Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200607 – ArdèchePeaugres – Gurin

2006
07 – Ardèche

Peaugres – Gurin

Fouille préventive (2006)
Responsable d’opération : Vincent Georges

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Georges V. 2008 : Peaugres (Ardèche, Rhône-Alpes) Gurin, rapport final d’opération de fouille, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Situé en bordure du Massif central, ce site du nord de l’Ardèche documente une occupation du Néolithique moyen précoce. En position de piémont nord-méditerranéen, à quelques kilomètres seulement du cours du Rhône, ce secteur était jusque-là totalement dépourvu de vestiges répertoriés pour la période néolithique.

2Le contexte géomorphologique est celui d’un piège sédimentaire, qui a permis la conservation des vestiges sur un replat en position de sommet de versant. L’occupation néolithique repose sur un placage de lœss sous le sol cultivé. Ce reliquat de formation périglaciaire se retrouve sur d’autres secteurs de Peaugres et sur les communes voisines de Bogy et du Colombier-le-Cardinal.

3Le niveau d’apparition des structures archéologiques colmatées coïncide avec un épandage de tessons : céramique de petites dimensions. L’existence de niveaux de sol a été ponctuellement observé en périphérie des niveaux d’ouverture des structures, sur plusieurs mètres carrés, grâce à des horizons de tessons posés à plat plus volumineux qu’à l’habitude. Parmi les quelques tessons identifiables de l’horizon supérieur, dans la semelle de labours, certains sont attribuables à l’âge du Bronze (digitation couvrante partant d’un fond plat). Pour le reste, les fragments de céramiques hors structures archéologiques ont d’étroits points communs avec ceux prélevés dans les fosses, tant du point de vue morphologique que des pâtes.

4Le site archéologique s’étend à l’extérieur de l’emprise des travaux côté occidental. Le tracé de l’ancienne route nationale 82 l’a forcément fortement endommagé. Il est possible qu’il s’étende au-delà, à l’ouest, sous l’emprise du parc zoologique « Safari » de Peaugres. Côté oriental, la dynamique de versant réduit à néant la séquence stratigraphique entre l’horizon cultural et l’affleurement de l’arène granitique et peut expliquer l’absence de vestiges.

5Les structures archéologiques datées avec certitude du Néolithique moyen précoce sont, pour la plupart, des foyers de combustion excavés de formes circulaire ou oblongue, métriques ou pluri-métriques en l’absence de tout calibrage homogène. Ils sont accompagnés de quelques trous de poteau épars non datés. Ils se répartissent en deux groupes distants d’une cinquantaine de mètres. Chacun d’eux est probablement doté de plus de cinq unités. Situés en bordure de fouilles, les deux ensembles n’ont, à l’évidence, pas pu être appréhendés dans leur intégralité. Le développement d’analyses ultérieures (14C ; étude des phytolithes) précisera la datation des deux lots et les fonctions initiales des structures en creux observées. Le tamisage n’a pas permis le repérage de restes carpologiques.

6Les traces de combustion in situ se concentrent au fond des structures, sous la forme d’auréoles de rubéfaction oblongues ou subcirculaires. On signale quelques fosses sans ces traces de chauffe caractéristiques en périphérie ou à l’intérieur des lots. Elles présentent un comblement homogène, avec la présence de charbon de bois accompagné de blocs jointifs dans l’un des cas. Une fosse orientée nord-sud a la particularité de réunir en deux lobes circulaires un espace de chauffe, avec trace de rubéfaction accolé à une aire de dépôt des charbons de bois et de blocs. Un évent latéral a été taillé dans le lœss. Son ouverture basale est au contact de l’aire de chauffe situé au nord. En dehors de ce cas particulier, le site des Patureaux, en plaine de Limagne à Clermont-Ferrand, a fourni des foyers similaires, également sous la forme de regroupement pour un Néolithique plus tardif (Saintot 2005). Une seule fosse de combustion de Gurin présente la superposition d’au moins deux combustions.

7Le mobilier archéologique lithique montre la présence de matériel de mouture, ainsi que l’utilisation d’éclats lamellaires bédouliens en compagnie d’autres silex marins. Les quartz laiteux sont présents mais en quantité limitée. Aucun quartz hyalin proprement dit n’est représenté, alors qu’ils sont fortement représentés sur le site proche chasséen de Périgneux dans la Loire. La proximité de la vallée du Rhône peut expliquer cette différence.

8Côté céramique, les pâtes présentent des dégraissants cristallins d’origine granitique disponibles localement en marge de la basse vallée du Rhône. La dénomination de Chasséen précoce est parfaitement appropriée pour cet ensemble incorporant des écuelles carénées, des grandes jarres à bord en bandeau et une forme en bouteille. L’identification d’un fragment de plat à pain, d’un probable fragment de statuette (diagnostic) et d’un bon de coupe avec incision linéaire interne complètent ce lot de céramique par des caractères partagés avec l’aire septentrionale. Les analogies avec les corpus méridionaux sont fortes jusqu’au-delà des Alpes côté italien, à travers une double ligne poinçonnée avec colmatage de matière blanche soulignant une carène (Arene Candide). Des analogies morphologiques existent avec le sud-ouest de la France et le cours moyen de la Loire dans un registre chronologique concordant.

9En dehors du site néolithique qui a motivé la fouille, on mentionnera également ici la découverte d’une fosse, très arasée, comportant des résidus brûlés de Dressel 1a, avec un très faible taux de remontage. Une fosse comblée avec des blocs et des tuiles remonte à l’Antiquité. Une fosse oblongue, de plus d’un mètre de longueur dépourvue d’éléments datant, a été soigneusement colmatée avec des blocs d’arène granitique, au sud du lot de foyers excavés néolithiques méridionaux.

10D’un intérêt certain pour la connaissance du Néolithique moyen, ce site devra faire l’objet d’une synthèse monographique, tant du point de vue des structures de combustion et de leur utilisation domestique (?) que de mobiliers lithiques et céramiques récoltés. L’étude de micro et macro-restes organiques prélevés dans les unités stratigraphiques de chaque structure devrait, dans la mesure du possible, préciser leur utilisation artisanale, domestique ou culinaire sachant que le contexte pédologique est très approprié à la céréaliculture, avec un micro-climat sec, de surcroit, très favorable.

Fig. 1 – Industries lithiques taillées du Néolithique moyen

Fig. 1 – Industries lithiques taillées du Néolithique moyen

1, grattoir court ; 2 à 4, 6, 11 et 12, lamelles retouchées ; 8, lamelle brute ; 5 et 7, éclats retouchés ; 8, grattoir sur lamelle tronquée ; 10, segment de lamelle sur encoche.

Dessins : S. Saintot (Inrap).

Fig. 2 – Industries lithiques taillées du Néolithique moyen

Fig. 2 – Industries lithiques taillées du Néolithique moyen

1, burin d’axe sur éclat de galet en quartz ; 2, grattoir-rabot sur éclat de quartz.

Dessins : S. Saintot (Inrap).

Fig. 3 – Céramique des structures 1001, 1016, 2002 et 2005

Fig. 3 – Céramique des structures 1001, 1016, 2002 et 2005

Dessins : F. Thiercelin-Ferber (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Georges V. 2005 : Davézieux et Peaugres (Ardèche, Rhône-Alpes) RN 82, tranche 1, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Saintot S., Pasty J.-F. 2005 : « Taphonomie et fonction des occupations pré et protohistoriques du site Les Patureaux à Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme » in Dartevelle H. éd. Auvergne et Midi, 5ème rencontres méridionales de Préhistoire récente, Clermont-Ferrand, Préhistoire du sud-ouest, supplément no 9, p.43-84.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Industries lithiques taillées du Néolithique moyen
Légende 1, grattoir court ; 2 à 4, 6, 11 et 12, lamelles retouchées ; 8, lamelle brute ; 5 et 7, éclats retouchés ; 8, grattoir sur lamelle tronquée ; 10, segment de lamelle sur encoche.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59035/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Fig. 2 – Industries lithiques taillées du Néolithique moyen
Légende 1, burin d’axe sur éclat de galet en quartz ; 2, grattoir-rabot sur éclat de quartz.
Crédits Dessins : S. Saintot (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59035/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Fig. 3 – Céramique des structures 1001, 1016, 2002 et 2005
Crédits Dessins : F. Thiercelin-Ferber (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59035/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Georges, « Peaugres – Gurin » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/59035

Haut de page

Auteur

Vincent Georges

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Georges

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search