Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200607 – ArdècheVallon-Pont-d’Arc – La Mathe 2, s...

2006
07 – Ardèche

Vallon-Pont-d’Arc – La Mathe 2, station d’épuration

Fouille préventive (2006)
Responsable d’opération : Sylvie Saintot

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Saintot S. 2007 : Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche, Rhône-Alpes) La Mathe 2, station d’épuration, rapport de fouille préventive 2006, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Préalablement à l’aménagement d’une nouvelle station d’épuration mise en œuvre par la mairie de Vallon-Pont-d’Arc, deux phases de sondages ont été effectuées à La Mathe 1 (Durand 2004) puis à La Mathe 2 (Cordier 2005). C’est au second lieu-dit qu’une campagne de fouille a été réalisée de mai à juin 2006 par une équipe de l’Inrap (Saintot 2007).

2Dans les vastes plateaux calcaires des « Gras » entaillés de cours d’eau de la région du Bas-Vivarais, la Mathe 2 se situe à la fois au creux d’une combe et au débouché de celle-ci, au pied d’une paroi rocheuse. Cette combe s’ouvre sur la plaine alluviale de la basse vallée de l’Ibie, affluent de l’Ardèche. Les formations superficielles observées, en particulier dans l’axe sud-est/nord-ouest du vallon, se caractérisent par l’alternance de dépôts de versant de type éboulis, issus du démantèlement des corniches calcaires surplombant le site, de nappe d’argiles de décarbonatation et de ruissellements. À ces dépôts grossiers, se mêlent quelques galets de quartzite et de granite erratiques provenant des lambeaux résiduels de la haute terrasse de l’Ardèche. En pied du plateau calcaire qui borde le lit de l’Ibie, des recouvrements de type alluvio-colluvions s’intercalent aux éboulis successifs de la paroi rocheuse surplombant au sud ce secteur. C’est dans ces contextes géotopographique et géomorphologique complexes que s’insèrent les principales séquences chronologiques et archéologiques mises en évidence lors de la fouille.

3À la suite de deux phases de décapages mécaniques successifs, couvrant 890 m2, puis 961 m2, plusieurs découvertes ont été faites. Celles-ci seront présentées de la plus ancienne à la plus récente.

La cavité pléistocène

4Dans le secteur nord-ouest du site, un aven a été mis en évidence à l’aplomb d’une paroi rocheuse. Il s’agit d’un petit aven de 3,50 m de diamètre environ, entaillé par le recul du versant. À l’aplomb de la voûte, le remplissage a été recoupé à la pelle sur 1,80 m de hauteur, mais il pourrait se prolonger sur 5 ou 6 m de plus par rapport au niveau le plus bas atteint par le cours de l’Ibie. La base du sondage est constituée d’un éboulis de blocs emballés d’argile karstique. Cet éboulis est largement tronqué par un dépôt limoneux peu compacté et stérile, qui est lui-même recouvert de blocs anguleux. Vers la coupe orientale du sondage, une poche fossilifère recèle quelques débris de faune pléistocène, parmi lesquels le bouquetin et le lion des cavernes ont été identifiés. Ces restes osseux sans connexions sont déminéralisés, sauf lorsqu’ils sont repris par la calcite. Pour des raisons de sécurité, l’obstruction du sondage a été réalisée pendant la campagne de fouille.

5Répartis du sud-est au nord-ouest de l’emprise, deux niveaux d’occupations stratifiés, marqués par des lambeaux de sol et par des structures en creux, correspondent à deux phases du Néolithique final.

La première occupation du Néolithique final

6Répartie uniformément sur l’ensemble de l’emprise, la première occupation (secteurs 1 et 2, zone 2) comprend, au centre du vallon (534 m2), une fosse de type dépotoir et plusieurs structures foyères, associées ou non à des lambeaux de sol, et, le long de la paroi rocheuse (356 m2), un paléosol structuré. Cet horizon, qui se développe au nord-ouest du site, dénombre plusieurs structures de combustion associées à un empierrement quadrangulaire, pouvant matérialiser le radier d’un petit aménagement construit. Parmi les vestiges matériels identifiés, de nombreuses meules fragmentées ou ébauchées, ainsi que de nombreuses bouchardes, signalent une activité artisanale spécifique au centre de la combe. D’après la caractérisation des mobiliers céramiques et lithiques, cette occupation se rapporte à une phase récente du Néolithique final, de tradition du Ferrières, avec toutefois déjà quelques composantes fontbuxiennes.

La seconde occupation du Néolithique final

7Cette seconde occupation s’étend sur 594 m2 dans la combe et sur 367 m2 le long de la paroi rocheuse, au nord-ouest de l’emprise (secteurs 1 et 2, zone 1 ). Au sud-est du vallon, une cabane subrectangulaire fondée sur calages a été mise en évidence. Orientée nord-sud, cette construction, dotée d’un foyer et de structures de fondation, s’étend de part et d’autre d’un lambeau de sol, qui se développe davantage à l’ouest de l’emprise, du côté du talweg primitif qui alimente le vallon. Un trou de poteau et deux autres foyers isolés ont également été découverts dans ce secteur. Au nord-ouest du site, un paléosol renfermant plusieurs structures de combustions empierrées et quelques calages s’étend uniformément le long de la paroi rocheuse. Bien que présent, le matériel de mouture est moins que celui recensé sur la zone 2. Les principaux éléments céramiques, lithiques et fauniques, peu nombreux, pourraient appartenir à une phase du Néolithique final (Ferrières ?) plus récente que celle qui a été identifiée pour la première occupation.

8L’apport de quatre datations par 14C vieillirait ces occupations. Ainsi, la première séquence du Néolithique s’inscrirait dans le Ferrières ancien, et la seconde, à la fin du Ferrières ancien, voire au début du Ferrières classique.

Les vestiges d’époque moderne

9Les vestiges dits « modernes » sont uniquement représentés par cinq fours à chaux, répartis dans la partie orientale de la combe. À défaut de mobilier et d’autres éléments caractéristiques, ces structures sont difficilement datables. L’un de ces fours, doté d’un alandier, est mieux préservé de l’érosion que les autres. Il a été fouillé et étudié plus en détail. Son creusement est aménagé à l’aplomb d’une paroi rocheuse, entaillant partiellement le substrat calcaire. Ce four se caractérise par une chambre de chauffe subcirculaire entièrement remblayée, un couloir de plan trapézoïdal, un alandier et par un cendrier en cuvette.

10Outre la découverte d’un aven et celle de cinq fours à chaux, les principaux résultats de cette fouille se résument à la mise en évidence de deux phases d’occupation du Néolithique final de tradition du Ferrières. Si leur vocation domestique et artisanale sont indéniables, leurs fonctions évoquent également celles d’ateliers de mise en forme de meules. La première occupation, qui recèle de nombreuses bouchardes et plusieurs meules entières ou ébauchées, illustre tout à fait ce type de spécialisation. Ces sites de plein air, aménagés au creux d’une combe, sont en relation étroite avec les gisements en grotte, localisés le long de la falaise rocheuse méridionale de la vallée de l’Ibie. Preuve en est la proximité de la grotte sépulcrale Mouskiff, vraisemblablement contemporaine de l’une des deux séquences de la fin du Néolithique mises en évidence à La Mathe 2.

Fig. 1 – Vue du bâtiment daté du Néolithique final, vu vers le nord, dans le vallon de la Mathe 2

Fig. 1 – Vue du bâtiment daté du Néolithique final, vu vers le nord, dans le vallon de la Mathe 2

Cliché : P. Hénon (Inrap).

Fig. 2 – Vue générale de la combe à partir du sud

Fig. 2 – Vue générale de la combe à partir du sud

Cliché : Inrap.

Haut de page

Bibliographie

Cordier F. 2005 : Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche, Rhône-Alpes) La Mathe 2, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Durand É. 2004 : Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche, Rhône-Alpes) La Mathe, nouvelle station d’épuration, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue du bâtiment daté du Néolithique final, vu vers le nord, dans le vallon de la Mathe 2
Crédits Cliché : P. Hénon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59165/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 698k
Titre Fig. 2 – Vue générale de la combe à partir du sud
Crédits Cliché : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59165/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 386k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Saintot, « Vallon-Pont-d’Arc – La Mathe 2, station d’épuration » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/59165

Haut de page

Auteur

Sylvie Saintot

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvie Saintot

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search