Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201438 – IsèreSaint-Marcel-Bel-Accueil – Place ...

2014
38 – Isère

Saint-Marcel-Bel-Accueil – Place du village

Opération préventive de diagnostic (2013-2014)
Responsable d’opération : Stéphane Bleu

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le projet d’aménagements publics (réseaux et place du village) à Saint-Marcel-Bel-Accueil, sur la rive nord de la grande cuvette glaciaire de Bourgoin-La Verpillère, à six km au nord-est de l’agglomération de Bourgoin-Jallieu, a été l’occasion de mener un important diagnostic d’une superficie de 198 m2 sur une surface de 2 800 m2, soit 7 % de la surface du diagnostic. Six sondages et/ou tranchées ont été réalisés dans la partie centrale du village actuel, autour de l’église et dans le secteur situé plus au sud, en bordure du quartier Les Alexandres. Le site s’inscrit dans un secteur installé sur le versant sud du piémont du plateau calcaire de l'Isle Crémieu au sud, où le pendage naturel nord-sud est relativement accentué, notamment au niveau de la partie sud correspondant à une importante dépression naturelle (cuvette).

La stratigraphie

2Lors de cette phase de diagnostic, le profil de l’ensemble de l’emprise a pu être reconstitué. Il montre une topographie de versant, avec une double pente descendante nord-sud et ouest-est dans la moitié nord à proximité de l’ancienne église (sondages 1 à 4) et une importante dépression naturelle en grande partie colmatée par des colluvions au sud (sondages 5 et 6) à une cinquantaine de mètres au sud de l’église. Les deux zones sont séparées par une importante rupture de pente encore bien visible aujourd’hui au niveau de la rue de Chevalière (route départementale 18F) qui mène au quartier Les Alexandres. Le projet est implanté sur des affleurements de moraines würmiennes Gx1-6 (stades indifférenciés) résiduels sur ce versant de la cuvette (information orale donnée par O. Franc). Cette formation morainique est constituée de sables grossiers blancs avec passées de galets (module 0,10 à 0,20 m), dans lesquels on trouve de nombreux blocs morainiques (diamètre environ 0,70 m). Les quatre sondages permettent de restituer un transect de la parcelle : moraine (US 5), colluvions (US 2 3 et 4) et terre végétale (US 1).

Les résultats de l’étude archéologique

3En ce qui concerne notre opération, notons tout d’abord, qu’aucune occupation préhistorique ou protohistorique n’a été mise en évidence sur l’ensemble de l’emprise qui, pour sa partie nord, a, semble-t-il, fait l’objet de nombreux remaniements.

Les vestiges antiques

4Les vestiges romains rencontrés sont situés au niveau de l’ancienne pars urbana de la villa dite Des Alexandres, à une trentaine de mètres au nord-est des vestiges relevés au printemps 2013. Ils n’ont été observés que dans un seul sondage sur les six ouverts, et s’étagent sur le flanc du versant. D’ouest en est, ils ont été dégagés sur une longueur de quinze mètres environ. Par commodité, les différentes parties de l’ensemble ont été nommées « pièces », numérotées 1 et 2. Réalisé en bordure sud de la montée des Perrières, le sondage 2 d’une profondeur d’environ un mètre, a atteint la base des vestiges en recoupant plusieurs sols. Au moins deux états de construction ont été reconnus lors de l’opération archéologique, qui, faute de mobilier archéologique, n’ont pu être datés précisément. Nous rejoignons ici les constatations réalisées lors de l’opération réalisée par R. Royet en 2013. Tout en restant très prudent, il convient d’indiquer ici que l’orientation des murs, décalée au nord-nord-ouest – sud-sud-est, pourrait éventuellement indiquer une mise en place de la construction durant la période flavienne. Le mobilier archéologique, totalement absent, ne permet donc pas la caractérisation de l’occupation rencontrée. Cette dernière, observée de manière partielle (sondage réalisé entre plusieurs réseaux), consiste en deux phases de construction distinctes et en l’identification de deux pièces caractérisées par trois murs et divers sols. La première phase de construction est caractérisée par la présence de deux vastes pièces (pièces 1 et 2) appartenant à un même bâtiment. Côté est, le sol de béton de tuileau F20 détermine la pièce 1, d’une dimension observée de 7 m. Seul le béton rosé à tuileau, qui tient lieu de sol de circulation (ép. 0,04 m), a été identifié. Mal conservé, l’effondrement de ce dernier est sans doute lié à la présence de nombreuses sépultures creusées en sape durant le Moyen Âge. Le mur M22, recoupant de manière très perceptible le terrain naturel US 28 et 29 à l’est, souligne selon toute vraisemblance l’extrémité orientale de la pièce, ainsi que de la villa elle-même. En effet, aucun aménagement (mur, sol, remblais, etc.) n’a été observé au-delà vers l’est. À l’ouest, la pièce 1 se poursuivait jusqu’au mur M12 construit en petit appareil assez grossier enfermant un blocage de pierres sèches. Correspondant toujours à la pièce 1, un espace particulier peut éventuellement être identifié dans la moitié ouest de l’extension orientale du sondage 2, entre le mur M12 et la fin du sol F20, sur environ deux mètres de largeur. II n’a pu être observé du fait de la présence des structures de l’état II (remblai de sol F25, statumen d’un sol F24 et blocs de molasse M23a et b) qui le recouvre dans cette zone. À l’est, cet espace s’arrête peut-être au niveau de la base de pilier M23b comme pourrait en témoigner l’absence de sol F20 sous le seuil M23a. Cet espace restreint, délimité par le niveau US59 peut éventuellement correspondre à une galerie. Vers l’ouest, les murs M12 et M13 et le sol en mortier de tuileau F17 déterminent une seconde pièce (pièce 2) dont la dimension observée est également de sept mètres. Les limites de cet espace n’ont pas été retrouvées au nord et au sud, lors de l’intervention. Le béton de sol FI7 est soigneusement bâti et composé de trois couches superposées : en surface, un béton rosé à tuileaux qui tient lieu de sol de circulation (ép. 0,04 m) ; au-dessous, un béton de chaux blanc à cailloux (ép. 0,06 m) ; à la base, sur le sol vierge, une assise de pierres jetées pêle-mêle (ép. 0,06 à 0,10 m). Ce sol s’amincit régulièrement d’est en ouest, raboté par les travaux liés à l’installation de la montée des Perrières. La construction du sol a sans doute nécessité des travaux de terrassement et de nivellement afin de poser l’assise de pierres sèches sur un terrain horizontal, comme l’indique clairement la pose du niveau de béton de chaux US 26 à la base de notre sol. À l’est, la couche de mortier de tuileau US 23 vient remonter le long du mur M12, et à l’ouest le béton de sol vient mourir le long de la tranchée de récupération du mur Ml 3. Le mur ouest, quant à lui, n’a été observé qu’à travers sa tranchée de récupération et la dernière assise de sa fondation de pierres en hérisson, identique à M22 (interruption du béton de sol liée à la présence d’une tranchée EDF). Aucune trace du statumen du sol de béton ne se trouve au-delà. Seuls les colluvions rougeâtres d’une épaisseur de un mètre sont sub-affleurants et les éventuels niveaux de sols (autre que F27), s’ils ont existé, ont entièrement disparu.

5Le deuxième état a été identifié par la présence du remblai de sol F25 (US 56). Les limites de cette structure n’ont pas été observées au sud et au nord ; il est donc difficile de restituer la surface dans son ensemble. Elle démarre vraisemblablement depuis le mur M22 à l’est et rejoint la base de pilier (M23b). Son épaisseur varie de 0,05 à 0,08 m. Ce niveau est principalement constitué d’une matrice limoneuse jaune (US 53a) posé sur un radier constitué de petits galets et de fragments de tuiles romaines (imbrices et tegulae) et de petites dalles calcaires (US53b). La couche ne contenait pas de matériel anthropique. Le niveau s’arrête contre le « seuil » M23a, la base de pilier M23b et le niveau de circulation F24 (Couloir ? Galerie ?), qui fonctionne avec ces deux structures, sans qu’il n’y ait de trace de paroi ou de murs. L’espace ainsi identifié, dont le sol serait constitué par le remblai de sol F25, détermine une vaste pièce dont on peut restituer la dimension à exactement sept mètres si l’on rejoint M12. Entre le mur M12 et le remblai de pose de sol F25, un espace d’environ deux mètres de largeur est déterminé par la présence du radier de sol F24 et par les deux blocs de molasse F23a et b. À cet endroit, seul le sommet d’un radier de galets en quartzite (statumen) pris dans un béton de mortier rosé avec des inclusions de petits fragments de briques (base du rudus) a été observé. Cet espace est interrompu par deux importants blocs de molasse. Le « seuil » et la base de pilier cubique M23a et b témoignent peut-être de l’existence d’un espace de circulation couvert (Galerie ?). Vers l’est, le sol F24 s’interrompt et est remplacé par F25 (sol constitué de terre battue et de dalles calcaires). Enfin, il est impossible de dire si la pièce 2 identifiée pour l’état I continue de fonctionner par la suite. Cet important espace, parfaitement délimité à l’ouest et à l’est par le béton de sol en mortier de tuileau, peut continuer de fonctionner durant ce nouvel état, à moins qu’un autre sol n’ait été installé au-dessus et qu’il ait disparu depuis lors des travaux d’aménagement de la montée des Perrières. Dans cette zone du sondage 2, on se trouve au-dessous des niveaux de sol identifiés pour l’état II (altitude sommet : 255,06 à 255,02 m NGF).

6Aucune maçonnerie n’ayant été observée dans les sondages 1, 3 et 4 ainsi que dans la tranchée nord-sud du printemps 2013, il semble confirmé que la villa ne se développait pas vers le nord de la place du village. La façade nord du bâtiment résidentiel pourrait donc être placée au niveau de la fontaine sur la place du village comme l’avait souligné R. Royet, et à proximité immédiate de notre sondage dans la montée des Perrières. En ce qui concerne les pièces observées dans le sondage 2, elles n’ont livré aucun mur de limite au nord, mais, au vu de l’orientation du bâtiment, ces derniers pourraient se situer quelques mètres plus au nord… En ce qui concerne le mobilier, l’étude céramique indique que la phase la plus ancienne identifiée sur le site correspond à l’Antiquité tardive (ive s.-ve s. apr. J.‑C.). Les rares éléments chronologiques qui s’y rattachent (céramiques à revêtement argileux, tournées rouges et grises) ont été rencontrés dans des remblais tardifs ou le comblement de certaines tombes (SP46, 48, 52, 56), témoignant ainsi du brassage de niveaux plus anciens. Tous ces vestiges semblent avoir été profondément remaniés durant la fin de l’Antiquité ou le début du haut Moyen Âge, sans doute par l’installation de la nécropole (SP7 à 11, 13, 16 et SP21). Malheureusement, aucun élément céramique ramassé ne peut être attribué à une des structures gallo-romaines. Cependant, tout en restant très prudent, il convient d’indiquer ici que l’orientation des murs, décalée au nord-nord-ouest – sud-sud-est, pourrait éventuellement indiquer une mise en place de la construction durant la période flavienne.

Les vestiges médiévaux

7Durant la fin de l’Antiquité ou du début du haut Moyen Âge, un nouvel édifice est sans doute implanté dans le secteur fonctionnant avec l’espace funéraire. Il est clair maintenant que le lieu de culte initial ne se trouve pas sous l’église médiévale. Il semble donc qu’il faille le chercher à proximité immédiate, peut-être dans le bâti romain existant, comme cela est souvent le cas par ailleurs. Il s’agit probablement d’un oratoire à l’usage des habitants du domaine.

8C’est également durant le haut Moyen Âge que l’espace couvrant une grande partie du centre du village est transformé en un important espace funéraire. Les quatre sondages du secteur nord ont livré des informations qui viennent corroborer celles déjà obtenues au printemps 2013. Les quatre sondages au nord de l’emprise ont livré des tombes réparties sur plusieurs niveaux, dont deux du haut Moyen Âge. Dans le sondage 1, la phase la plus ancienne a livré deux tombes en coffrages de lauzes orientées ouest-est. Elles sont enfouies profondément, la base des coffres se situant 1,3 m sous le sol actuel et recoupent le terrain naturel US 8. Le coffrage de dalles calcaires, orienté est-ouest avec un sujet la tête à l’ouest, et l’absence de dépôt de mobilier évoquent le haut Moyen Âge, mais l’utilisation de tegulae dans l’architecture nous aurait incité à resserrer la chronologie au tout début de cette période, vers le ve s. apr. J.‑C. La réduction est une pratique qui caractérise bien la période médiévale, mais sa position en bas de la stratigraphie est un argument pour une chronologie ancienne. L’une des tombes a été datées par 14C entre le milieu du vie s. s. et le milieu du viie s. apr. J.‑C. (période mérovingienne). Les tombes sont recouvertes par les US 4 et 5 qui contiennent de la céramique de l’Antiquité tardive, indiquant par là leur rôle de remblai. Un deuxième niveau constitué d’une sépulture double en coffrage de lauzes (SP14/15) obéit à la même orientation mais pourrait se rattacher à une phase postérieure, puisqu’il recoupe les US 5 et 6. Cette tombe est recoupée par les murs M5 et M6 et ne fonctionne pas avec. Les sondages 3 et 4 localisés dans la partie septentrionale de la place de l’église, à l’est et à l’ouest du parking, ont également livré deux niveaux de tombes appartenant à cimetière du haut Moyen Âge (sondage 3, SP26, 31, 35 à 38 ; sondage 4, SP40, 45, 46, 49, 50, 52, 53, 55, 56 et 57). La SP54 étant recoupée par SP46, elle lui est donc antérieure. Nous retrouvons ici aussi nos deux niveaux de sépultures correspondant au haut Moyen Âge, tout comme ce qui avait été vu lors de l’opération du printemps 2014. Au final, même si les limites de cet espace funéraire restent floues, il est confirmé que le cimetière du haut Moyen Âge s’étend au minimum sur 100 m de l’est vers l’ouest et de 50 m du sud jusqu’à l’église médiévale. Sa surface réelle est en vérité certainement beaucoup plus importante, aucune observation n’ayant jamais été faite au nord de l’église médiévale. Les vestiges des fondations de l’ancienne église qui ont recoupé les sépultures appartenant au cimetière du haut Moyen Âge ont été observés dans les sondages 3 et 4 localisés dans la moitié septentrionale de la place de l’église, à l’est et à l’ouest du parking. L’édifice religieux, établi à un endroit dominant du village, peut être restitué grâce aux fondations des murs retrouvés dans le sous-sol de la place (murs de l’église M30/44, 32, 34, 39, 43 et remblai de sol F41 et 42 ? ; murs des chapelles M28, 29 et remblai de sol F33) et les murs encore en élévation conservés dans le bâti actuel, à l’est (mur de chevet). Il s’agit d’un bâtiment rectangulaire à nef unique et chœur à chevet plat, de plan très simple, appartenant à la famille architecturale des églises rurales. Il s’oriente est-nord-est ouest-sud-ouest, le chœur orienté à l’est, et la longueur totale est d’environ 27 m, la largeur de sept mètres, avec des murs d’une épaisseur allant de 0,90 à 1,20 m. Une maçonnerie plus épaisse à l’intérieur du bâtiment marque probablement le passage entre la nef et le chœur (chancel). La nef unique fait ainsi seize mètres de longueur et le chœur onze mètres. Ce dernier, par ses dimensions, révèle l’importance accordée à la liturgie, qu’une communauté de moines implantée dans le village devait mettre en application. Un document de 1525 mentionne une ancienne église, dépendante de l’abbaye de Saint-Pierre de Vienne.

9Ce type de bâtiment se rapproche de l’église rurale de Bréal-sous-Vitré (Ille-et-Vilaine), datée de l’époque romane, d’environ 30 m de longueur sur huit m de largeur, avec une nef de 23 m (Colleter et al. 2012). Comme à Bréal, la fin du premier cimetière de Saint-Marcel-Bel-Accueil, daté du haut Moyen Âge, coïncide sans doute avec la création de l’église associée à l’arrivée des moines, probablement aux alentours des xe s.-xie s., époque de christianisation des campagnes par les communautés monastiques. Son plan est représenté sur le cadastre napoléonien de 1833, avec le mur d’enclos largement développé au sud (contenant probablement le cimetière) et l’accès à l’ouest, en bordure de la rue (montée de la Cure, VC no 6). En ruines, elle est détruite à la fin du xixe s. et remplacée par l’église actuelle construite entre 1900 et 1903, d’axe nord-sud, située au nord de l’ancienne église (Patrimoine en Isère, fiche no 18 498).

10Il convient également de noter la découverte en remblai dans les fondations d’une des chapelles méridionales (mur M28 ou remblai F33), d’un ancien bénitier en pierre monolithique (dimensions du bloc : 0,83 m x 0,60 m x 0,40 m, dimensions de la vasque : diamètre 0,27 m x prof. 0,25 m) appartenant peut-être à l’ancienne église. « Au pied des tombes, dans les cimetières, il était d’usage de placer ou de creuser dans la pierre même recouvrant la sépulture de petits bénitiers ; on en voit encore un grand nombre en Bretagne, dans le Poitou et le Maine, où cet usage s’est conservé jusqu’à nos jours ».

11Localisé aux abords immédiats de cette dernière, le cimetière médiéval, identifié par trois dates radiocarbone, est représenté par deux sépultures du Moyen Âge classique (Sd. 4, SP48 : xe - début xie s. ; Sd. 2, SP8 : xie - xiie s.) et une du bas Moyen Âge (Sd. 3, SP31 : xive - xve s.). Il est à noter que la SP8 est creusée en sape à l’intérieur de la chape de béton du sol F17 et encore couverte par un lambeau de couche de mortier de tuileau US 23 encore en place. La tombe SP48, installée au-dessus de la tombe en coffrage de dalles SP46, est un témoin du cimetière du Moyen Âge central bordant l’église. La très faible profondeur d’enfouissement des corps de cette dernière phase (pratiquement affleurant) confirme par ailleurs qu’une phase de travaux relativement récente a abrasé les niveaux de sol médiévaux. Contrairement au secteur occidental, aucune tombe attribuable à la période médiévale n’a été identifiée dans le sondage 1.

12Découvert dans le sondage 1, à une trentaine de mètres au nord des vestiges antiques, l’angle d’un bâtiment a été observé (murs M5 et 6, remblai de sol US 7, allée dallée F4). Au niveau de la stratigraphie, le bâtiment se situe dans la période médiévale, entre la deuxième phase de sépultures (au-dessus des remblais US5 et 6) et le xviiie s. (remblai US 3). Ce dernier, extrêmement arasé, ne peut être identifié avec plus de précisions.

L’époque moderne

13Enfin, la tombe en cercueil cloué est d’un type plus tardif, les cercueils cloués n’étant plus utilisés après la fin de l’Antiquité et réapparaissant autour des xiiie - xive s. (Colardelle et al. 1996). Effectivement, les monnaies associées au squelette sont datées de la première moitié du xviie s. De plus, cette tombe s’installe dans l’église médiévale et possède des dalles de couverture s’intégrant au dallage de la nef. Cette situation privilégiée de la tombe au sein du lieu cultuel, centrée dans le passage menant de la nef au chœur, révèle le statut élevé de la personne inhumée (religieux, noble ?). Des donations ont été notamment réalisée par la famille de Loras, ce qui a donné le droit à ses membres de se faire enterrer à l’intérieur de l’église. Cette tombe montre également la présence de morts dans l’église au xviie s. et la continuité de l’occupation funéraire du site. Les dépôts secondaires en fosse, comme les ossuaires, sont une pratique courante dans la gestion d’un cimetière médiéval et moderne (SP51 contient un fragment de céramique de Meillonnas). L’installation de l’église (xe - xie s. ?) et de chapelles postérieures (xve s. ?) a également généré la création d’ossuaire (US 9, Sd. 3) en regroupant les os issus du recoupement des squelettes des tombes antérieures (SP26, SP31).

Les xixe-xxe s.

14Enfin, la démolition de l’ancienne église et la récupération des dalles du sol de l’église ont également occasionné la destruction de sépultures dans le sous-sol et généré des os en position secondaire dans les sédiments (US 9, 18/30, Sd. 3).

15La structure est sans doute à rattacher à la présence de l’ancienne forge de la maison Parthiot, qui correspond aujourd’hui à l’actuelle dépendance du café-restaurant Jouvet ou Ruggieri et au local des employés communaux. Cette forge fonctionnait encore il y a une cinquantaine d’années. Monsieur Zila avait pris la suite de son beau-père, monsieur Guillaudon.

16Réalisés dans la partie basse de l’emprise au niveau d’une importante dépression naturelle, les sondages 5 et 6 n’ont livré aucun vestige archéologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Bleu, « Saint-Marcel-Bel-Accueil – Place du village » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/57358

Haut de page

Auteur

Stéphane Bleu

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Bleu

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search