Navigation – Plan du site
2007

Clermont-Ferrand – 15 rue Bansac

Responsable(s) des opérations : François Baucheron
Notice rédigée par : François Baucheron

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 2007/107 et 197

Date de l'opération : 2007 (EX)

1Les sondages archéologiques ouverts dans les jardins d’une ancienne maison de retraite, au n° 15 de la rue Bansac à Clermont-Ferrand, ont livré des vestiges mal conservés relevant de la période antique (Fig. n°1 : Localisation des interventions et des structures en 2001 et 2007) . Le secteur est situé dans le quartier résidentiel d’Augustonemetum, comme en atteste la découverte de plusieurs domus. L’une d’entre elles fut d’ailleurs révélée par des sondages ouverts en 2001, à une trentaine de mètres seulement au nord-est de la parcelle étudiée (BSR, 2001, p. 92-93, Fabrice Gauthier). L’édifice, particulièrement bien conservé, présentait des sols de béton et des murs revêtus d’enduits peints ainsi que, probablement, une mosaïque polychrome. Un bâtiment excavé, peut-être une cave, et un hypocauste étaient en outre associés à cet ensemble.

2Deux tranchées ponctuées de sondages profonds de 3 m à 4 m ont été réalisées. La première a permis d’atteindre le substrat marneux à 3,60 m de la surface actuelle. Un dépôt de sables grossiers et de galets traduit ensuite le développement d’un épisode alluvial. À sa surface, un remblai (d’assainissement ?) comprenant quelques fragments de tegulae signale la première occupation antique. Puis c’est au sommet d’une importante séquence colluviale (1 m) affectée d’un fort pendage en direction de l’est, que sont édifiées les premières constructions. Elles se limitent à un sol de béton grossier de nombreuses fois rechargé, établi sur un radier de basalte. Sa fouille, sur la faible surface conservée au fond de la tranchée (environ 1,50 m2 ), n’a livré que deux petits tessons antérieurs au milieu du Ier  s. de notre ère. Le premier remblai déposé sur le sol, préalablement à la série de recharges observée, livre quant à lui des éléments qui indiquent un dépôt postérieur aux années 10-20 de notre ère. L’une des dernières recharges enfin contient des éléments nettement plus tardifs attribués à la fin du Ier  s. ou au début du IIe  s.

3À l’extrémité occidentale de la tranchée, on signalera encore la présence d’un mur dont l’orientation nord-nord-ouest - sud-sud-est paraît compatible avec celles des murs de la domus mise au jour en 2001. L’élévation réalisée en pisé est large de 0,70 m (hauteur conservée : 0,70 m) ; elle apparaît littéralement posée sur une fondation constituée par un fragment préservé du sol de béton observé plus à l’est. Aucun niveau, ni aucun mobilier ne sont associés à cette maçonnerie qui semble cependant indiquer un second état de cette occupation.

4Dans la seconde tranchée, distante de moins de 8 m par rapport à la première, une stratigraphie relativement différente a pu être observée. En dépit du pendage de la surface actuelle, la profondeur atteinte (3 m) aurait dû permettre de toucher la séquence colluviale observée dans la première tranchée. En fond de sondage cependant, deux sols de mortier, établis sur des remblais, ont été mis au jour. Il a pu être vérifié que le sol le plus récent était en contact avec l’arête sud d’un mur orienté nord-ouest - sud-est (profondeur : 2,50 m).

5Une nouvelle phase de remblaiement épaisse d’un mètre marque l’abandon de ces vestiges ; à sa surface se développe un dernier sol de mortier (profondeur : 1,20 m), puis toute une série de remblais limoneux que l’on retrouve dans les deux sondages. Ces terres fines et homogènes pourraient correspondre à des terres de cultures. Elles recèlent un mobilier céramique produit entre l’extrême fin du Moyen Âge et la période contemporaine.

6Les différences relevées entre les stratigraphies des deux sondages sont nombreuses : disparition de la séquence colluviale, nature des sols antiques, différence de 0,70 m entre le sol du sondage 1 et le sol associé au mur dans le sondage 2. Elles indiquent une rupture qui pourrait trouver une explication dans l’hypothèse d’une limite de terrasse située entre les sondages.

7Baucheron François

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Localisation des interventions et des structures en 2001 et 2007

Fig. n°1 : Localisation des interventions et des structures en 2001 et 2007

Auteur(s) : Baucheron, François (INRAP) ; Combes, Pascal (INRAP). Crédits : Combes, Pascal ; Baucheron, François (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Localisation des interventions et des structures en 2001 et 2007
Crédits Auteur(s) : Baucheron, François (INRAP) ; Combes, Pascal (INRAP). Crédits : Combes, Pascal ; Baucheron, François (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/5879/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

François Baucheron, « Clermont-Ferrand – 15 rue Bansac », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/5879

Haut de page

Responsable d'opération

François Baucheron

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals