Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200601 – AinAmbronay – Le Crozat, le Peloux, ...

2006
01 – Ain

Ambronay – Le Crozat, le Peloux, Combe Pigeon

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Jean-Claude Ozanne

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Ozanne J.-C. 2006 : Ambronay (Ain, Rhône-Alpes) le Crozat, le Peloux, Combe-Pigeon, carrière Dannenmüller, TLTP, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1La carrière d’extraction de matériaux Dannenmüller, dont la demande d’agrandissement a fait l’objet d’un diagnostic archéologique préventif en octobre 2006, se situe à une altitude moyenne de 241 m, au contact de la plaine alluviale de l’Ain en rive gauche, et de la bordure occidentale du Jura (Monts du Bugey). La rive droite de l’Ain s’appuie, quant à elle, sur le plateau des Dombes, qui s’étend vers l’ouest.

2L’expertise géomorphologique permet de proposer une reconstitution de la dynamique sédimentaire tardiglaciaire et holocène sur cette terrasse fluvio-glaciaire du Würm récent, légèrement inclinée vers le sud-ouest. Le sommet de la terrasse graveleuse est marqué par les axes de ces paléochenaux résiduels. Cette microtopographie va conditionner l’évolution de la morphogenèse : les dépressions vont être progressivement remblayées par des limons, plus argileux à la base et plus sableux au sommet. Cette sédimentation, par ruissellement diffus sur les micro-pentes des dépressions, a pu se réaliser sous un couvert végétal (eaux turbides). Au sein de ce remblaiement, on note, dans le sondage 75, la présence d’une cuvette à remplissage organique (micro-marais ?), dont la chronologie reste inconnue, et, surtout, un niveau de la fin du Bronze moyen à la surface d’un pseudo paléosol, peut-être d’âge Atlantique ? Les témoins de cette occupation humaine se concentrent dans les zones basses, où un recouvrement sédimentaire assure une couverture protectrice. Après cette occupation, les processus de ruissellement diffus et limités se poursuivent, et viennent beurrer les dépressions, qui conservent un léger dénivelé par rapport aux bancs affleurant. Dans l’extrême sud-est du site, on note un axe de paléochenal, qui évolue différemment après le niveau du Bronze moyen, avec une alternance de lits caillouteux et de lits limoneux renfermant des artefacts antiques, ce qui laisse supposer une intervention humaine conduisant au nivellement du secteur (aplanissement, axe de circulation ?).

3Cette expertise propose des hypothèses de reconstitution de la morphogenèse, qui ne pourront être validées que par une étude stratigraphique détaillée du site.

4Les vestiges archéologiques se présentent sous la forme d’anomalies sédimentaires (fosses, dépressions ou chablis), d’épandage ou de niveaux renfermant des tessons de céramique en place. On a ainsi pu mettre en évidence, en plusieurs points du site, une occupation protohistorique plus dense dans la zone centrale, marquée par un recouvrement plus important (sondages 47, 64, 75 et 79). L’étude typologique du mobilier a permis d’attribuer une séquence chronoculturelle aux alentours du xve s. av. J.-C., soit à la fin du Bronze moyen.

5Les points de découvertes attestés localement pour cette période sont toutefois fort peu nombreux : l’un à Ambérieu (grotte du Gardon), l’autre, en plein air, à Château-Gaillard, au lieu-dit La Laya. Ce nouveau site de plein air, Le Crozat, du fait de son potentiel, pourrait apporter de précieux compléments pour la zone du Jura et des Alpes du Nord, où les séquences protohistoriques du Bronze moyen sont particulièrement mal connues.

Fig. 1 – Fosse

Fig. 1 – Fosse

DAO : C. Gibot, F. Vaireaux (Inrap).

Fig. 2 – Céramiques fine et grossière attribuables à la fin du Bronze moyen

Fig. 2 – Céramiques fine et grossière attribuables à la fin du Bronze moyen

Dessins et DAO : J.-C. Ozanne, F. Vaireaux (Inrap).

Fig. 3 – 1 à 16, céramique grossière ; 6, fusaïole (fin Bronze moyen) ; 17, céramique haut Moyen Âge

Fig. 3 – 1 à 16, céramique grossière ; 6, fusaïole (fin Bronze moyen) ; 17, céramique haut Moyen Âge

Dessins et DAO : J.-C. Ozanne, F. Vaireaux (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Fosse
Crédits DAO : C. Gibot, F. Vaireaux (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/58605/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Fig. 2 – Céramiques fine et grossière attribuables à la fin du Bronze moyen
Crédits Dessins et DAO : J.-C. Ozanne, F. Vaireaux (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/58605/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Fig. 3 – 1 à 16, céramique grossière ; 6, fusaïole (fin Bronze moyen) ; 17, céramique haut Moyen Âge
Crédits Dessins et DAO : J.-C. Ozanne, F. Vaireaux (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/58605/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Ozanne, « Ambronay – Le Crozat, le Peloux, Combe Pigeon » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/58605

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Ozanne

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Claude Ozanne

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search