Navigation – Plan du site
non-daté

Lempdes – Les Gibaudonnes et La Ponsole, Fontanille, Croix Saint-Masson (ZAC de la Fontanille II, première partie)

Responsable(s) des opérations : Ulysse Cabezuelo
Notice rédigée par : Ulysse Cabezuelo

Texte intégral

Date de l'opération : 2007 (EX)

1L’emprise de la future ZAC de la Fontanille à Lempdes est située entre les ronds-points de la Croix Saint-Masson et de Chazal. Les parcelles concernées par l’opération archéologique se trouvent au pied de la butte marnocalcaire de Chambussière, en bordure sud de la grande plaine de La Limagne, dans le secteur communément appelée les Marais. Cette opération, menée du 13 novembre 2006 au 23 décembre 2006 et du 8 au 26 janvier 2007, concerne un projet d’une surface de 375 776 m2 (BSR 2006, p. 108, Ulysse Cabezuelo et alii). Le  substratum de cette zone correspond au complexe K de la carte géologique (Terres noires). Ce substrat est formé de colluvions et se caractérise par une forte teneur en argile. Ces colluvions recouvrent un niveau de colluvions argilolimoneuses à argileuses (gris-vert) qui surmonte la marne oligocène. La puissance du recouvrement n’est pas homogène. Si elle est parfois assez faible, 0,40 m d’épaisseur, elle peut dépasser les 2 m par endroits.

2L’hypothèse d’une voie d’époque indéterminée (EA 33) qui est recensée sur la carte des entités archéologiques n’a pas été confirmée. En revanche, cette opération, ainsi que toutes celles qui ont été menées ces dernières années, a montré la richesse en vestiges archéologiques de tout ce secteur situé au pied de la butte de Chambussière qui s’étend sur les communes de Pont-du-Château et de Lempdes.

L’occupation de l’âge du Bronze

3 Site de la Crois Saint-Masson

4Les sondages effectués dans la zone dite de la Croix Saint-Masson ont permis de mettre au jour un ensemble de trois petits silos disposés sur une longueur de 12 m. Si les structures n’ont pas livré de céramique, quelques fragments ont été trouvés à proximité. Ce mobilier, de tradition campaniforme, est attribuable au Bronze ancien.

5 Site de la Ponsole et des Gibaudonnes

6L’occupation de l’âge du Bronze et plus particulièrement du Bronze ancien est surtout présente aux lieux-dits de la Ponsole et des Gibaudonnes. Le diagnostic a mis en évidence des vestiges à caractère funéraire, des silos et de nombreuses fosses. Le plan de répartition des structures permet de cerner deux secteurs où se concentre l’occupation: une zone assez étendue au lieu-dit de la Ponsole et une autre plus restreinte au lieu-dit des Gibaudonnes.

7 Le funéraire

8Deux sondages ont permis de dégager un ensemble de neuf structures fossoyées dont au moins cinq sont des sépultures (Fig. n°1 : Sondage 200, relevé planimétrique des structures 1 à 9) . Leur niveau d’ouverture apparaît sous la terre végétale à environ 0,40 m de profondeur. Cet enfouissement assez faible explique vraisemblablement le mauvais état de conservation des ossements. Une seule sépulture a été fouillée. La fosse comporte un aménagement de pierres. Plusieurs galets bordent le côté et les angles de l’extrémité ouest de la fosse ; deux galets sont disposés le long de la paroi orientale. Les restes osseux appartenant à un même défunt immature (3 ans à 8 ans) ont été mis au jour. Résultant visiblement d’un dépôt primaire, celui-ci apparaît orienté est-ouest, la tête à l’est, reposant partiellement sur le dos et sur le côté gauche, les membres hyper fléchis sur le côté gauche (à l’exception du membre supérieur gauche dont la position ne peut-être précisée). La mauvaise conservation des os et la mauvaise représentation du squelette, réduit à la tête osseuse et à des tronçons de diaphyses de grands os longs, n’offrent pas de données suffisantes pour discuter de l’espace de décomposition du cadavre. Néanmoins la disposition des pierres témoigne vraisemblablement d’un dispositif de calage visant à maintenir l’agencement de paroi en matière périssable appartenant à un coffre ou à un coffrage. Une deuxième tombe avec un entourage de blocs apparaît dans la berme sud.

9Un autre sondage a livré neuf structures qui apparaissent juste sous le niveau de labours, à 0,40 m de profondeur. Six d’entre elles ont été identifiées sur le terrain très vraisemblablement comme des sépultures. Le comblement de ces structures ne se distinguant pas du sédiment argileux brun encaissant, le contour des fosses n’a pas pu être repéré autour des restes osseux. La présence de ces sépultures n’a donc été déterminée qu’au niveau d’apparition des os au moment du décapage mécanique. Aucune n’a été fouillée, toutefois la sépulture en vase de type jarre (200-9) a été prélevée en bloc et fouillée au Centre archéologique de Clermont-Ferrand.

10La structure 200-9 se présente sous la forme d’un grand vase qui repose sur la panse; elle apparaît à 0,50 m sous le niveau de circulation actuel (Fig. n°2 :  Vase funéraire de l’âge du Bronze) . In situ, le vase est orienté nord-est–sud-ouest, l’ouverture dirigée vers le nord-est. Il s’agit d’un pot à languette de 0,35 m de hauteur dont le diamètre à l’ouverture est de 0,20 m. Le diamètre maximum est de 0,27 m et l’épaisseur des parois oscille entre 0,8 cm et 1 cm. Ce récipient présente un bord à lèvre arrondie et un profil légèrement pansu. Il est muni de quatre éléments de préhension opposés deux à deux: deux languettes saillantes de quelques centimètres dont la partie supérieure forme un méplat (à la base du tiers supérieur du vase) et deux languettes arciformes, ou en croissant, peu dégagées (au-dessus des deux autres). Les surfaces présentent une coloration variant de l’orangé au gris foncé. Elles pourraient avoir subi un lissage ou raclage, mais ce traitement est peu lisible sous une couche de carbonatation épaisse. Il s’agit à l’origine d’un contenant probablement destiné au stockage. L’âge du sujet inhumé dans le vase est compris entre 1 et 9 mois. Le corps adoptait vraisemblablement une position fléchie.

11À proximité de ces deux ensembles funéraires, trois sépultures isolées ont été mises au jour. Les squelettes sont en position fléchie et les fosses sont de plan ovalaire. Deux autres ont été trouvées plus au nord-ouest, au lieu-dit des Gibaudonnes. Ces deux dernières présentent la particularité d’avoir une couverture en dalettes de calcaire.

12 Fosses avec faune

13Un ensemble de six fosses dont le comblement contient des pièces osseuses de bœuf a été découvert dans le sondage 198. Elles sont alignées de telle façon qu’elles délimitent un espace de plan ovalaire d’environ 2,60 m sur 2,40 m. Une septième fosse est située à 3 m au sud du groupe précédent. Elles n’ont pas été fouillées. Seule la fosse 1 a été partiellement dégagée, pour observer le contenu. L’ouverture se fait sous la terre arable (moins 0,40 m). L’épaisseur du comblement qui recouvre les ossements est de 0,30 m, mais la profondeur totale reste inconnue. Un premier constat permet de souligner un état de conservation plus que médiocre pour ces vestiges. Les vingt-trois restes découverts sont tous attribuables à une seule et même espèce, Bos taurus (le bœuf domestique). Cet ensemble d’os permet seulement d’attester la présence d’un seul individu, un adulte de plus de 4,5 ans ou 5 ans en l’occurrence. La nature réelle de ce dépôt osseux demeure un mystère. Force est en effet de constater qu’il n’y a pas d’agencement particulier, du moins perceptible, de ces ossements. De plus, rien ne permet de considérer à coup sûr ces vestiges, tous fragmentaires, comme des déchets de consommation. Enfin, il n’est pas du tout exclu que ce phénomène se répète dans les différentes fosses situées à proximité, c’est du moins ce que suggèrent les quelques os qui apparaissent dans ces différentes structures.

14 Fosses silo

15Dans le secteur de la Ponsole, cinq silos ont été repérés. Un sixième a été observé aux Gibaudonnes. Aucun comblement qui témoigne d’une activité anthropique n’a été repéré. Le remplissage semble s’être effectué de façon naturelle par des apports successifs de sédiments. Seul le contexte permet de les attribuer à l’âge du Bronze. En effet, il faut noter l’absence de mobilier dans leur comblement. De nombreuses fosses dont la fonction n’est pas déterminée ont été répertoriées, dont une vingtaine qui a livré de la céramique de l’âge du Bronze ancien.

L’occupation à l’âge du Fer

16 Site des Gibaudonnes

17L’âge du Fer est très peu représenté. Il n’a été observé que dans deux sondages. Les seuls vestiges concernant cette période sont des sépultures qui sont au nombre de trois. Une seule a été fouillée.

18La tombe 247-1 apparaît sous la forme d’une fosse ovalaire oblongue, orientée nord-nord-ouest–sud-sud-est. La fouille a permis la mise au jour d’un squelette d’enfant (6 ans à 8 ans), en bon état de conservation, qui portait un torque autour du cou (Fig. n°3 : Sépulture d’enfant de l’âge du Fer ) . En dehors des os des extrémités (notamment les mains), l’ensemble du squelette est bien représenté. Il révèle un sujet allongé sur le dos, la tête au nord - nord-ouest, les membres supérieurs en extension de chaque côté du corps, les membres inférieurs à peine fléchis dans le prolongement du corps. La décomposition du corps s’est vraisemblablement effectuée en espace vide. Le torque présente un décor festonné qui, au moment de sa découverte, était rejeté à l’arrière de l’épaule; seule la partie unie du jonc se trouvait sur la poitrine de l’enfant. Le torque est en alliage cuivreux, massif, avec un diamètre très régulier de 5, mm à 6 mm. Son diamètre externe est de 115 mm. Seul l’arc de cercle qui supporte le décor festonné accuse un faible aplatissement de la section (6 mm x 4,5 mm). Un segment du jonc est mobile ou amovible par rapport au reste du torque. Le système de fermeture proprement dit associe une découpe du bronze en « mouton et tête de loup » à une perforation à œillets. Un motif décoratif a été soudé à chaud, sans apport d’élément de soudure sur la partie amovible du torque et en position décentrée par rapport aux deux articulations. Ce motif se compose d’un jonc plein de même diamètre que celui du torque et affecte un tracé en ligne brisée qui dégage un jour triangulaire en son centre (une bélière ?).De part et d’autre, les deux bords sont relevés et coiffés chacun d’une boule prise dans la masse. Le sommet de la « bélière » est surmonté d’une boule rajoutée par soudure à chaud. L’absence de tout autre mobilier rend inconfortable un diagnostic chronologique précis. Les comparaisons technologiques et stylistiques autorisent pourtant une attribution à La Tène B, soit à partir du deuxième quart du IVe  siècle jusqu’à la première moitié du IIIe  siècle avant notre ère.

19Les deux autres sépultures n’ont pas été fouillées: toutefois, nous avons pu constater que le squelette de la tombe 247-7 appartient à un adulte ou un grand adolescent, déposé allongé sur le ventre, le membre supérieur droit et les membres inférieurs en extension.

20Cabezuelo Ulysse

21avec la collaboration de Marcel Brizard (DAO), Pascal Combes (topographie), Pierre Caillat (archéozoologie), Esther Gatto (anthropologie), Christine Mennessier-Jouannet (étude du mobilier métallique), Pierre Pouénat (étude du mobilier céramique : âge du Bronze), Alain Wittmann (étude du mobilier céramique : gallo-romain) et la participation de Philippe Arnaud, Jean Cayrol, Marie-Jo Henry, Béatrice Rialland, Gérard Vernet et Florent Olivier

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Sondage 200, relevé planimétrique des structures 1 à 9

Fig. n°1 : Sondage 200, relevé planimétrique des structures 1 à 9

Auteur(s) : Brizard, Marcel (INRAP). Crédits : Brizard, Marcel (2007)

Fig. n°2 :  Vase funéraire de l’âge du Bronze

Fig. n°2 :  Vase funéraire de l’âge du Bronze

Auteur(s) : Brizard, Marcel (INRAP). Crédits : Brizard, marcel (2007)

Fig. n°3 : Sépulture d’enfant de l’âge du Fer 

Fig. n°3 : Sépulture d’enfant de l’âge du Fer 

Auteur(s) : Brizard, Marcel (INRAP). Crédits : Brizard, Marcel (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Sondage 200, relevé planimétrique des structures 1 à 9
Crédits Auteur(s) : Brizard, Marcel (INRAP). Crédits : Brizard, Marcel (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/5856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Fig. n°2 :  Vase funéraire de l’âge du Bronze
Crédits Auteur(s) : Brizard, Marcel (INRAP). Crédits : Brizard, marcel (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/5856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Fig. n°3 : Sépulture d’enfant de l’âge du Fer 
Crédits Auteur(s) : Brizard, Marcel (INRAP). Crédits : Brizard, Marcel (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/5856/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Ulysse Cabezuelo, « Lempdes – Les Gibaudonnes et La Ponsole, Fontanille, Croix Saint-Masson (ZAC de la Fontanille II, première partie) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/5856

Haut de page

Responsable d'opération

Ulysse Cabezuelo

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals