Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201438 – IsèreSassenage – La Grande Rivoire

2014
38 – Isère

Sassenage – La Grande Rivoire

Fouille programmée (2014)
Responsable d’opération : Pierre-Yves Nicod

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université de Genève

Texte intégral

1Les recherches réalisées sur le terrain et en laboratoire durant l’année 2014 ont principalement concerné les niveaux du Mésolithique récent et du Néolithique ancien, dans un secteur bien abrité par le surplomb rocheux. Néanmoins, nous avons parallèlement terminé la fouille des dépôts néolithiques sus-jacents dans un secteur plus marginal et poursuivi les analyses sédimentologiques, archéobotaniques et culturelles sur l’ensemble des niveaux mésolithiques et néolithiques.

2L’étude des industries lithiques taillées du Mésolithique moyen (secteurs SU12-15 et SU16-21) a permis d’individualiser trois phases chronoculturelles qui renvoient toutes à un Mésolithique d’influence méridionale et d’affinité sauveterrienne. Les armatures de flèche présentent une grande variété de types dans la phase ancienne (segments, pointes à dos, triangles et pointes axiales), variété qui se réduit ensuite dans les phases moyenne (triangles scalènes et pointes axiales) et récente (triangles scalènes). Leur analyse fine a permis d’observer une simplification des schémas de mise en forme et une amélioration du rendement de production au cours du temps. Sur le plan économique, on note que les premières occupations du site livrent un spectre faunique dominé par le cerf, mais comprenant également le sanglier, le bouquetin, le chamois et deux espèces de milieux aquatique : le castor et la loutre. L’analyse des macrorestes végétaux a pour sa part montré l’importance que jouaient les noisettes dans l’alimentation des chasseurs-cueilleurs de ce Mésolithique moyen.

3Les niveaux sus-jacents du Mésolithique récent et du début du Néolithique ancien, fouillés dans le secteur NR16-21, présentent tous une forte parenté qui suggère une continuité fonctionnelle et peut-être culturelle des occupations : leur fonction est toujours clairement cynégétique et l’organisation spatiale des activités – sur et autour d’une grande aire cendreuse – semble pérenne. On observe également un goût partagé pour l’exploitation des ressources aquatiques, pour la taille épisodique du cristal de roche et pour le port d’objets de parure en coquillage marin. La grande discrétion de la céramique et des faunes domestiques dans les niveaux néolithiques est également notoire. Un découpage chronoculturel provisoire en quatre horizons distincts a été proposé pour ces niveaux.

4Un horizon du Mésolithique récent se caractérise par un débitage du silex orienté vers l’obtention de lamelles très régulières qui étaient ensuite fracturées par la technique du microburin pour fabriquer des armatures trapézoïdales (fig. 01, d145-d147). Il livre également des lamelles Montbani et des troncatures sur lames et lamelles, ainsi que de nombreuses coques de noisette carbonisées.

5Un ensemble mixte (fig. 01, d143) montre une association d’industries lithiques du Mésolithique récent (armatures triangulaires et trapézoïdales) et du Néolithique ancien (armatures de flèche tranchantes). Pour l’heure, il ne nous est pas possible, sur la base des observations de terrain, de déterminer si cette association correspond à une réalité préhistorique ou si elle résulte de phénomènes taphonomiques. La grande complexité sédimentaire de ces niveaux, peut-être liée à la lenteur de la sédimentation, plaide plutôt en faveur de la seconde hypothèse.

6Un horizon du Néolithique ancien sans céramique comprend un outillage lithique nettement dominé par les armatures de flèche tranchantes (fig. 01, d141-d142). À l’exception de ces dernières et peut-être de très rares graines de céréales, les composantes néolithiques semblent absentes dans ces niveaux (absence de céramiques et de faunes domestiques). La présence d’une lamelle en obsidienne pourrait résulter de contacts avec les premières communautés néolithiques d’Italie du Nord ou du midi de la France (Impressa ou Cardial tyrrhénien). Le travail de l’ocre est attesté par la présence de broyeurs et de cailloux ocrés.

7Enfin, un horizon du Néolithique ancien avec céramique, antérieur aux occupations de bergerie, livre encore de nombreuses armatures de flèche tranchantes et montre une très nette dominance des espèces animales sauvages, ce qui reflète une pratique toujours soutenue de la chasse. L’économie agropastorale est néanmoins attestée par quelques ossements de faunes domestiques et par quelques meules qui ont pu servir à moudre des céréales. La céramique est présente mais reste discrète. L’utilisation fréquente de l’ocre rouge est assurée par plusieurs broyeurs et cailloux ocrés. Du point de vue culturel, les très nombreuses armatures de flèche tranchantes suggèrent des affinités avec le Néolithique ancien méridional (Cardial et Épicardial), tandis que certains éléments céramiques pourraient renvoyer à l’Italie du Nord (culture de Fiorano ?).

8Les niveaux sus-jacents du Néolithique ancien, moyen et final ont été fouillés dans le dernier secteur où ils subsistaient encore (IM11-17). Les indices anthropiques se sont révélés fort rares dans cette zone marginale où la sédimentation, très caillouteuse et essentiellement naturelle, est fortement tributaire du grand cône d’éboulis adjacent au site. Les dépôts de bergerie, bien caractérisés les années précédentes dans les secteurs voisins, ne s’étendent que très modérément dans cette zone où la présence des bêtes, manifestement épisodique, n’est attestée que par de rares sphérolites de calcite et par quelques cailloux portant des teintes organiques de type « fumiers ».

9La poursuite des analyses archéobotaniques sur les dépôts de bergerie des différents secteurs a bien confirmé l’apport régulier de branches d’arbre pour servir de fourrage et/ou de litière (tilleul, noisetier, frêne, chêne, sapin, pin, etc.). Très peu de variations sont perceptibles au cours du temps dans cette pratique pastorale qui perdure à la Grande Rivoire durant plus de deux millénaires et demi. À titre plus anecdotique, l’analyse palynologique et phytolithologique de deux coprolithes de caprinés du Néolithique moyen a confirmé le nourrissage du bétail avec des branches d’arbre. Les espèces consommées, forcément sur un temps très court dans ces cas-là, semblent indiquer une présence du troupeau sous l’abri à la fin du printemps ou au début de l’été. L’apport fourrager de branches de feuillus a par ailleurs été détecté par l’analyse de la composition isotopique en carbone de l’émail dentaire d’une chèvre du Néolithique moyen.

Fig. 1 – Sélection d’armatures de flèche en silex de la transition du Mésolithique au Néolithique (secteur de fouille NR16-21)

Fig. 1 – Sélection d’armatures de flèche en silex de la transition du Mésolithique au Néolithique (secteur de fouille NR16-21)

Décapages d141 et d142 : Néolithique ancien ; d143 : ensemble mixte Néolithique ancien et Mésolithique récent ; d145 et d147 : Mésolithique récent.

R. Picavet.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sélection d’armatures de flèche en silex de la transition du Mésolithique au Néolithique (secteur de fouille NR16-21)
Légende Décapages d141 et d142 : Néolithique ancien ; d143 : ensemble mixte Néolithique ancien et Mésolithique récent ; d145 et d147 : Mésolithique récent.
Crédits R. Picavet.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/57380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 611k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Yves Nicod, « Sassenage – La Grande Rivoire » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/57380

Haut de page

Auteur

Pierre-Yves Nicod

Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre-Yves Nicod

Université de Genève

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search