Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201438 – IsèreLa Mure – La Roche, Pré Lambert

2014
38 – Isère

La Mure – La Roche, Pré Lambert

Fouille préventive (2014)
Responsable d’opération : Thierry Argant

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Éveha

Texte intégral

1En préalable à la réalisation du dernier tronçon du contournement de La Mure, entre la D 116 et le boulevard du Stade, un diagnostic archéologique a révélé des indices précis de la présence d’un site de l’âge du Bronze, au lieu-dit la Roche, sur le flanc d’une colline morainique située au sortir des gorges de la Jonche, à 875 m d’altitude (Isnard 2014). Le site est implanté sur une poche de limon formant un léger replat à l’est d’une parcelle accusant une pente orientée au nord-ouest. Cette poche s’est formée par accumulation de sédiments fins dans une dépression creusée lors d’un épisode glaciaire en bordure d’un ravin creusé dans une moraine antérieure, riche en gros blocs et peu favorable à l’implantation de structures en creux. La fouille a permis de mettre au jour une cinquantaine de faits archéologiques, consistant, pour l’essentiel, en structures en creux, dessinant plusieurs ensembles. Un premier groupe de huit structures peu évidentes est localisé au nord de la parcelle, en contrebas et à l’écart du reste du site sur une petite zone limoneuse. Une datation par radiocarbone sur un charbon prélevé dans l’une d’elle semble indiquer une occupation très précoce vers 8800 ± 40 BP (Beta-403374). Cette datation ancienne doit cependant être considérée avec précaution étant donné la présence de trois tessons de céramique dans le même secteur. Il n’est néanmoins pas surprenant d’envisager une fréquentation du plateau à cette période, étant donné la proximité de l’important site mésolithique de Sinard, localisé à moins de douze kilomètres à vol d’oiseau, derrière le Senépy (Ozanne et al. 2004).

2Un second ensemble de structures hétérogènes, cette fois-ci au sud du site, comprend entre autres trois chablis. Leur présence signale un défrichement potentiel du secteur aux alentours de 6160 ± 30 BP (Beta-403369). Un dernier groupe de trois fosses est enfin daté de 4180 ± 30 BP (Beta-403372), correspondant à une fréquentation du site pendant le Néolithique final.

3Néanmoins, ces éléments s’avèrent bien anecdotiques par rapport à l’ensemble principal, composé de 27 structures, dont 23 trous de poteaux, deux empierrements, un silo et un foyer, immédiatement au sud des fosses du Néolithique final (Argant et al. à paraître). Ces structures définissent le plan d’un bâtiment d’habitation à architecture bois, qui se développe au centre du petit replat déterminé par la poche limoneuse. Cette maison présente un plan quadrangulaire, légèrement trapézoïdal et se développe sur dix mètres de longueur pour trois à quatre mètres de largeur, soit sur une surface d’environ 35 m². Une partie principale au sud-est, d’environ 20 à 25 m², se caractérise par des poteaux bien visibles en fouille, ainsi que la présence d’aménagements domestiques et d’un alignement de plusieurs poteaux sur une ligne centrale dans la longueur, lesquels devait soutenir le faîtage de la charpente. Dans le prolongement nord-ouest, une seconde partie plus modeste occupe environ 10 à 12 m² avec une implantation plus légère qui s’est révélée beaucoup plus difficile à lire sur le terrain, et qui pourrait constituer un simple appentis. Sur la façade sud-ouest de la pièce principale, une entrée se manifeste par deux poteaux rapprochés, ainsi que la présence de plusieurs empierrements. À l’intérieur, un foyer occupe une position centrale dans la pièce, face à l’entrée, accompagné par un silo d’un volume supérieur à 150 litres. Une meule dormante et sa molette ont été retrouvées en position secondaire dans cette structure. Plusieurs datations par radiocarbone ont été effectuées sur les structures du bâtiment. Les deux premiers résultats obtenus s’échelonnent entre 2340 et 2135 av. J.‑C. (dates calibrées ; Beta 403370 et 403371), soit au début du Bronze ancien. Cette période est inédite pour le secteur du Matheysin, et il faut chercher loin pour trouver des comparaisons. Ce type de bâtiment présente ainsi des similitudes avec ceux mis au jour sur le tracé du boulevard périphérique nord de Lyon (Vital et al. 2007). À l’extérieur de la maison, sur son flanc sud, quelques structures périphériques peuvent encore lui être rattachées, ainsi qu’une zone d’épandage de mobilier, correspondant probablement à un dépotoir domestique. Le mobilier associé à ces occupations est malheureusement peu caractéristique et comprend un lot de 483 tessons de céramique et une vingtaine de pièces de silex.

Haut de page

Bibliographie

Argant T., Lemaitre S. à paraître : Une maison de la fin de la Préhistoire sous le contournement de La Mure, au lieu-dit La Roche, Mémoire d'Obiou, 20.

Isnard F. 2014 : Contournement de La Mure, rapport de diagnostic archéologique, Bron, Inrap, 110 p.

Ozanne J.-C., Pelletier D., Cordier F. 2004 : « Actualités scientifiques : Découvertes archéologiques majeures sur le tracé de l’A51 à Sinard (Isère) », Bulletin de la SPF, 3, tome 101, p. 601-603.

Vital J., Bouby L., Jallet F., Rey P.-J. 2007 : Un autre regard sur le gisement du boulevard périphérique Nord de Lyon (Rhône) au Néolithique et à l’âge du Bronze, Gallia Préhistoire, 49, p. 1-126.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Argant, « La Mure – La Roche, Pré Lambert » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/57256

Haut de page

Auteur

Thierry Argant

Éveha

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thierry Argant

Éveha

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search