 et 3 regroupent ainsi un ensemble de maçonneries dont bien peu, hélas, peuvent être mises en relation pour définir l’emprise de bâtiments. De fait, les édifices restitués sont systématiquement lacunaires, et présentent des contours très flous. Le deuxième état associe pour l’essentiel deux bâtiments, bâtis sans doute dans les premières décennies du ier s. apr. J.‑C.

6Le troisième état rassemble des vestiges dont on pressent, plus qu’on ne peut le prouver, faute de données tangibles, qu’ils s’étagent en vagues successives dans le courant du ier s., la démolition qui scelle l’ensemble du bâti ne pouvant guère aller au-delà du iiie s.

7Comme les vestiges de l’état 1, les bâtiments de l’état 2 peuvent difficilement être interprétés et rapportés à un type d’habitat. Le soin apporté aux constructions incite à considérer les bâtiments comme les vestiges d’un habitat d’une qualité toute relative, mais, en tout état de cause, assez éloignée de ce qui a pu être observé à la marge orientale de l’agglomération. La fouille n’a d’ailleurs pas livré de reste d’une quelconque activité artisanale. Le statut du four reste ambigu, et l’assemblage de vases en céramique peinte peu explicite, malgré une quantité inhabituelle.

8Le quatrième et dernier état est attribué à la période alto-médiévale. Il se caractérise par l’installation d’un espace funéraire qui se développe à partir de la seconde moitié du ve s. pour déborder, probablement, sur la première moitié du viie s. Plus de 120 ont été exhumées, qui se caractérisent par une grande variété de type : coffrages construits dans la fosse sépulcrale à l’aide de planches de bois, de tuiles, de dalles de molasse (les différents matériaux étant parfois mélangés), troncs évidés calés ou non par des pierres, sépultures imposantes constituées par un amoncellement de pierres et de galets recouvrant un contenant en bois. Le mobilier funéraire, assez rare, mais de qualité, compte par exemples trois exemplaires de fibules de traditions germaniques, déjà retrouvées dans des cimetières burgondes, des peignes en os en usage aux vie-viie s., quelques perles de verre, mais également un spécimen, plutôt rare sur le territoire national, de pendentif en verre estampé, de couleur bleue, représentant un griffon : une pièce, objet de piété populaire, ramenée de la région syro-palestinienne comme souvenir de voyage, ou de pèlerinage…

Haut de page

Bibliographie

Broise P. 1984 : Le vicus gallo-romain de Boutae et ses terroirs, Gap.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Gabayet, « Annecy – 41 avenue des Romains » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/56838

Haut de page

Auteur

Franck Gabayet

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Franck Gabayet

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search