Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200601 – AinFareins – Lotissement artisanal d...

2006
01 – Ain

Fareins – Lotissement artisanal de la Gravière

Fouille préventive (2006-2007)
Responsable d’opération : Tony Silvino

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Archeodunum SAS

Silvino T. 2007 : Fareins (Ain), Lotissement artisanal « La Gravière », rapport de fouille, Chaponnay, Archeodunum, 3 vol.

Texte intégral

1Une opération préventive de fouille archéologique a été menée dans l’emprise d’une future zone artisanale, située au sud-ouest de la commune de Fareins. Le site est localisé en rebord du plateau de la Dombes, qui surplombe la vallée de la Saône. Le terrain est délimité au sud et à l’est par une ancienne gravière, exploitée dans les années 1970-1980. La découverte de deux cercles lors de prospections aériennes en 1992, susceptibles de correspondre à des enclos funéraires protohistoriques, a motivé la prescription d’un diagnostic réalisé par l’Inrap en 2005. Si les sondages n’ont pas confirmé l’existence de telles structures, ils ont en revanche mis au jour divers vestiges d’époque antique et surtout médiévale, dont la destruction inévitable par le projet a nécessité la prescription d’une fouille, réalisée par Archeodunum de novembre 2006 à janvier 2007. Il en résulte l’étude de la partie méridionale d’une occupation d’époque gallo-romaine, d’une zone agricole du Moyen Âge classique, avec notamment plusieurs fours, et, enfin, des aménagements gaulois tout à fait inédits dans ce secteur, datés du second âge du Fer.

2La première occupation est matérialisée au sol par un grand fossé linéaire d’axe est-ouest, reconnu sur une quarantaine de mètres. Il s’interrompt au sud sur quelques mètres pour laisser un passage sommaire, puisque cette entrée ne montre en effet aucun aménagement structuré. Cet ouvrage n’a pas non plus livré de traces de palissades ou encore d’une éventuelle levée de terre. À une vingtaine de mètres à l’extérieur de cette enceinte, trois fosses-silos étaient grossièrement alignées selon un axe est-ouest parallèle au fossé. Le mobilier associé à ces vestiges est peu abondant, mais il permet de bien caler la chronologie de cette occupation et d’enrichir la connaissance des faciès céramiques régionaux. Cet ensemble peut en effet être daté d’une phase ancienne de La Tène, avec une perduration jusqu’au ier s. av. J.-C. Le fossé est comblé manière définitive dans le courant du dernier tiers du ier s. av. J.-C.

3L’occupation gallo-romaine se fixe dans la partie nord site, au travers de vestiges assez ténus, à savoir une maçonnerie et des structures excavées, dont certaines de combustion. Le mobilier céramique recueilli permet de dater son abandon de la fin du ier s. apr. J.-C. Au nord-ouest du site, quelques structures funéraires peuvent être datées entre la fin du iie s. et le siècle suivant. Si la première correspond à un dépôt de vases en céramique, les deux autres se rapportent à des fosses rectangulaires, qui ont livré un mobilier archéologiques varié (monnaie d’Antonin le Pieux, pièces métalliques de coffret en bois, tessons de céramiques, clous en fer). Un fragment de crâne d’enfant en bas âge a également été découvert dans l’une de ces fosses.

4L’apport principal de la fouille reste toutefois l’étude d’un ensemble important de vestiges, qui livrent un mobilier céramique daté entre de la fin du xie s. et du xiie s., datation confirmée par les analyses au radiocarbone sur des charbons de bois. Au total, cette occupation est matérialisée par 119 structures en creux, au nombre desquelles on relève 20 fosses-silos, 28 fosses diverses, sept fours, 52 trous de poteau et calages, et une sépulture, ainsi qu’une série de onze structures diverses non identifiées. L’analyse de la répartition spatiale de ces vestiges permet de distinguer trois aires principales, et quelques structures isolées.

5Le premier groupe, localisé en amont du site, près du rebord du plateau, est constitué d’une aire d’ensilage (sept silos), associée à des trous de poteau, des restes de structures légères (éléments de protection ?) et un foyer rectangulaire. Le comblement de certaines fosses-silos était composé de sédiments cendreux et charbonneux, parfois complétés de nombreux blocs chauffés et de restes de torchis, constituant les vestiges de structures de combustion ou encore d’architecture de terre et de bois.

6Le second ensemble, situé à mi pente à environ 60 m du précédent, rassemble une zone de quatre fours excavés, très bien conservés et reliés entre eux, sauf un, par une fosse d’utilisation. Ces structures de combustion sont constituées d’une chambre de chauffe, dont la voûte et la sole sont formées par l’encaissant rubéfié du terrain naturel. Le comblement de la fosse de travail, à la fois espace de circulation et de rejet des cendres, est composé de plusieurs niveaux charbonneux attestant de plusieurs phases d’utilisation. Ce secteur est également occupé par une aire de stockage composée d’une série de quatorze fosses-silos, associée à une concentration de trous de poteau, dont certains dessinent le plan d’un possible bâtiment rectangulaire. Enfin, cet espace compte également plusieurs foyers, une fosse d’extraction d’argile, ainsi que la sépulture, très détériorée, d’un très jeune enfant.

7La troisième aire est localisée en partie basse du site, plus précisément au niveau de la rupture de pente. Elle rassemble en premier lieu une seconde zone de fours, juxtaposée à une série de calages de poteau. À l’instar de l’ensemble précédent, deux fours et une partie d’un troisième sont reliés à une fosse de travail centrale. Ils sont constitués d’une chambre de chauffe excavée, formée elle-même d’une sole et d’une voûte construites dans le sédiment naturel. Ils présentent également chacun un alandier, mais, à la différence des précédents, le remplissage est très homogène, et seul le niveau inférieur contient des éléments charbonneux. On trouve à proximité deux fosses-silos, et plus à l’ouest, une série de calages de poteaux a été observée sur une centaine de mètres. L’analyse spatiale permet de les rattacher à deux édifices rectangulaires d’environ 30 m2. Enfin, on peut compléter l’inventaire de ce gisement par la présence de plusieurs structures isolées, parmi lesquelles on mentionnera notamment quatre grandes fosses jumelées de plan circulaire. En l’état des observations, l’interprétation reste limité à de probables silos, mais l’importance de l’érosion dans cette partie du site n’a pas permis de valider cette thèse.

8Le mobilier découvert dans le comblement de ces différentes structures permet souvent de préciser leur fonction primaire. La gestion des récoltes céréalières est illustrée par la présence de fosses-silos et de fours à usage agricole, puisque ces derniers étaient certainement destinés au séchage et au grillage des graines, ainsi qu’à la cuisson du pain. L’analyse carpologique des sédiments corrobore largement cette vocation, qui est également confirmée par la présence d’éléments de mouture (fragments de meule en basalte, mortier en calcaire). Par ailleurs, la découverte de restes fauniques atteste tout autant la part de l’élevage que d’une alimentation carnée classique faisant appel à la triade domestique (ovicaprins, porcs et bovins), mais également plus singulière avec le cheval et le chien (traces de découpe). Le mobilier céramique est représenté par des pots à cuire et des cruches, permettant d’envisager la présence d’un habitat à proximité, voire sur place, au vu des quelques possibles bâtiments repérés.

9De façon anecdotique, on a également observé sur un secteur limité du site, au nord-est, des indices datés de l’époque moderne, précisément du xvie s., notamment des fosses dont le comblement était riche en mobilier céramique.

10Si le site de La Gravière s’inscrit parmi les sites ruraux à vocation agricole du Moyen Âge central de la région lyonnaise, il constitue également une pièce nouvelle à verser au dossier des occupations gauloise et gallo-romaine de la basse vallée de la Saône.

Fig. 1 – Vue générale d’une des deux aires de fours

Fig. 1 – Vue générale d’une des deux aires de fours

Cliché : Archeodunum.

Fig. 2 – Deuxième aire de fours

Fig. 2 – Deuxième aire de fours

Cliché : Archeodunum.

Haut de page

Bibliographie

Jacquet P. 2005 : Fareins (Ain, Rhône-Alpes) zone artisanale « La Gravière », rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale d’une des deux aires de fours
Crédits Cliché : Archeodunum.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/58670/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2 – Deuxième aire de fours
Crédits Cliché : Archeodunum.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/58670/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tony Silvino, « Fareins – Lotissement artisanal de la Gravière » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/58670

Haut de page

Auteur

Tony Silvino

Archeodunum

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Tony Silvino

Archeodunum

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search