Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200601 – AinPoncin – Abri Gay

2006
01 – Ain

Poncin – Abri Gay

Fouille programmée (2006)
Responsable d’opération : Pierre Bintz

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Bintz P. 2006 : Abri Gay, commune de Poncin (Ain), rapport de fouille 2006.

Texte intégral

1L’abri Gay s’ouvre par un assez vaste porche sur la rive gauche de l’Ain, à une vingtaine de mètres au-dessus de la rivière et à quelque 700 m en aval de l’abri de la Colombière. Situé à 250 m d’altitude, il est orienté plein nord. Il appartient au chaînon ouest du Jura méridional, qui borde à l’est la dépression de la Bresse. Au début du xxe s., il n’apparaissait de l’abri que la partie sommitale, petit recoin abrité qui surplombait la RN 84 d’une quinzaine de mètres. Les excavations réalisées depuis permettent de se faire une meilleure idée de ce qu’était le site à l’époque des occupations préhistoriques. L’abri se présente comme un vaste entonnoir horizontal s’enfonçant de 20 m environ dans la falaise de calcaire port-landien, et dont l’ouverture mesure à peu près 20 m à la base. Le plafond s’abaisse par gradins jusqu’au fond de l’abri, qui donne accès à un étroit boyau karstique actuellement colmaté par des alluvions de l’Ain. L’abri développe une stratigraphie de plus de 10 m d’épaisseur, répartie suivant une dizaine d’ensembles sédimentaires. Les sédiments fluviatiles constituent la base du dépôt. Plusieurs terrasses ont été observées, dont la première a permis l’installation des niveaux magdalénien et azilien. Ensuite, un cône d’éboulis a envahi l’abri et forme le reste du remplissage.

2Les niveaux méso-néolithiques fouillés en 1971 ont livré des structures de combustion, dont un grand foyer qui a été préservé au sommet d’un parallélépipède de 4 m2 de base. C’est au cours d’une visite fortuite, en 2003, qu’il a été constaté que ce foyer était gravement menacé par suite de l’effondrement de la coupe C, qui avait en partie excavé la base du témoin. Dans son rapport de l’année 1971, R. Debrosse signale la découverte, sur une surface de quelques décimètres carrés, d’une trentaine de silex, dont seize pièces microlithiques géométriques (grands scalènes et pointe de sauveterre), qui se rapportent à un Mésolithique moyen. Un fragment bien conservé de branche carbonisée fut daté de 5490 BP +/- 110 (Ly 513), date qui est en désaccord avec le matériel lithique trouvé.

3Au départ, l’objectif de cette campagne était de sauvegarder par une fouille ce foyer mésolithique, qui menaçait de s’effondrer. Dans un premier temps, les travaux ont été entrepris pour consolider ce témoin et permettre de le fouiller dans de bonnes conditions de sécurité et de travail. Ces mesures conservatoires ayant été prises, et compte tenu de la surface à fouiller (environ 3 m une épaisseur moyenne de 50 cm) et de la complexité des structures rencontrées, nous avons décidé de nous donner le temps nécessaire pour procéder à une fouille minutieuse afin de récolter un maximum d’informations sur une période mal documentée dans le Jura méridional. Nous avons par ailleurs profité de cette opportunité pour faire un bilan des résultats des fouilles antérieures, effectuer une relecture du contexte stratigraphique et réaliser un diagnostic de l’état actuel du site, notamment du niveau magdalénien, après 25 ans d’abandon.

4Huit décapages minutieux, conduits par Carine Muller Pelletier, ont permis de mettre au jour quatre foyers superposés sur environ 1,5 m2 (carrés N-O/8-9) et une dizaine de centimètres d’épaisseur. Le foyer supérieur, conservé lors des fouilles antérieures, est un foyer en cuvette, appareillé de blocs de calcaires chauffés, d’une taille (près de 1 m2) tout à fait exceptionnelle pour le Mésolithique. De plus, le matériel lithique récolté lors de la présente campagne et la datation 14C le rapporterait plutôt à une phase du Néolithique. Les autres foyers, disposés à plat, se rapporteraient, quant à eux, au Mésolithique.

5Le matériel archéologique est relativement modeste, ce qui est habituel en contexte de foyers, mais suffisamment suggestif pour permettre de proposer de nouvelles pistes d’interprétation. Les restes osseux de grands mammifères, étudiés par T. Favrie, sont peu abondants : une centaine de pièces, dont une dizaine déterminables (cerf, sanglier et carnivores) qui font référence à un environnement doux et boisé. Ces données sont en accord avec les résultats d’analyses polliniques qui situent le foyer supérieur dans la première moitié de l’Atlantique qui correspond, classiquement, à la transition Méso-Néolithique et à l’émergence du Néolithique (communication orale de M. Girard). En outre, l’examen des ossements montre qu’ils ont subi traitements boucher et culinaire. Par ailleurs, nous avons récolté une microfaune abondante (rongeurs et vertèbres de poissons). De nombreux échantillons anthracologiques ont pu être prélevés et seront analysés par S. Thiébault.

6Il faut noter l’absence de céramique, et le matériel lithique est, lui, modeste (environ 150 pièces), avec la présence d’une série de lames-lamelles très régulières, obtenues par percussion indirecte et/ou pression, et d’une lamelle de type Montbani. Le niveau inférieur a livré un fragment de microlithe, probablement un fragment de pointe de Sauveterre. L’étude typotechnologique réalisée par D. Pelletier rapporte la série à deux pôles : Mésolithique moyen et Méso-Néolithique. Compte tenu des découvertes antérieures (armature microlithiques géométriques caractéristiques du Mésolithique moyen), nous sommes manifestement en présence d’au moins deux horizons chronoculturels.

7Le diagnostic des niveaux inférieurs, réalisé par G. Béreiziat, montre une dégradation importante de la coupe stratigraphique principale située au nord, et du niveau magdalénien actuellement exposé à l’air libre. Une relecture de la stratigraphie, réalisée par J.-J. Millet, permettra de préciser le contexte stratigraphique des foyers et de replacer le matériel archéologique de fouilles anciennes, trouvé dans les niveaux supérieurs, dans leur contexte archéologique. Ce chercheur a également entrepris la révision des restes osseux humain provenant de ces fouilles et répartis dans différente couches (une sépulture et 104 pièces éparses), et qui n’avaient jamais été étudiés.

Fig. 1 – Témoin mésolithique et son foyer supérieur en cours de fouille

Fig. 1 – Témoin mésolithique et son foyer supérieur en cours de fouille

Cliché : P. Bintz (Esep).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Témoin mésolithique et son foyer supérieur en cours de fouille
Crédits Cliché : P. Bintz (Esep).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/58735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bintz, « Poncin – Abri Gay » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 26 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/58735

Haut de page

Auteur

Pierre Bintz

Esep, UMR 6636 CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre Bintz

Esep, UMR 6636 CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search