Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200601 – AinVirignin – Maison forte de Pierre...

2006
01 – Ain

Virignin – Maison forte de Pierre Châtel

Fouille programmée (2006)
Responsable d’opération : Aurélie Devillechaise

Texte intégral

1Une étude partielle du bâti a pu être menée sur le château-caverne de Virignin, placé en contrebas de la Chartreuse, dans une grotte dominant le défilé de Pierre-Châtel. Un mur de façade de 42 m de long clôture l’entrée d’une cavité rocheuse atteignant 12 m de profondeur et abritant un logis de plan carré, flanqué de deux cours. Le rocher calcaire a été taillé pour servir de parement septentrional au logis et recevoir les maçonneries.

2Le logis du xvie s. s’élève sur trois niveaux. Le premier niveau, de plain-pied, servait probablement de cave ou de lieu de stockage, fournissant un accès direct aux deux cours. Le deuxième niveau était l’étage noble, paré en façade d’une fenêtre double à coussièges, et à l’ouest d’une cheminée, dont il ne subsiste qu’une pierre de taille moulurée formant la corniche du manteau. Le troisième niveau formait une plate-forme sommitale offrant un excellent point de vue sur le défilé et donnant accès à un chemin de ronde en bois se développant dans les deux cours, qu’il est possible de restituer à partir des trous de boulins. Par la suite, deux pigeonniers ont été mis en place au sommet des deux tours cantonnant le logis.

Enduits et décors peints

3À l’intérieur du logis, seul le premier étage conserve ses enduits. L’analyse a révélé deux décors successifs d’abord, un décor de faux appareil aux joints peints en noir rehaussant les ouvertures. En partie haute, une frise de rectangles jaunes et rouges (pointes de diamants) marque le pourtour de la pièce. Ensuite, le mur est recouvert d’un badigeon blanc et d’un nouveau décor en faux appareil autour des fenêtres, tandis que l’encadrement de la porte est entièrement peint en noir.

4En 1744, une grande fête est donnée dans le défilé de Pierre-Châtel en l’honneur du rétablissement du roi Louis XV. À cette occasion, bon nombre de cavités vont être aménagées et parées de décors et illuminations. Espérant gagner les faveurs du roi et accéder au titre de comte de Seyssel par l’étalage de ses richesses, le propriétaire du château fait parer la façade d’un nouvel enduit, qui masque les petites ouvertures. Puis il est revêtu d’un badigeon rosé et d’un décor en trompe l’œil, donnant l’illusion d’une façade du xviiie s., avec ses balustrades et ses grandes fenêtres à petits carreaux.

Fonction du bâtiment

5Le château-caverne a probablement servi de résidence, comme en témoigne le premier étage (soin apporté à l’ornementation, confort). Son système défensif (canonnières, petites ouvertures, chemin de ronde, surélévations successives et crénelages...) rappelle qu’il se trouve également à un emplacement stratégique, proche d’un pont face à la Savoie. Le site était-il un poste d’observation rattaché à la Chartreuse ? Avait-il une fonction militaire de défense ? S’agissait-il d’un poste d’observation propre à la seigneurie de la Balme, qui se développait de part et d’autre du Rhône et percevait des droits ?

6Toutefois, cet édifice ne peut être étudié isolément, car il s’inscrit dans un ensemble architectural à l’histoire complexe et imprégnée de conflits en tous genres. Une vue d’ensemble du défilé de Pierre-Châtel aux époques médiévales et moderne mériterait d’être établie pour mieux appréhender l’histoire de ce site.

Fig. 1 – Plan d’ensemble

Fig. 1 – Plan d’ensemble

DAO : A. Devillechaise.

Fig. 2 – Vue générale depuis l’autre rive du Rhône ; façade peinte en trompe-l’œil

Fig. 2 – Vue générale depuis l’autre rive du Rhône ; façade peinte en trompe-l’œil

Cliché : A. Devillechaise.

Haut de page

Bibliographie

Devillechaise A. 2005 : Virignin (Ain) Fort-cellier de Pierre-Châtel, rapport scientifique, Lyon, Alpara.

Corbière M. de la 2004 : Habitats et fortifications rupestres et troglodytiques au Moyen Âge dans les pays du Haut-Rhône, programme de prospection thématique, rapport scientifique.

Salmon O. 2005 : Le fort-cellier de Virignin : l’artifice d’un jardin en trompe-l’œil, TPFE, École d’Architecture de Grenoble, 2 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan d’ensemble
Crédits DAO : A. Devillechaise.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/58784/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Fig. 2 – Vue générale depuis l’autre rive du Rhône ; façade peinte en trompe-l’œil
Crédits Cliché : A. Devillechaise.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/58784/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Devillechaise, « Virignin – Maison forte de Pierre Châtel » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/58784

Haut de page

Auteur

Aurélie Devillechaise

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Aurélie Devillechaise

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search