Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201407 – ArdècheAlba-la-Romaine – La Grande Terre...

2014
07 – Ardèche

Alba-la-Romaine – La Grande Terre (parcelles D1862-D1878)

Fouille préventive (2014)
Responsable d’opération : Fabien Isnard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Un diagnostic archéologique de 7 ha avait été réalisé, en 2011, par Éric Durand à 400 m au sud-ouest de l’actuel village d’Alba-la-Romaine, au lieu-dit « la Grande Terre » (Durand 2012). Cette opération avait été prescrite en amont d’un projet d’urbanisation initié par la commune, consistant en la mise en place de voiries et réseaux (PVR) en vue de l’implantation de plusieurs maisons individuelles. Elle concernait 48 parcelles cadastrales à lotir réparties sur cette surface.

2Ce projet d’urbanisation s’établit dans un secteur de plaine (autour de 200 m NGF) qui, pour l’essentiel, fait aujourd’hui l’objet d’une exploitation agricole. Cette plaine alluviale est bordée au nord-est par la rivière Escoutay qui contourne le village d’Alba-la-Romaine. Le secteur de La Grande Terre se situe au pied septentrional du Mont Devois, à 800 m de la rive droite de l’Escoutay. Il est encadré au nord-ouest et au sud par les ruisseaux de la Magdeleine et du Bourdary. Le ruisseau de l’Esculette referme la parcelle au sud avant de se jeter dans le Bourdary. La ville antique d’Alba s’étendant sur une trentaine d’hectares était le chef-lieu de la cité des Helviens, peuple gaulois intégré dans la Gaule Transalpine aux environs de 120 av. J.‑C. La ville apparaît à la fin du ier s. av. J.‑C. Elle reste le centre politique et administratif du Vivarais jusqu’au ve s., avant d’être abandonnée au profit de Viviers. Les campagnes environnantes sont mises en valeur par un dense réseau de fermes d’exploitation et de villae. À l’époque médiévale, le village est reconstruit, mais il s’implante cette fois sur l’autre rive de l’Escoutay, sur une colline qui domine la plaine.

3Une première fouille menée par Antoine Ratsimba (Inrap) en 2013 à Alba-la-Romaine, La Grande Terre parcelle D725, a précédé l’aménagement d’une de ces maisons individuelles. Cette opération de fouille a permis la mise au jour d’un tronçon de voie sous forme de chemin creux daté de la première moitié du ve s. av. J.‑C. Cet espace de circulation de 6 m de largeur présentait plusieurs états de fonctionnement, mais n’avait révélé aucun aménagement bordier, ni aucune installation périphérique. La fouille avait, en outre, mis au jour une fosse polylobée datée du Bronze final IIIa, et deux sections fossoyées du Haut-Empire.

4Une nouvelle prescription en 2014 de deux parcelles supplémentaires dans le même secteur a été décidée afin de compléter les informations collectées lors de la première fouille (Isnard 2015). Les deux parcelles D1884 et D1885 sont situées directement au nord, accolées à la parcelle D725. L’intervention a permis de retrouver la suite du chemin creux et de préciser l’origine de son installation. 40 m supplémentaires ont ainsi été dégagés et trois grandes coupes transversales ont mis en évidence le point de départ de cet axe de cheminement. L’occupation protohistorique datée de la première moitié du ve s. av. J.‑C., en particulier, la mise en place et le fonctionnement de l’axe de circulation et ses aménagements bordiers ont été mis en évidence, ainsi que la présence d’activités artisanales et métallurgiques retrouvées en position secondaire dans le remplissage du fossé/chemin creux. Les résultats d’analyses anthracologiques, carpologiques et biochimiques ont aussi révélé la présence exceptionnelle d’une viticulture potentielle dans ce secteur dès le ve s. av. J.‑C.

5Durant cette troisième campagne de fouille consacrée au secteur de La Grande Terre, le cahier des charges du SRA donnait une priorité à l’étude concernant un ou plusieurs fossés protohistoriques découvert lors du diagnostic, en lien avec l’occupation désormais reconnue de ce secteur de la fin de l’âge du Bronze au ve s. av. J.‑C. Les objectifs scientifiques de cette nouvelle opération étaient de compléter les informations concernant la mise en place et le fonctionnement de ces fossés. Une attention particulière devait être portée à l’éventuelle présence d’installations connexes.

6Les résultats de cette fouille portent essentiellement sur l’analyse et le remplissage en contexte de trois fossés exploités durant cette période. Ces fossés ont repris le tracé sinueux du talweg s’écoulant du nord au sud en fond de plateau et témoignent de l’exploitation du terroir environnant par une volonté manifeste d’assainir les coteaux. Cette fouille, réalisée dans le fond du vallon de La Grande Terre, a livré des éléments nouveaux de chronostratigraphie, qui permettent notamment de retracer l’évolution morphosédimentaire du site à différentes périodes, depuis l’âge du Bronze final aux périodes modernes.

7L’empreinte d’un premier fossé (F3071), daté du Bronze final IIb/IIIb, a été relevée tout au fond du sondage sud. D’après l’étude d’Eymeric Morin (Inrap), cette structure est scellée par des colluvions mises en place après l’âge du Bronze final et avant le ve s. av. J.‑C., probablement durant la crise hydrosédimentaire bien reconnue entre 700 et 550 av. J.‑C. Ces colluvions, qui renferment des fragments de céramique non tournée et des outils microlithiques, ont été en partie alimentées par le démantèlement de niveaux d’occupation de l’âge du Bronze, voire également de niveaux néolithiques. L’accrétion sédimentaire a été importante à cette période.

8Suite à une phase de colluvionnement importante, un deuxième fossé, large et bien marqué, est venu perforer le premier sur son sommet. Ce fossé (FO3028/3052) a été mis en eau de manière pérenne, saisonnièrement ou périodiquement, indiquant un niveau moyen de la nappe phréatique assez élevé à la période contemporaine de son comblement. En conséquence d’une baisse de la tranche d’eau dans le fossé, ce fossé a été colmaté, puis scellé par des dépôts colluviaux mis en place après le ve s. av. J.‑C. et jusqu’au iie s. av. J.‑C. Cette période correspond à une autre crise hydrosédimentaire, reconnue notamment entre 350 et 200 av. J.‑C. Dès cette période, et dans les temps qui suivirent, l’influence des apports latéraux issus du versant oriental du vallon, au pied duquel est actuellement localisé le site, a été notable. Le remplissage de ce fossé (FO3028/3052) n’a pas pu être daté avec précision, car il ne contenait pas énormément de matériel caractéristique. On sait simplement que son creusement initial date au moins du ve s. av. J.‑C. dans sa dernière configuration. Il contenait aussi un lot de matériel correspondant à une phase plus ancienne de transition entre la toute fin de l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer. Une datation 14C, pratiquée dans la couche 3058 au fond de ce fossé, propose une datation large entre 1115 et 930 av. J.‑C. Ces éléments colluviés remettent en valeur un horizon d’occupation sous-jacent, daté de la transition Bronze/Fer, déjà reconnu lors des précédentes fouilles. Une première phase de creusement datée de cette période pourrait être envisagée, mais elle aurait, dans ce cas, complètement disparue, reprise au ve s. av. J.‑C. par un fossé plus important, qui suit le même tracé guidé par la ligne du talweg.

9Un dernier fossé (FO3012) vient se positionner, enfin, par-dessus les deux autres. À partir du iie s. av. J.‑C., ce troisième fossé a été creusé, reprenant le tracé sinueux du fossé précédant, en tronquant partiellement son comblement sommital. Dans un premier temps, ce fossé semble avoir connu une mise en eau non pérenne (saisonnière ?) puis, dans un second temps, plus pérenne et régulière. Cela indique des niveaux moyens de la nappe phréatique assez hauts dans le secteur de La Grande Terre après le iie s. av. J.‑C. et avant le ier s. Par la suite, un épais comblement colluvial, s’est mis en place au changement d’ère. L’intercalation de ravines fossiles à différents niveaux dans ces colluvions, dans l’axe longitudinal du fond de vallon, montre bien la récurrence d’épisodes de ruissellement conséquents entre le iie s. av. J.‑C. et le ier s.

10Au cours de ce ier s., un fossé parcellaire romain (FO3002), de taille plus modeste, a été creusé dans ces derniers niveaux colluviaux. Il correspond à un tronçon de réseau parcellaire drainant autour du terroir exploité par la villa du Clos. Il a été tronqué par les sous-solages et les labours mécanisés du xxe s., lesquels tronquent toute la partie supérieure de la stratigraphie sur près d’un mètre d’épaisseur.

11De manière générale, l’absence notable de paléosol dans l’encaissant colluvial des structures archéologiques indique, en l’absence d’indices de troncature par l’érosion, que le fond de vallon de La Grande Terre n’a pas connu de relative stabilité morphologique de l’âge du Bronze au début de notre ère, du fait d’apports sédimentaires massifs. Au contraire, l’absence de mise au jour de niveaux d’occupation (en place) néolithiques et protohistoriques, lors des précédentes fouilles réalisées sur les versants du vallon et à la bordure de son interfluve, peut être expliquée par une certaine troncature provoquée par l’érosion. Cette fouille a permis de vérifier l’absence, dans l’emprise prescrite, d’un cheminement en fond de vallon, tel qu’il a été envisagé dans les campagnes précédentes. Grâce à l’apport des études environnementales croisées, les résultats de la fouille ont permis d’écarter l’hypothèse de la mise en place d’un axe de circulation, étant donné la présence très fréquente d’eau et de remontée de nappe à cet endroit. La présence successive de plusieurs fossés drainants entérine cette hypothèse.

12Le réseau de fossé repéré lors du diagnostic révélait une organisation complexe de l’exploitation du terroir pendant la période protohistorique. Les deux fouilles 2013 et 2014 ont permis de déterminer l’établissement d’un chemin creux mis en place à flanc de coteaux, qui permettait un accès à des installations artisanales. La fouille de 2015 a mis en évidence l’entretien d’un fossé drainant reprenant le cours du paléo talweg en fond de vallon. La liaison de ces deux diverticules, envisagée lors du diagnostic et projetée lors de la fouille 2014, reste à confirmer. L’hypothèse d’un réseau fossoyé drainant les parcelles agricoles vers un cours d’eau paraît évidente. Cependant, la présence, parallèle ou superposée, d’un réseau viaire composé de chaussées légères reste envisageable dans le secteur, puisqu’il fallait desservir ces installations en lien avec l’occupation protohistorique. Ainsi, même si cette fouille n’a pas mis en évidence d’aménagements bordiers, mais simplement une succession de fossés drainant, elle a permis de faire un point précis sur l’environnement géoarchéologique de cette importante occupation. Les données croisées d’archéobotanique, complétées par une étude palynologique et malacologique rendue possible par un environnement très humide, ont permis de compléter le contexte environnemental entamé lors de la fouille 2014. Le site de La Grande Terre, découvert en 2011, possède désormais toutes les références pour une exploitation synthétique de ses données dans le cadre d’un programme d’étude pluridisciplinaire à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Isnard, « Alba-la-Romaine – La Grande Terre (parcelles D1862-D1878) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/58375

Haut de page

Auteur

Fabien Isnard

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabien Isnard

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search