Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201469 – RhôneLyon (9e) – Zac Vaise Industrie n...

2014
69 – Rhône

Lyon (9e) – Zac Vaise Industrie nord, 19-21-23 et 52 rue Joannès-Carret, 80 rue des Docks, 46 quai Paul-Sédaillan (tranche 1)

Opération préventive de diagnostic (2014)
Responsable d’opération : Étienne Hofmann

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ville de Lyon

Texte intégral

1Les 21 sondages ouverts dans l’emprise des îlots 2, 3 et 5 (a-c) de la Zac Vaise Industrie Nord présentent un bilan archéologique assez riche, montrant une densité semblable aux investigations archéologiques précédemment réalisées au sud (26-28 rue Joannès-Carret, 50-53 quai Paul-Sédallian, 35 rue Auguste-Isaac), à l’ouest (59 rue des Docks). En effet, 15 des 21 sondages excavés dans le cadre de ce diagnostic ont livré des structures et/ou du mobilier archéologique.

2D’un point de vue géomorphologique, l’opération a permis de caractériser trois secteurs distincts. Une bande d’environ 150 m de largeur située le long de la Saône subit l’influence du cours d’eau et de ses crues (partie est de l’îlot no 3, sondages nos 6-7 et 20-21). Dans la partie ouest (partie est de l’îlot no 3, îlots nos 2 et 5), le rôle de la rivière est atténué et les processus liés au versant du plateau de la Duchère sont plus prégnants. Comme le montrent les différentes coupes réalisées dans chacun des sondages, ils ont néanmoins pu subir des variations locales. Elles résultent de la combinaison d’une pédogénèse ponctuellement différenciée et de micro variations du relief. Un talweg, datable des périodes protohistorique et/ou antique, a, par exemple, été identifié dans le sondage no 12. Enfin, un paléochenal de la Saône a été repéré dans le sondage no 9. Il s’agit peut-être de celui qui avait été repéré lors de précédentes opérations (Hofmann 2014, p. 33-35, 55 ; Nourissat, Franc 2009, p. 24). Vu la faible extension de la fenêtre d’observation, aucune précision décisive ne peut être donnée sur le tracé de ce dernier.

3La fréquentation humaine de la zone prescrite couvre une vaste plage temporelle discontinue. En effet, les indices les plus anciens de cette présence humaine remontent au Néolithique moyen, et depuis, elle est sporadiquement attestée sur des périodes plus ou moins longues jusqu’à nos jours dans la zone.

4Une occupation datant du Néolithique moyen est caractérisée par l’existence d’un foyer (FY9080) dans le sondage no 9 et également par la présence sporadique de mobilier céramique et/ou lithique d’aspect pré-ou protohistorique repéré dans les sondages nos 4, 7, 8, 12, 15 et 18. Les découvertes réalisées pour cette période dans les environs immédiats du sondage no 9 confirment l’existence d’un gisement Néolithique moyen relativement important à cet endroit. En effet, un foyer daté par radiocarbone du Néolithique moyen a été mis au jour quelques mètres au nord-est du sondage no 9 (Hofmann 2014, p. 49-50, 103-110). De la céramique non tournée d’aspect pré ou protohistorique et du mobilier lithique a également été découvert précédemment dans le secteur (Hofmann 2014, p. 58-59 ; Carrara 2011, p. 56, 58-59, 68). La faible densité des vestiges et l’exiguïté de la fenêtre d’observation ne permettent pas, à l’heure actuelle, de cerner pleinement l’extension et la nature même de cette occupation. Néanmoins, l’écart de datation d’environ un demi-millénaire entre l’utilisation des deux foyers repérés à ce jour permet de faire l’hypothèse d’un site utilisé à de multiples reprises.

5Du matériel daté du Bronze final a été mis au jour dans les sondages nos 4, 12 et 18. Aucune structure associée ne permet de caractériser les niveaux en question. En revanche, dans le sondage no 12, une série de trous de poteau est excavée dans un de ces niveaux et date donc de la fin de l’âge du Bronze ou de l’âge du Fer. Le même type de structures fossoyées sans matériel associé a été mis au jour dans le sondage no 14 du présent diagnostic (21 fosses et trous de poteau) et dans les sondages nos 1 et 3 (9 trous de poteau) d’un précédent diagnostic (Hofmann 2014, p. 36-38, 56). Cette grande densité de structures réparties sur une vaste étendue prouve la présence d’un site important. Malheureusement, en l’état actuel des données à notre disposition, la nature de cette occupation protohistorique ne peut être caractérisée plus précisément.

6Des fragments de céramique antique attestent d’une fréquentation dans le secteur (sondage no 9) dès la fin de l’époque augustéenne. Vu le matériel recueilli, cette occupation antique perdure au moins jusqu’au 11•1 s. apr. J.-C. Au 1•1 s. apr. J.-C., les berges de Saône sont remblayées et un entrepôt (?) est construit le long de la rivière (sondages nos 6, 7, 20 et 21). Plus à l’ouest, des structures agricoles (fosses, fossés, drains) attestent que cette partie de la plaine vaisoise est exploitée durant l’Antiquité. Ces deux ensembles, entrepôt et structures agricoles, s’insèrent logiquement dans la trame antique du secteur, déjà documentée le long de la Saône, avec différents niveaux repérés à quelques centaines de mètres au nord (Rimbault et al. 2001) et au sud (Frascone 2003) de la Zac Vaise Industrie Nord, et des villae de même époque fouillées au 26-28 rue Joannès-Carret (Desbat et al. 2006) et au 25-29 rue Joannès-Carret (Nourissat, Franc 2009).

7Ainsi, trois sites, Néolithique moyen, protohistorique et antique, ont-ils été mis en évidence grâce à ce diagnostic. Chacun d’eux, si incomplètement cernés qu’ils soient, apportent de nouveaux éléments à notre connaissance de l’occupation humaine de la plaine vaisoise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Hofmann, « Lyon (9e) – Zac Vaise Industrie nord, 19-21-23 et 52 rue Joannès-Carret, 80 rue des Docks, 46 quai Paul-Sédaillan (tranche 1) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/57680

Haut de page

Auteur

Étienne Hofmann

SAVL

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Étienne Hofmann

SAVL

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search