Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201438 – IsèrePanossas – Les Buissières

2014
38 – Isère

Panossas – Les Buissières

Fouille programmée (2014)
Responsable d’opération : Matthieu Poux
Notice rédigée avec Aldo Borlenghi

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université Lumière Lyon 2

Texte intégral

1La campagne de fouille conduite en 2014 sur le site des Buissières est la première d’un programme de recherche triannuel, qui fait suite aux travaux menés en 2012 et 2013 (voir rapports 2012 et 2013). L’extension des aires de fouille ouvertes l’année dernière, à l’emplacement de l’édifice thermal mis en évidence par les sondages de 2012 (parcelles 591 et 759) et de l’entrepôt identifié en 2013 (parcelle 749), a permis de mieux cerner l’emprise des deux édifices et leur environnement proche.

2L’achèvement de la fouille de la partie nord des thermes, conservée en élévation jusqu’à 4, 30 m de hauteur, a montré qu’ils comportaient au total quatre pièces chauffées par hypocauste. Aux pièces A1 et A5 déjà dégagées en 2012-2013 s’ajoutent deux nouveaux espaces : la pièce A6, dans laquelle on pénétrait par l’abside nord de la pièce A2, qui a conservé intacte la totalité de sa suspensura, une grande partie de ses tubuli muraux et un fond de bassin plaqué de marbre dépourvu d’évacuation visible, qui l’identifie à un probable sudatorium. La pièce A7 a également été dotée, à l’origine, d’un hypocauste détruit lors d’un réaménagement du bâtiment. À l’est du premier praefurnium (A3) fouillé en 2012, deux autres foyers destinés à chauffer les pièces A5 et A6 ont été retrouvés en très bon état, avec leurs canaux de chauffe encadrés par de gros blocs de molasse conservés in situ. La façade nord du complexe est désormais établie et dépasse de 7 m celle des thermes, portant leur surface à plus de 900 m2. Elle englobe plusieurs pièces de service : l’une d’elles (J3) correspond à une grande latrine à sol maçonné et banquette en L ; une autre (G2) est occupée en son centre par une sorte de patio rectangulaire, probablement destiné à la récupération des eaux de pluie et à leur redistribution via plusieurs évacuations repérées au niveau des angles. L’espace (I) séparant le balnéaire et le bâtiment F est occupé par une grande canalisation, liée à l’évacuation des latrines. La découverte de tessons d’amphore africaine en A6 et des datations archéomagnétiques fournies par le canal de chauffe du praefurnium A3 révèlent que les thermes ont été fréquentés jusqu’aux ive- ve s. apr. J.‑C.

3Une tranchée exploratoire de 80 mètres de long, orientée nord-ouest sud-est, a été ouverte de l’autre côté du bosquet, une centaine de mètres à l’est du balnéaire. Elle a révélé des structures maçonnées d’époque romaine correspondant à au moins deux états de construction, dont plusieurs pièces dotées d’un sol en terrazzo et d’enduits peints. L’alignement des maçonneries trahit leur probable appartenance au corps de bâtiments (F) qui jouxte l’édifice thermal. Dans son tiers nord, la tranchée a recoupé des canalisations et un large fossé destinés à drainer les eaux du vallon. Le mobilier recueilli date ces vestiges du ier s. av. J.‑C. (amphore Dressel 1B) à l’Antiquité tardive (monnaie de Jovien).

4À l’ouest, dans la parcelle 749, l’imposant granarium dont la moitié orientale avait été dégagée en 2013 a été entièrement fouillé. Ses dimensions de 52 par 18 m sont confirmées, mais l’espace séparant les deux bastions latéraux à sol ventilé s’est révélé dépourvue de niveaux de sol et d’entrée. Des blocs de granit retrouvés in situ invitent à restituer un dallage surélevé par rapport aux niveaux de voirie environnants. Cet édifice construit au iie s. apr. J.‑C. recoupe un premier corps de bâtiment (E) arasé, formé d’un alignement de plusieurs cellules quadrangulaires construites successivement. Dotées pour plusieurs d’entre elles de foyers, elles sont reliées dans leur dernier état par un portique adossé à leur façade orientale, devant lequel une installation de forge avait déjà été mise au jour en 2013. Au nord de l’entrepôt, un corps de bâtiment (L) comportant également une forge dans sa partie sud a été mis au jour, qui semble avoir été construit postérieurement à l’entrepôt contre le mur d’enclos qui prolonge le bâtiment E. La jonction entre ces deux constructions est occupée par un portail rentrant avec chasses roues (K), traversé par une chaussée en cailloutis encadrée par deux fossés et rechapée à plusieurs reprises. La façade occidentale des bâtiments est longée par une autre voie revêtue du même cailloutis. Sur son bord ouest, une sépulture secondaire à incinération en coffre de tuiles a été retrouvée intacte, qui a livré un vase-ossuaire, des fragments d’amphore(s) Dressel 1B, un balsamaire en verre, un fragment de strigile et une pointe de flèche en fer, témoins d’une tombe relativement privilégiée, aménagée dans le courant de la période julio-claudienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Poux, Aldo Borlenghi, « Panossas – Les Buissières » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 01 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/57316

Haut de page

Auteurs

Matthieu Poux

Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Aldo Borlenghi

Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Matthieu Poux

Université Lumière Lyon 2

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search