Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201474 – Haute-SavoieSixt-Fer-à-Cheval – Abbaye de Six...

2014
74 – Haute-Savoie

Sixt-Fer-à-Cheval – Abbaye de Sixt, les bâtiments conventuels

Fouille préventive (2013-2014)
Responsable d’opération : Laurent D’Agostino

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Hadès

Texte intégral

1L’abbaye canoniale de Sixt, fondée en 1144 dans la haute vallée du Giffre, est l’une des dépendances savoyardes de l’abbaye Saint-Maurice d’Agaune en Valais. Dans le cadre de la restauration et de la mise en valeur de l’ancien logis de l’abbaye, inscrit au titre des Monuments historiques en 1997, le Conseil général de la Haute-Savoie a développé un projet cofinancé par l’Union Européenne associant également la Région Autonome de la Vallée d’Aoste et la commune d’Arnad (Italie), ainsi que la commune de Sixt-Fer-à-Cheval. Ce projet ALCOTRA, nommé « PHENIX – Renaissance des patrimoines », comprenait un volet de restauration et de mise en sécurité de l’ancien logis abbatial, qui constitue l’un des édifices appartenant à l’abbaye, avec l’église, le presbytère et l’ancien grenier. Le SRA de Rhône-Alpes a prescrit une étude archéologique accompagnant les travaux de maçonnerie et de terrassement réalisés en 2013 et 2014. En effet, le piquage des enduits des façades et la réalisation de tranchées de drainage sur tout le pourtour du bâtiment ont révélé des indices archéologiques qui éclairent l’évolution du site.

2L’étude archéologique du bâti, d’une part, avait pour objectif de cerner l’évolution architecturale de l’édifice par l’analyse de ses façades, qui ont pu être relevées et étudiées sur près de 1 000 m2. Elle a livré des données inédites sur l’organisation de la première abbaye (xiie-xiiie s.) et ses transformations jusqu’au milieu du xxe s. D’autre part, au nord du logis abbatial, ont été mis au jour les vestiges de deux bâtiments qui formaient les ailes est et ouest de l’abbaye et se raccordaient à l’église. Démolis dans les années 1860, ces deux édifices étaient encore parfaitement inconnus il y a quelques années et seules les recherches engagées depuis 2011 dans le cadre d’une étude préalable ont permis de révéler leur existence et de restituer le plan de cet ensemble monumental, organisé autour d’un cloître. Dans la cour du cloître, des sépultures, dont deux en coffres de dalles, ont été découvertes et ont fait l’objet d’une étude anthropologique. Elles ont pour certaines été datées des xiie s. et xiiie s. par le radiocarbone, démontrant son utilisation par les chanoines comme espace d’inhumation dès les origines de l’abbaye.

3En mauvais état à la fin du Moyen Âge et victime d’un incendie en 1680, l’abbaye a fait l’objet de multiples remaniements et reconstructions. Le cloître roman a notamment été démonté et réutilisé en pièces détachées lors des rénovations successives des xviie et xviiie s. : près de 140 pierres de taille en remploi ont été identifiées, parmi lesquels des fûts et des bases de colonnes, ainsi que des chapiteaux sculptés. Loin de l’aspect épuré de l’abbaye reconstruite par Humbert de Mouxy et ses successeurs à partir des années 1620, ce sont des éléments d’un cloître roman entouré de colonnades finement décorées qui sont réapparus à l’occasion de ces recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent D’Agostino, « Sixt-Fer-à-Cheval – Abbaye de Sixt, les bâtiments conventuels » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 29 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/57156

Haut de page

Auteur

Laurent D’Agostino

Hadès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laurent D’Agostino

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search