Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201469M – Métropole de LyonLyon (5e) – 6 place Saint-Irénée,...

2014
69M – Métropole de Lyon

Lyon (5e) – 6 place Saint-Irénée, aménagement de la maison diocésaine

Opération préventive de diagnostic (2014)
Responsable d’opération : Cyrille Ducourthial

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ville de Lyon

Texte intégral

1Le projet d’aménagement de la maison diocésaine au 6 place Saint-Irénée, à proximité de l’une des plus anciennes église de Lyon et dans une zone où la densité de l’occupation funéraire a été très tôt constatée, a conduit l’État à confier à la Ville de Lyon le soin d’y réaliser un diagnostic archéologique.

2Sur les treize sondages ouverts, par étapes, deux ont été arrêtés par la découverte de réseaux modernes et aucun des onze autres ne dépasse 1,50 m de profondeur. Malgré tout, quelques lignes de force se dégagent. Le terrain naturel formé d’un loess jaunâtre à surface oxydée a été atteint en trois endroits. Il culmine au sud-ouest et accuse une double pente vers le sud-ouest et vers le nord.

3Si l’on excepte trois silex taillés retrouvés en position résiduelle, l’occupation du site ne paraît pas antérieure à la seconde moitié du ier s. apr. J.‑C. Une fosse, percée dans un niveau de remblai adossé à la pente naturelle du terrain, a livré un abondant mobilier de cette période (sondage 2). Il est essentiellement constitué de céramiques communes sombres grises, comprenant plusieurs vases complets ou presque, mais fragmentés, et n’ayant visiblement jamais été utilisés. Quoique aucun raté de cuisson n’ait été mis au jour, il pourrait s’agir d’un dépotoir d’atelier ou d’une échoppe de marchand, que l’on est assez tenté de rapprocher du four de potier contemporain, réservé aux cuissons réductrices, mis au jour en 2003 rue des Fossés de Trion (à 160 m à vol d’oiseau). Les deux pourraient appartenir à la même zone artisanale. Les vestiges d’une possible structure foyère installée dans un niveau limoneux que l’on sait fréquenté au ier s. ont par ailleurs été aperçus dans l’angle d’un autre sondage, réalisé à moins de 50 m au nord de notre fosse (sondage 12).

4La découverte d’une occupation funéraire à l’extrémité sud de la terrasse du bâtiment Soufflot est à bien des égards une surprise (sondage 5). Elle prouve que la terrasse n’est pas, comme on l’imaginait, un amoncellement de remblais contenus par un mur et que l’actuelle dénivelation résulte aussi de terrassements réalisés dans le jardin. Elle recule surtout considérablement vers le sud la limite méridionale de la zone funéraire qui avait été pressentie sur la place Saint-Irénée comme dans la nécropole de la place Werner. Cette occupation funéraire est caractérisée par une sépulture de nourrisson en coffre de bois, datée par 14C entre 130 et 320 apr. J.‑C., et surtout par une sépulture double d’un homme et d’une femme, dont les squelettes retrouvés allongés sur deux grandes dalles de calcaire antiques, en remploi, étaient initialement recouverts d’un couvercle de bois, calé latéralement par des pierres. L’étanchéité de cet assemblage composite était, à la base, assurée par un bourrelet de mortier de tuileau. Une seconde analyse au radiocarbone d’un os prélevé sur le squelette de l’homme permet de placer cette sépulture double, assez originale, entre 240 et 395 apr. J.‑C.

5Quoique les trois squelettes aient été retrouvés orientés, têtes à l’ouest, l’absence de mobilier empêche de les caractériser davantage. D’autres ossements humains, retrouvés épars dans le lœss, supposent enfin que la zone funéraire étaient plus étendue et qu’elle a été perturbée.

6Les structures du (très) haut Moyen Âge mises au jour au cours de ce diagnostic sont exclusivement funéraires, et concentrées sur la marge orientale de la place Saint-Irénée. Pas moins de six sépultures orientées ont été mises au jour dans l’emprise du sondage 12, pourtant fortement perturbées par des creusements ultérieurs. Cet ensemble, que l’on suppose initialement plus dense, compte trois sarcophages de dalles, dont l’un avait été pillé (SP219) et l’autre n’a pas été fouillé (SP277). Le dernier, pris en grande partie dans la coupe, contenait le squelette d’un individu adulte, couché sur un lit de chaux pure, et daté par radiocarbone entre 435 et 490 ou entre 535 et 611 (SP224). À côté gisait, vide, un sarcophage monolithe taillé dans un calcaire jaune à grosses entroques (SP211). Les deux dernières sépultures sont des inhumations en coffrage mixte de bois et de pierres : l’une d’un individu amputé aux deux tiers (SP240) par une fosse postérieure, l’autre d’un homme, daté par C14 entre 425 et 600, et dont le coffre de bois était recouvert de dalles en partie tirées de la sépulture voisine. Ces deux datations absolues, que l’on peut stratigraphiquement étendre aux autre sépultures (avec un doute pour SP240) se rapprochent des datations proposées pour un ensemble de sépultures similaires mises au jour sur la place en 2000 et 2001 (et déjà par A. Audin de 1951 à 1953). Contrairement à ces deux opérations, l’absence dans notre sondage de sépultures plus anciennes permet de supposer une extension de la zone funéraire en direction de l’est.

7La sépulture SP240 est recoupée par une fosse circulaire, remplie de pierres, qui a livré un nombre important de tessons des xi-xiie s. D’autres fosses pierriers de ce type avaient déjà été découvertes en 2000, sur la place, où elles ont été perçues comme des traces d’habitat (il s’agit peut-être d’anciens silos). Cette interprétation domestique a été corroborée par la fouille de 2001, qui a par ailleurs mis en évidence la présence concomitante d’activités artisanales. À cette même phase peuvent être associées plusieurs maçonneries de pierres sèches mises au jour en deux endroits (sondages 11 et 13), et que l’on suppose être des solins de murs en terre crue. Les tronçons dégagés sont cependant trop courts pour dessiner le moindre plan.

8Une dernière inhumation réalisée dans un coffrage de bois calés par des pierres a été partiellement fouillée, sondage 13. Elle est, d’un strict point de vue stratigraphique, postérieure à cette occupation des xie-xiie s. À moins qu’il ne s’agisse d’un cas isolé, cela contredit quelque peu l’hypothèse d’une recentration des sépultures face à l’église, après l’épisode domestique du Moyen Âge central.

9La fosse pierrier mise au jour en sondage 12 est recoupée par un fossé qui avait déjà partiellement fouillé en 2000, sur la place, et qui avait alors été daté du xie s. ; la stratigraphie observée cette année invite à le rajeunir quelque peu. Sa fonction n’est pas correctement établie ; il pourrait être destiné à détourner de l’église les eaux de ruissellement de la colline.

10Ce même fossé est lui-même recoupé par une fosse quadrangulaire dont la paroi était revêtue au sud et à l’est d’un muret de pierres sèches. Le comblement de cette énigmatique structure a livré un abondant mobilier du xiiie s., dont deux pichets presque complets en commune rouge glaçurée. Une structure étrangement semblable et contemporaine (une sorte de maçonnerie arquée), a été mise au jour sur la place, en 2003, où elle a été interprétée comme une possible glaciaire.

11Enfin, les murs de terrasse mis au jour en deux endroits, qui encloraient un jardin surélevé par rapport à la cour du prieuré et qu’un escalier permettait de franchir ne paraissent pas antérieurs à la fin du Moyen Âge et semblent pouvoir être rattachés à la dernière phase, très large, d’occupation du site.

12Au final, l’opération aura révélé une phase d’occupation antique inattendue et permis d’affiner la géographie des occupations funéraires et domestiques médiévales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyrille Ducourthial, « Lyon (5e) – 6 place Saint-Irénée, aménagement de la maison diocésaine » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 16 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/57635

Haut de page

Auteur

Cyrille Ducourthial

Service archéologique de la Ville de Lyon

Haut de page

Responsable d’opération

Cyrille Ducourthial

Service archéologique de la Ville de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search